POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

vendredi 6 juillet 2012

Le droit de vote aux étrangers divise le centre et au-delà

Borloo "plutôt favorable", Bayrou carrément pour et Sauvadet "totalement opposé"
La majorité de gauche pousse au vote des étrangers


"
Le droit à la parole politique est aussi important que le droit à la santé ou à l'éducationassure Roland Ries, maire de Strasbourg, à l'origine de cette initiative. La cohésion sociale ne se décrète pas mais se construit." 


Sur France 2, le candidat socialiste F. Hollande a donné le calendrier de sa réforme. 
"Il n'y a pas d'échéance particulière, mais je dirais en 2013, avant les élections de 2014."

C'est la mesure qui fait polémique. 


François Hollande
 a affirmé mercredi qu'il envisageait pour "2013" sa réforme institutionnelle donnant le droit de vote aux étrangers non communautaires aux élections locales
. 
A petits pas. "Ce sera uniquement pour les élections municipales, car ce sera le même régime que pour les étrangers européens qui votent déjà aux élections municipales, qui ne sont pas éligibles, qui ne peuvent pas devenir maire ou adjoint, qui peuvent devenir conseillers municipaux", "ça existe déjà dans notre pays", a-t-il rappelé. 


Martine Brochen-Aubry s'est déclarée pour le droit de vote des étrangers, en situation régulière, aux élections locales. Dans une tribune parue dans Libération , elle s'expliqua, disant " parce qu'ils participent activement à la vie de la cité, les étrangers en situation régulière doivent enfin prendre part aux élections locales en détenant le droit de vote ". Une position claire et définitive déjà affirmée dans le passé. Tout en reconnaissant qu'il faut conserver " la règle de nationalité française pour les élections nationales ", la première secrétaire du PS suggère " qu'en ouvrant le droit de vote aux élections locales aux autres Européens, (...) nous avons démontré la capacité d'une marche en avant ".  

VOIR et ENTENDRE Christophe Barbier (L'Express) faire la part des choses:

Chevènement s'abstient, Bayrou dit oui
Le candidat du MRC à la présidentie
lle se démarque du PS
qui défend le vote des étrangers non communautaires aux élections locales.

Sur Radio Classique-Public
 Sénat, Jean-Pierre Chevènement, candidat  à l'Elysée et ancien ministre de F. Mitterrand,  déclara en novembre 2011 : "J'ai évolué sur ce sujet et je ne prendrai pas part au vote [...] Je ne veux pas me laisser instrumentaliser dans un débat qui n'a pas de sens aujourd'hui". Le sénateur de Belfort a ajouté: "Il faut viser l'intégration des étrangers et la naturalisation me paraît être une meilleure voie que le saucissonnage de la citoyenneté". 
Le candidat du MoDem se rapproche des socialistes sur la question
Bayrou, le candidat du Modem à la présidentielle, s'est dit favorable à ce changement "Vous êtes roumain ou bulgare, vous êtes en France depuis six mois, vous avez le droit de vote aux élections locales" alors qu'un Marocain "en France depuis vingt ans" n'a "pas le droit de participer au choix des élus municipaux. [...] Lorsqu'une personne est en France, en règle depuis plus de 10 ans, qu'elle paye ses impôts, elle a le droit de dire quelque chose sur la collectivité locale à laquelle elle appartient". 

Cette proposition, vilipendée à droite avait été jugée "hasardeuse" par le président Sarkozy. 

Les opposants au projet socialiste de loi sont nombreux
, à droite: 

Marine Le Pen
, depuis toujours.
Nicolas Sarkozy, a évolué contre. Le président, suivi par les cadres de son parti, affirme qu'il est "hasardeux" de séparer la nationalité du droit de vote - à l'exception des "citoyens européens, qui partagent avec nous une communauté de destin". 
Et François Fillon affirme aussi qu'il est impensable de dissocier le droit de vote de la citoyenneté et ainsi couper avec la tradition Républicaine française. Pour l'UMP,  il n'y aucun quiproquo
"Si l'on veut accéder au droit de vote [....] il faut faire la démarche de vouloir lier son destin à un pays en demandant la nationalité française".


De plus, l'ex-majorité réclame la "réciprocité": si un étranger peut voter, son pays d'origine doit permettre aux résidents français de faire de même.

Le centre se divise

Jean-Louis Borloo
président du groupe UDI (Union des démocrates et indépendants, 
des élus du Nouveau centre, du Parti radical, de l'Alliance centriste ou même de l'UMP) à l'Assemblée nationale, s'est déclaré mercredi "plutôt favorable" au droit de vote des étrangers aux élections locales.

"Je pense que les avis ne seront pas totalement convergents chez nous sur cette question", a dit J.-L. Borloo devant l'Association des journalistes parlementaires (AJP). "Moi, j'y suis plutôt favorable, mais je comprends que ce ne soit pas partagé". "Sur le droit de vote, les gens changent d'avis, certains sont moins pour qu'avant et d'autres moins contre", a-t-il relevé.


Le vice-président du groupe, 
François Sauvadet, s'est dit "totalement opposé"

Alors que  Hervé Morin y est farouchement opposé, "J'y suis totalement opposé", a réagi François Sauvadet, quelques heures plus tard. "Le vote doit être lié à la nationalité. La question à poser est donc celle de l'accès à la nationalité. S'il y a un droit de vote des étrangers de l'Union européenne, c'est qu'il y a une forme de citoyenneté européenne".

"Le sujet n'a pas été évoqué au sein du groupe UDI, mais beaucoup au sein du groupe sont totalement opposés à ce droit de vote", a-t-il ajouté.

Jean-Louis Borloo et François Sauvadet se rejoignent sur un point: sur ce sujet, il y aura liberté de vote au sein du groupe UDI.



Borloo a précisé que ce serait également le cas pour le mariage homosexuel. "Pour tout de ce qui relève de sujets de société, de l'intime, comme l'égalité devant le mariage, il y a une totale liberté. A l'évidence, il y a des sensibilités différentes sur ces sujets", a-t-il déclaré.

En revanche, "il y a quelques grands textes sur lesquels il est plutôt mieux de donner une cohérence" dans le vote du groupe UDI, a-t-il souligné, en donnant l'exemple du budget et des "grandes lignes stratégiques".

4 commentaires :

  1. C'est un non sens, l'étranger
    qui travaille chez nous,

    -pourquoi pas dans son pays ?

    -paye des impôts chez nous, encore heureux, il bénéficie d'autres avantages, sécurité, RETRAITE,
    pour ne citer que cela

    -désire-t-il s'intégrer? on le saurait déjà

    L'IMPORTANT DE L'HISTOIRE :

    Il pourra peser sur des décisions qui ne le concernent pas
    faire peser son choix sur des domaines qui ne le concerne pas

    Vous trouverez sûrement d'autres arguments

    Ces décisions IMPOSÉES aux français sont à la fin

    --------------INSUPPORTABLES----------------

    car n'ont pas de légitimité ( non désirée, du moins pas votée par le peuple)

    n'apporte rien à notre pays( les impôts ! mais leur travail peut sûrement être accompli par un de nos chômeurs)

    risquent d'amener des tensions, comment admettre que ces gens aient les mêmes droits mais pas les mêmes devoirs ( que fait-on de l' ÉGALITÉ )

    C'est de plus en plus aberrant et désespérant

    Mais le peuple n'a RIEN À DIRE

    RépondreSupprimer
  2. Y causent y causent tous :

    Et Hollande de la Hollanderie s'en contrefiche , il a les tous les pouvoirs à peu de choses près, et fait ce qui lui plaît

    Mais , y a plus de mais qui tienne, bobonne tais-toi et dors tant qu'on nous a pas encore piqué not lit

    RépondreSupprimer
  3. Oui mais,

    bobonne j'vas t'en coller une si tu te tais pas,

    dans 5 ans on s'ra en retraite,

    en attendant on piquera des poulets au voisin de gauche, ça lui apprendra à voter n'importe qui

    pis tant qu'à faire on piquera des légumes à çui d' droite qu'à pas voté, c'est de sa faute aussi

    tais-toi,

    on est tranquille pour un moment,

    y a aussi celui qu'a voté Jolie, tu parles d'une beauté, elle est plus moche que toi, çui-là il a plein de lapins

    et l'aute qu'a voté pour le Bayroute, il a plein de carottes dans son champs derrière chez nous et de patates aussi

    Dors tu vas avoir du boulot, faut remplir les 3 congélateurs sinon j'te serre la ceinture, j'ai encore la machine à trouer l' cuir.

    Dors j' réfléchi à tous les autres couillons qui nous ont foutu dans la m.. nous autres, et qui ont de quoi nous remplir les congélos.

    RépondreSupprimer
  4. Pourquoi les Français souffrent-ils ? B. Raquin

    Ils se font insulter par des racailles, souvent des immigrés.
    Ils se font traiter de racistes par des racistes immigrés, et des milliardaires exilés fiscaux.
    Ils se font harceler judiciairement par des associations de parasites.
    S’ils sont victimes, ils savent que les juges protègeront, le plus souvent, la racaille.
    Ils se font insulter et mépriser par des journalistes qui gagnent 20 fois plus qu’eux.
    Ils se font faire la morale par des politiciens, souvent repris de justice.
    Ils savent que leur police, expression de la république, est désarmée par les mondialistes.
    Ils voient leur drapeau insulté, leurs cimetières et églises vandalisés.
    Ils travaillent en partie pour des parasites, des clandestins et des polygames.
    On les jette au chômage, pour les remplacer par des immigrés payés au noir.
    Mais depuis le 6 mai, les Français ont relevé la tête.
    Beaucoup se dressent contre la coalition spéculateurs-socialistes-communistes-islamistes.
    Le changement, c’est maintenant : finie la souffrance, place à la lutte contre l’oppression.
    5 ans suffiront pour préparer le retour à la république française, Une, Laïque, et Indivisible."

    S'Y AJOUTE, HOUUUU, LE DROIT DE VOTE AUX ÉTRANGERS.

    ON A UN GOUVERNEMENT DE " FOUS "

    RépondreSupprimer

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):