POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

jeudi 5 juillet 2012

Impôts : ceux qui vont passer à la caisse

Les électeurs vont maintenant passer des urnes aux guichets


Les dessinateurs militants sont
en manque d'inspiration:
la vérité actuelle dépasse la fiction passée
et l'autocensure les met au chômage




Le gouvernement a dévoilé hier 7,2 milliards d' € de hausses d’impôts dès cette année. 

Et heureusement pourtant que l’heure n’est pas officiellement à la rigueur !... 
Le gouvernement préfère nous faire avaler la pilule en parlant de " redressement dans la justice " pour expliquer les 7,2 Mds € de hausses d’impôts annoncées mercredi en Conseil des ministres.
Même si
les classes moyennes sont elles aussi mises à contribution par le biais de l’extinction des exonérations de charges sur les heures supplémentaires dans les sociétés de plus de 20 salariés, la vingtaine de mesures concerne  quasi exclusivement les Français les plus fortunés et les grandes entreprises: c'est de cela que la presse aux ordres a pour mission de convaincre la population, mais les classes moyennes vont comprendre rapidement leur douleur.

Deux catégories de contribuables que la gauche n’a cessé de pointer, ces dernières années, assurant qu’elles avaient été épargnées, pour ne pas dire favorisées, par le gouvernement précédent. Ce " changement de cap " s’explique désormais moins  par l'idéologie que par la nécessité, car les réalités du contexte économique s'imposent à  la nouvelle équipe gouvernementale qui a voulu l'ignorer tout au long de la campagne présidentielle et qui les a amplifiées par ses premières mesures populistes. Croissance en baisse, recettes fiscales en recul, dépenses non financées, ce tour de vis est impératif pour « tenir » l’engagement de la France de ramener son déficit public à 4,5% de son PIB à la fin de l’année. Ce discours de " sérieux ", de " justice " n’est que poudre au yeux, tromperie éhontée.

La marche sera plus haute en 2013

Cette  première salve sera suivie d’un nouveau tour de vis dès 2013.
" Cette année, on fait tout ce qu’on peut; l’année prochaine, on fera tout ce qu’on a dit ", déclarait hier Jérôme Cahuzac, le ministre du Budget. 
Une phrase qui annonce de nouveaux sacrifices. La Cour des comptes a prévenu lundi que la marche de 2013 sera encore plus " haute " à franchir. Avec, à la clé, une quarantaine de milliards d’euros d’économies à trouver. 

Un chiffre qui se traduira par une nouvelle augmentation de la pression fiscale et des coupes dans les dépenses de l’Etat, de la Sécu et des collectivités locales. Certes, on est encore loin des plans d’austérité entrepris en Grèce ou en Espagne: c'est l'héritage du quinquennat de Nicolas Sarkozy, mais cet état de grâce ne durera pas. 

Pour une majorité de Français, cependant, aucun doute : 68% d’entre eux estiment que les premières annonces du gouvernement constituent un tournant vers la rigueur, selon un sondage publié hier sur LCI.



10 commentaires :

  1. Voilà quand on nest pas capable de suivre les conseils précaunisés :
    la Cour des comptes a assuré que 2012 pouvait très bien se passer, oui,
    MAIS à condition de ne pas faire un tas de dépenses imprévues et de surcroît immédiates.

    L'argent mis de coté par le gouvernement précédent est déjà dépensé :

    -------BÊTEMENT ET INUTILEMENT DANS LES --------
    ----------CIRCONSTANCES ACTUELLES---------------

    Ils désirent vraiment se mettre tout le monde à dos, je ne les croyais pas bête à un tel point.

    LA RIGUEUR CE N'EST PAS POUR EUX C'EST POUR NOUS QUI LES ENGRAISSONS DÉJÀ DEPUIS TOUJOURS.

    Mais comment leur mettre ça sous leur nez sans flair.

    RépondreSupprimer
  2. Voilà quand on nest pas capable de suivre les conseils précaunisés :
    la Cour des comptes a assuré que 2012 pouvait très bien se passer, oui,
    MAIS à condition de ne pas faire un tas de dépenses imprévues et de surcroît immédiates.

    L'argent mis de coté par le gouvernement précédent est déjà dépensé :

    -------BÊTEMENT ET INUTILEMENT DANS LES --------
    ----------CIRCONSTANCES ACTUELLES---------------

    Ils désirent vraiment se mettre tout le monde à dos, je ne les croyais pas bête à un tel point.

    LA RIGUEUR CE N'EST PAS POUR EUX C'EST POUR NOUS QUI LES ENGRAISSONS DÉJÀ DEPUIS TOUJOURS.

    Mais comment leur mettre ça sous leur nez sans flair.

    RépondreSupprimer
  3. On a l'impression d'une vengeance:

    nous avons été élu
    nous sommes les maîtres

    vous les esclaves aller casquer

    C'est un manque total de vision des conséquences de leurs actes.

    C'EST TOUT DE MÊME UN COMBLE : NOUS LES RÉMUNÉRONS GRÂCE À LEURS PONCTIONS ( IMPÔTS)

    ET MAINTENANT NOUS ALLONS ENCORE CASQUER, GRÂCE À LEURS INCOMPÉTENCES

    ET POURQUOI : parce que ce qui pouvait nous sortir de l'ornière est supprimé par moijeprésident et sa cour d'incapables.

    Et pourquoi faire : réaliser des promesses envers et contre tout.

    MAIS IL N'Y A QUE LES IMBÉCILES QUI NE CHANGENT JAMAIS D'AVIS

    Ils sont comme les footballeurs de l'équipe de France; la France, ils s'en fichent, ils seront rémunérés, leurs revenus ne sont pas tous imposables, et leurs avantages non plus.

    RépondreSupprimer
  4. "Le changement, c'est pas pour maintenant"

    Mais a la saint glinglin!!!

    RépondreSupprimer
  5. Reçu ce jour, je ne l'ai pas vérifié, je pense que beaucoup vont le faire.

    " La prime de chauffage des sénateurs

    Et si on supprimait la prime individuelle de chauffage des fonctionnaires du Sénat pour économiser 3,4 millions d'euros par an ?
    Dans la série ""cherchons des économies"", on tombe parfois sur des perles. Selon le magazine Capital, ""les fonctionnaires du Sénat sont payés trois fois plus cher que leurs collègues de l'État""...
    Comment expliquer un tel écart ? En raison d'une accumulation de primes dont bénéficient ces fonctionnaires bien spécifiques.

    > > > > > >
    Un seul exemple : le versement d'une prime individuelle... de chauffage !
    ???????????????????????????????????????????????????????

    > > > > > > > > > > > > Non seulement l'intitulé prête à sourire (y a-t-il des problèmes de chaudière au palais du Luxembourg ?), mais le calcul de cette prime laisse rêveur : elle est indexée sur les cours du pétrole. Comme ceux-ci sont régulièrement à la hausse, il fallait s'y attendre : la prime a littéralement explosé.

    > > > > > >
    ""Elle est passée de 1 500 euros par an en 2000 à 4 035 euros en 2011"", selon Capital.

    > > > > > >
    En la supprimant, l'État économiserait donc 3,4 millions d'euros par an. Dans la même série, un sénateur touche une prime informatique de 1000 Euros par mois ....une honte ......... ils doivent changer d’ordinateur tous les 15 jours…ou alors ils les revendent à bas prix ...
    Le Sénat c'est aussi:

    > > > > > >
    - 6,7 milliards placés en actions, en obligations et dans l'immobilier.
    - Une retraite pleine au bout de deux mandats
    > > > > > > > > > > > > - Sans compter divers avantages "sociaux".

    > > > > > >
    Ainsi, première aberration, le Sénat récupère la CSG pour enrichir sa propre caisse sociale !!! Dont les remboursements sont singulièrement généreux pour tous. Notamment en ce qui concerne les lunettes, les soins dentaires et même les médicaments, remboursés, sans exception, à 90%.

    > > > > > >
    Demandons-nous pourquoi nos gouvernants, tous partis politiques confondus, ne veulent pas appliquer les bonnes solutions pour diminuer la dette.
    Plus il y a de déficit et plus les dépenses de nos élus sont indécentes, à croire qu'en désespoir de cause ils veulent mettre le pays au fond du trou.

    > > > > > >
    Il y a un bon coup de balai à donner, de tout bord politique ...

    FAIRE SUIVRE IL FAUT QUE CELA SE SACHE "

    Comme leurs revenus sont plus à leur coeur que les nôtres,

    c'est comme dit l'anonyme précédent :" le changement, c'est pas pour maintenant " sauf je le crains pour nos porte-monnaie, qui servent déjà à ce qui est indiqué ci-dessus, quand au reste à venir il nous faudra sûrement ajouter des trous à nos ceintures pour mieux les serrer.

    RépondreSupprimer
  6. De nombreux cocus en perspective, fallait pas voter la gauche, voter blanc ou s'abstenir, fallait voter pour le moins pire.
    Les entreprises ne viendront plus en France et celles qui y sont...

    Si, si le changement c'est pour maintenant, les Français vont voir la différence avec la diminution de leur pouvoir d'achat.

    http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2012/07/06/97002-20120706FILWWW00529-info-le-figaro-retraite-des-cadres-reserves-epuisees-en-2016-2018.php

    RépondreSupprimer
  7. Certes fallait pas voter la gauche,

    mais les autres qui ont voté à droite vont être dans le pétrin,

    car seuls tous les fonctionnaires sont à l'abri, et il y a près de 90 fonctionnaires pour 1000 habitants qui pompent 12 % du PIB .

    Ceux-là se fichent pas mal des autres et ils sont fonctionnaires à vie et votent à gauche dans leur grande majorité, et leurs retraites sont assurées.

    Je comprends cet engouement de vouloir être fonctionnaire à tout prix.

    Et ils sont payés par qui ???

    Quelle m....

    RépondreSupprimer
  8. Les salariés du privé sont en bien plus grand nombre que les fonctionnaires

    si leurs retraites sont menacées, il y aura une répercussion sur tous,

    et les fonctionnaires ne seront plus à l'abri, de toute façon à plus ou moins brève échéance tout le monde va être mis à égalité

    et ce ne sera que justice

    RépondreSupprimer
  9. Je suis déboussolée :

    un pays de fonctionnaires , ça serait bien dans l'absolu, mais ça peut pas fonctionner , qui payeraient leurs salaires , s'il n'y a plus personne à ponctionner.

    Il ne me reste plus qu'à entonner la chanson de nos ancêtres les Gaulois:

    Faut rigoler faut rigoler avant que le ciel nous tombe sur la tête
    Faut rigoler faut rigoler pour empêcher le ciel de tomber

    Mais je crains que les dieux des gaulois ne soient partis avec eux.

    C'est bien ennuyeux quand même.

    RépondreSupprimer
  10. Hé oui

    CE SONT LES SALARIÉS DU PRIVÉ QUI FINANCENT LES SALAIRES DES FONCTIONNAIRES, S'ILS SONT TROP PONCTIONNÉS ILS NE POURRONT PLUS RIEN FINANCER.

    FLAMBY ET COMPAGNIE IL NE FAUT PAS L'OUBLIER.

    J'ai lancé une bouteille à la mer, arrivera-t-elle ou pas ???

    RépondreSupprimer

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):