POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

Ce blog est actuellement soumis à des difficultés "techniques" inédites en dix ans:
elles laissent augurer sa disparition prochaine,
"à l'insu de son plein gré"...

Accessoirement, grâce à la complicité active de quelques fidèles, je constate que
tous les articles comportant le mot 'Macron' en titre sont bloqués au compteur !

samedi 17 septembre 2011

Nadine Morano se paie la Ch'tite Aubry sur le budget de la Culture

Ruquier a recruté des chroniqueuses à bas coût


Les succédanés de Zemmour et Naulleau

Outre que, sans rire, Martine Brochen Aubry souligne qu'elle n'a qu'un point commun avec Sa Cynique Majesté Royal, celui d'être une femme, les journalistes en jupons, ne relèvent guère non plus le niveau de l'émission.
Audrey Pulvar parle mal, jusqu'à la vulgarité
Aigrie et partisane comme il se doit, la journaliste socialiste est superficielle, voire creuse, mais d'autant plus agressive: avec les clichés et les arguments du café du Commerce.
" Manque de tranchant ", " Audrey Pulvar risque d'essouffler l'émission " sont les commentaires d'internautes. La compagnon du candidat Arnaud Montebourg reconnaît qu'elle a des progrès à faire: " Il est évident que Natacha et moi cherchons nos marques... On tâtonne, on ajuste. On apprend à travailler ensemble ".
Natacha Polony est davantage qualifiée: en lieu et place des marmonnements et des invectives de sa voisine sur sa gauche, elle connaît ses dossiers et se montre sa capacité à argumenter.

VOIR et ENTENDRE un extrait riche d'enseignements: la "règle d'or, les 'fadettes', le procès Chirac, le manque de fiabilité de Mme Brochen Aubry comme gestionnaire, l'apprentissage (alternance) et le FN:

Audrey Pulvar est nettement plus incisive face à Nadine Morano que devant Martine Aubry.
Mais cet extrait exclut le passage où Nadine Morano étrille la Ch'tite Aubry, pourtant ex-ministre du Travail et candidate de secours à la primaire socialiste.

Que raconte-t-elle ?
" On est à 2,7 milliards aujourd'hui. Il faut regarder la totalité: c'est 10,7 milliards, la culture: 7 milliards venant des collectivités locales, 2,7 de l'Etat. C'est à l'évidence totalement insuffisant et si on veut avoir une véritable politique d'Etat, il faut une augmentation de 30 à 50% du budget de la culture", a-t-elle lancé, au Forum Libération, devant quelque 600 personnes.
" Ca fait entre 600 millions et 1 milliard d'euros. La détaxation des heures supplémentaires, ça coûte 4,5 milliards. Avec ces 4,5 milliards, on peut créer 300.000 emplois d'avenir (...). On pourrait donner 1 milliard à la culture ", a expliqué le maire de Lille.
" Il y a des marges de manoeuvre dès lors qu'on fait des choix politiques", a assuré l'immense économiste.
Réagissant à ces déclarations, le secrétaire national de l'UMP Franck Riester observe que la candidate socialiste " fait preuve d'une grande irresponsabilité et joue à l'apprentie sorcière avec l'argent public "
" Pour crédibiliser sa proposition ahurissante, elle a le culot de proposer le financement de ces dépenses par la suppression de la détaxation des heures supplémentaires ", ajoute-t-il.
" Cela reviendrait tout simplement à les financer en ponctionnant le pouvoir d'achat des Français, puisque ce sont les salariés de notre pays qui profitent de cette détaxation ! ", s'est-il indigné.

VOIR et ENTENDRE maintenant la séquence portant sur le budget de la culture , telle que la maire de Lille le conçoit, à la louche, dans l'émission de divertissement de Ruquier:

Les compétences économiques que revendique la Ch'tite Brochen-Aubry, non seulement cassante, mais ironique et méprisante, n'impressionnent déjà pas les deux chroniqueuses, mais Nadine Morano relève la bourde de l'immense économiste socialiste auto-proclamée - mais un peu bornée - qui " assume absolument " :
VOIR et ENTENDRE la séquence précédente où Nadine Morano s'exprime non seulement sur la dette et l'exemple de l'Espagne, mais aussi sur la fonction présidentielle et le ...budget de la Culture, selon Tartine Aubry:


François Hollande, député de la Corrèze, a tancé la maire de Lille
sur son hallucinante proposition d’augmenter de 30 à 40% le budget de la culture, pourtant passée presque inaperçue avec le 14 juillet… Mais François Hollande s'est joint à la polémique pour dire que cette proposition tout en démagogie est plus que farfelue à l’heure où l’Europe est confrontée à une crise sans précédent des dettes publiques et où le gouvernement tente d’instaurer une « règle d’or » anti-déficit.
Hollande vient en effet de s’aligner sur le gouvernement pour ramener à 3% le déficit d’ici 2013… malgré l’opposition officielle du PS.

Le ministre de la culture condamne les égarements de la candidate Brochen-Aubry

Frédéric Mitterrand a dénoncé la proposition du premier secrétaire socialiste
en disponibilité pour cause de campagne, dans Libération. Elle propose en effet d'augmenter massivement le budget de la Culture.
Il a ironisé sur " la fée Martine qui arrive dans le festival d'Avignon ".
"Dire qu'on va augmenter le budget (de la Culture) de 30 à 50 % (...) ce n'est pas sérieux , a souligné le ministre qui demande " sur quelles ressources et comment " ferait Martine Aubry pour y parvenir. La candidate à l'investiture socialiste a jugé vendredi dernier à Avignon qu'il était nécessaire d'augmenter de " 30 à 50% le budget de la Culture ". Puisqu'elle ne boit pas, elle ne peut mettre cela sur le compte du Rosé de Provence...
" La focalisation sur l'argent révèle peut-être une panne d'idées ", s'est interrogé le ministre, avec malice.

Je ne peux pas laisser dire que l'on se désengage, c'est totalement faux "
" Ce qui est vrai en revanche, c'est que certaines collectivités territoriales, et notamment socialistes, font désormais de la culture une variable d'ajustement budgétaire ", a contre-attaqué Frédéric Mitterrand. Sur Europe 1.

Le ministre a ajouté: " Ce n'est pas parce que on est à Avignon qu'il faut nous prendre pour les mules du pape, ou alors dans ce cas-là on risque un petit coup de sabot en retour, le mien notamment."

Interrogé sur l'élection présidentielle, le neveu du président Mitterrand a confirmé qu' il " votera Sarkozy en 2012, oui".

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):