POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

mercredi 16 mai 2012

Iveco ferme son usine qui emploie 171 salariés en Savoie


Le gouvernement Ayrault va pouvoir démontrer son savoir-faire


Le constructeur de camions de pompiers CAMIVA, filiale d'IVECO, a annoncé la fermeture de son usine de Saint-Alban-en-Leysse (Savoie) à ses 171 salariés réunis mardi pour étudier un plan de reclassement, a indiqué la CGT. 

"C'est une véritable catastrophe industrielle pour l'agglomération de Chambéry", a dénoncé le délégué départemental CGT, Antoine Fatiga, qui estime à "600 à 800 le nombre total d'emplois détruits", en incluant les nombreux sous-traitants dans l'agglomération.

" Près deux millions d’euros de pertes en 2011 (une première en 25 ans), un CE réunit un lendemain d’élections et en plein pont du 8-Mai, ça ne sentait pas bon. On pensait à un plan de sauvegarde de l’emploi ou une restructuration, mais pas à la fermeture pure et simple de Camiva. C’est une décision brutale et cynique ", lâchent François Batiston et Jean Tardy, délégués syndicaux CGT de l’entreprise de camions de pompiers Iveco Magirus.






Manifestants d'Iveco Valladolid
( juillet 2011)



La direction conteste ces chiffres catastrophistes


"Trois entreprises locales, dont l'activité avec Camiva représente plus de 50% du chiffre d'affaires, sont concernées, soit une quinzaine de personnes", a déclaré de son côté une porte-parole de la direction.


"Des propositions de reclassement dans les autres entités du groupe vont être faites aux salariés afin d'éviter tout licenciement", a poursuivi l'entreprise qui justifie la fermeture par une volonté du groupe italien Iveco de "réorganiser" cette division. 
472 postes de reclassement vont être proposés, dont 161 dans la région Rhône-Alpes (110 à Annonay dans l'Ardèche (Irisbus) et 51 dans la région lyonnaise), 104 dans le reste de la France et 207 à l'étranger, a détaillé la même source.

CAMIVA, implanté en 1970 près de Chambéry et spécialisé dans la construction de véhicules de secours et de protection,  a compté jusqu’à 500 salariés.

L'entreprise, qui a été détenue par Renault, a été rachetée en 1997 par le groupe Iveco, filiale de l'italien Fiat Industrial, groupe issu de la scission de Fiat en 2011.
La production devrait être relocalisée en ... Allemagne où les syndicats pratiquent le dialogue social, à la différence de leurs homologues français.
Nos syndicats vont-ils se montrer plus accommodants avec un gouvernement de gauche ?




Un autre salarié de Valladolid
fait le show


Les délégués CGT se laissent le temps de mûrir leurs actions après ce fameux CE de mardi. " On ne veut pas partir bille en tête et faire n’importe quoi. Mais on se battra pour la sauvegarde des emplois et on médiatisera nos actions ", préviennent-ils.

1 commentaire :

  1. Gigi et Gigi

    Autant que nous sachions les syndicats , à ce jour , n'ont créé aucune usine ,soit aucun emploi , ils défendent certes les droits des " travailleurs " mais cela s'est souvent fait dans des conditions telles que l'outil de travail est allé à vaux l'eau , ou a complètement périclité .

    Si vous n'êtes pas d'accord : des exemples que l'on peut vérifier .

    Le syndicalisme voulu par Sarkozy : voir la loi du 20 août 2008 qu'il a fait voter, portait sur la rénovation de la démocratie syndicale soit :

    dialogue social à trois

    - organisations syndicales
    - organisations patronales
    - gouvernants ( de gauche ou de droite )
    avec bien sûr la prépondérance de la voix de
    l'État titulaire.

    n'a pas encore donné les résultats escomptés en matière de représentation syndicale

    mais pourquoi , qui bloque ...ou a bloqué ...

    Devinez

    RépondreSupprimer

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):