POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

vendredi 25 septembre 2015

Ils se disent Syriens, mais un demandeur d'asile sur trois ne l'est pas

Environ 30% des migrants syriens trompent les accueillants sur leur nationalité 

L'Allemagne a fait ce constat lors de leur "enregistrement" pour l'obtention du statut de réfugié

Plus de 3.000 kms à pied, mais propres sur eux
et certains, détenteurs de vrais-faux papiers
Le ministère de l'Intérieur a mis en garde les Etats voisins vendredi. Il se fonde sur ce que constatent les autorités sur place, en particulier la police et Frontex, l'agence chargée de la surveillance des frontières de l'Union européenne.

Cette nationalité bénéficie en effet des avantages aux "réfugiés" d'un pays en guerre
Berlin a décidé de ne plus renvoyer les Syriens vers le pays dans lequel ils sont entrés dans l'Union européenne, comme le prévoit la législation européenne. 
Les réfugiés bénéficient en outre d'un procédure accélérée d'examen de leur dossier. "Nous constatons de faux passeports syriens. Il y a des indications selon lesquelles beaucoup (de migrants) prétendent venir de Syrie mais ne parlent pas un mot d'arabe", a affirmé de son côté le ministre de l'Intérieur, Thomas de Maizière, lors d'une conférence de presse, alors que l'Allemagne attend entre 800.000 et un million de demandeurs d'asile cette année, un record absolu, contre quelque 200.000 en 2014. 

Quatre faux passeports sur cinq appartiennent à des Syriens 

Pourtant, "80% des faux passeports syriens sont trouvés sur des ressortissants de ce pays", explique une porte-parole de Frontex, citée par le site de l'hebdomadaire d'investigation allemand, 'der Spiegel'. "Ils viennent d'un pays déchiré par la guerre. Beaucoup ont probablement dû quitter rapidement leur maison. Certains n'avaient jamais eu de passeport, poursuit-elle. Et il est très difficile d'en obtenir  des autorités syriennes."  

Des  Palestiniens et des Irakiens utilisent dans une moindre mesure des passeports syriens falsifiés. L'Office fédéral des migrations et des réfugiés (Bundesamt für Migration und Flüchtlinge) est chargé de reconnaître s'il s'agit ou non de Syriens par la langue des demandeurs d'asile. Toujours selon Frontex, des Algériens, des Egyptiens, des Marocains se présentent aussi comme des Syriens mais souvent sans avoir aucun document prouvant qu'ils viennent de ce pays.
Entre janvier et fin juillet, 256.938 personnes ont déposé une demande d'asile en Allemagne, dont 55.587 migrants se réclamant de la nationalité Syrie.
La Syrie est le premier pays d'origine des demandeurs d'asile, devant l'Albanie et le Kosovo. 

Le Liban freine l'afflux de réfugiés palestiniens de Syrie
Le pays compte 1,5 million de réfugiés (syriens et palestiniens) sur son sol. Le Liban a pris officiellement, jeudi, des mesures de sécurité compliquant l'entrée sur son territoire des réfugiés palestiniens. Depuis mai déjà, seuls peuvent entrer sur le territoire ceux munis d'une carte de séjour en règle -délivrée par l'ambassade du Liban à Damas- à la condition qu'il soit en outre détenteurs du visa de la Sûreté générale. Ces mesures, a précisé le ministre, visent à empêcher des dérives.  
"Les Libanais ont peur que les Palestiniens s'installent au Liban de manière permanente [en se faisant passer pour Syriens] (…). Les pays, que ce soit le Liban, la Syrie ou la Jordanie, ont peur d'augmenter le nombre de Palestiniens sur leur territoire. Mais tout cela ne peut pas justifier ces mesures (…) qui vont à l'encontre des obligations internationales de l'État libanais (…)", a expliqué à RFI Nadim Houry, directeur adjoint de la section Moyen-Orient de Human Rights Watch à Beyrouth.
Sur les 75 000 Palestiniens de Syrie ayant quitté ce pays, 53 000 se sont réfugiés au Liban
, qui compte déjà douze camps de réfugiés palestiniens accueillant près de 420.000 exilés.

Les vendeurs de vrais faux passeports font fortune, en plus des passeurs 

D'après le 'Spiegel', le marché des faux passeports syriens est particulièrement florissant en Turquie à des prix et des qualités variés. Harald Doornbos, un journaliste néerlandais travaillant pour 'Nieuwe Revu' ainsi payé 750 euros pour un tel document qu'il a reçu quarante heures après sa commande.
Pour la petite histoire, il avait fourni la photo de Mark Rutte, le Premier ministre néerlandais. Ce passeport, lui a-t-on assuré, permettait d'aller aisément à Chypre...

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):