POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

mardi 8 septembre 2015

"Haie d'honneur" à des milliers de terroristes infiltrés parmi les migrants accueillis en Europe ?

Politique étrangère socialiste: Fabius se comprend; il est le seul !

L’Etat islamique aurait réussi à infiltrer plus de 4.000 combattants en Europe 

 Fabius est-il vraiment remis de son malaise à Prague en août 2015 ?
Ces infiltrés se seraient dispersés dans toute l’Europe occidentale
Daesh est désormais suspecté d'avoir injecté quelque 4.000 terroristes  parmi les 340.000 migrants clandestins passés par la Turquie, la Grèce et l’Italie depuis janvier. 
Cet objectif avait d'ailleurs été clairement affiché par Dae’ch sur ses sites, à la fois pour préparer l'extension de leur califat en Europe et pour se venger des raids aériens menés en Syrie et en Irak par la coalition occidentale.
 
Ce 8 septembre, la télévision hongroise M1 révèle que les services secrets hongrois ont déjà identifié deux terroristes arabes arrivés en Europe dans le flot des migrants. Ces infiltrés ont été confondus grâce à leurs pages Facebook sur lesquelles ils s’étaient mis en scène en Syrie.

Laurent Fabius : "si tous ces réfugiés viennent en Europe, Daech a gagné"

Laurent Fabius, septuagénaire sclérosé
Fallait pas se braquer contre Bachar al-Assad ! Le ministre des Affaires étrangères de Hollande a indiqué sur l’antenne  RTL ce matin la nécessité de faire en sorte de préserver la présence des minorités au Moyen-Orient, alors qu’une conférence internationale sur le sujet se tient ce mardi à Paris, destinée à mettre en œuvre un plan d’action en faveur des minorités persécutées au Moyen-Orient par l’Etat islamique.


L'Europe doit choisir entre la peste et le choléra
Laurent Fabius,  ministre des Affaires étrangères de Hollande, s’est déclaré opposé à la venue massive de réfugiés expliquant que "c'est très difficile mais si tous ces réfugiés viennent en Europe ou ailleurs, Daesh a gagné la partie. Il faut que le Moyen-Orient reste au Moyen-Orient, il est important que soit conservée la diversité et  où il peut y avoir des chrétiens, des Yazidis".



Bachar el-Assad, toujours pointé du doigt
Cette stabilisation du Moyen-Orient ne peut cependant se faire avec le soutien de Bachar el-Assad, maintient Laurent Fabius.
Or, des voix se font désormais entendre pour lui suggérer un rapprochement de calcul", puisque le président syrien et les Européens ont un intérêt commun, l'éradication des islamistes de Daesh

Dans un entretien au journal Le Parisien, il révèle une sorte de haine personnelle, estimant qu’il faut des éléments stables pour lutter contre l’Etat islamique et que cela passe par une transition politique "dans laquelle Bachar ne détiendra pas le pouvoir". La cohérence de Fabius se concevrait mieux s'il ne privilégiait pas des relations douteuses avec les rebelles au régime de al-Assad. Il n'en démord pas: pour lui, le dirigeant syrien serait responsable du chaos qui fait le jeu de l'Etat islamique en Syrie. 

Alors que les deux premiers vols  français de reconnaissance viennent d'être lancés, le ministre des Affaires étrangères justifie l'absence d'intervention militaire au sol par le fait que les interventions précédentes en Irak ou en Afghanistan avaient produit des résultats tardifs, avec de lourdes pertes. L'intervention militaire française au Mali n'est pas un contre-exemple ?...


Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):