POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

dimanche 20 septembre 2015

L'hémorragie continue: Stéphane Gatignon quitte EELV

Europe Ecologie-les Verts perd le maire de Sevran, Seine-Saint-Denis

Après Jean-Vincent Placé et François de Rugy, un de plus !

Gatignon, maire EELV migrant
"Il y a trop de désaccords sur la gestion de notre mouvement et son orientation politique ", suivant la ligne incarnée par Cécile Duflot, explique l’élu par communiqué.

Dans une lettre adressée à la direction du parti, le maire a clairement glissé au centre gauche. Il dénonce des "errances gauchistes et le choix des militants écologistes de s’allier au Parti de gauche dans le Nord - Pas-de-Calais - Picardie pour les régionales de décembre. 

"EELV fait le jeu de Marine Le Pen au plan régional et national, accuse-t-il. C’est une erreur historique impardonnable face aux risques de marginalisation durable de la gauche dans notre pays." S. Gatignon souligne que cela constitue pour lui "une rupture définitive avec le projet Europe Ecologie", qui visait à "faire bouger les lignes, transformer notre pays, agir sur et pour l’Europe". 
Passé du PCF à Europe-Ecologie en 2008, candidat écologiste lors des élections européennes, Stéphane Gatignon convoita le siège du communiste François Asensi aux cantonales de 2012, faisant taire ses vieilles préventions contre l'écologiste Jean-François Baillon, son ancien adversaire.
Le PS local ne cachait pas sa fureur de voir le canton confié aux écologistes et la section socialiste sevranaise avait décidé de "ne soutenir personne" les 20 et 27 mars.
Ancien du Parti communiste, Gatignon avait rejoint le mouvement lancé par Daniel Cohn-Bendit en 2009, avant d’être désigné tête de liste en Seine-Saint-Denis aux régionales l’année suivante.
Le paysage politique s'oriente à droite

Du rouge au vert: le passage au rose ne saurait tarder...
Cet élu avait quitté le PCF pour rejoindre EELV en 2009. Aujourd'hui, il juge EELV trop rouge... 

Stéphane Gatignon est
maire d'une des villes les plus pauvres de France depuis 2001 et conseiller régional depuis 2010.

En 2011, à la suite d’une série de violences liées à des règlements de compte dans un quartier populaire de Sevran où des tirs ont lieu à proximité d'une école maternelle, Stéphane Gatignon attira l'attention avec la formule suivante : "Il faut des forces d'interposition, des casques bleus, comme ceux qu'on envoie à l'étranger pour empêcher les belligérants de s'entre-tuer." 

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):