POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

mercredi 30 mai 2012

Un documentaire LCP suspect de parti-pris anti-nucléaire

Les documentaires à charge qui se veulent objectifs





Une catastrophe naturelle: tremblement de terre et tsunami





Des documentaires, comme moyens de propagande


"Les documentaires offrent une autre appréhension du monde qui nous entoure et portent un regard différent sur la vie politique et ses acteurs," assume LCP. 

Une présentation partisane du documentaire "inédit", écrit et réalisé  (2012) par David Zavaglia (52’) et coproduction LCPAn / Scientifilms. 

"Vendredi 11 mars 2011. 14h46 heure locale. Le Japon vient d’être touché par l’une des catastrophes naturelles les plus terribles de son histoire. Depuis, l’archipel vit avec une épée de Damoclès au-dessus de lui : celle de la centrale de Fukushima qui ne peut être réparée et qui continue de fuir…" Une présentation lapidaire, puis plus rien dans le documentaire sur les causes précises, non pas internes , mais extérieures à la centrale nucléaire. Mais ce reportage n'est visiblement pas consacré aux risques naturels...









Les réactions en chaîne provoquées par
un tremblement de terre
qui a provoqué un tsunami
qui a provoqué la destruction de la centrale

Les questions rhétoriques posées comportent les éléments de réponse

"Un an après, la situation s’est-elle améliorée ? L’Etat a-t-il pris des dispositions suffisantes ? Comment les habitants s’organisent-ils sur place ?"



Le parti-pris des accusations populistes
"D’un côté, on observe un Etat qui engage un retour progressif de la population au lieu d’élargir la zone d’évacuation. De l’autre, la résistance s’organise à travers des opérations de détection et de mesure de radioactivité… "

"Le réalisateur nous livre une enquête saisissante sur le rôle de l’Etat Japonais et les risques encourus par les populations locales. Une chronique édifiante d’une catastrophe au long cours…" 
VOIR et ENTENDRE le procès du gouvernement démocratique par les activistes du lobby anti-nucléaire:

Une chaîne d'Etat instrumentalisée par des extrémistes ? 

Profession de foi en l'intox subventionnée




Le petit reporter
Tintin au pays des Soviets









Les contre-vérités des déclarations de la profession

"Face au vertige de l’information en continu, les documentaires imposent cette distance nécessaire pour une nouvelle expérience du réel." La "distance" est en fait le temps pris pour monter une propagande téléguidée par les associations, réseaux et associations, des groupes de pression. 

Une information est-elle plus fiable parce qu'elle est alternative ?
"Ainsi, l’écriture documentaire vient indispensablement (?) renforcer les moyens d’expression et de connaissance proposés à l’antenne à travers les journaux, les magazines et autres débats." 
Ce documentaire - totalement négatif de bout en bout - administre la preuve d'une dramatisation subversive destinée à susciter la peur dans la population et à déstabiliser les gouvernements démocratiquement élus.

LCP revendique une politique militante de sous-traitance suspecte
"Depuis de nombreuses années, LCP a choisi de faire la part belle [sic] à la démarche documentaire sur son antenne à travers une programmation sur-mesure et une politique de coproduction ambitieuse. LCP achète ou coproduit une cinquantaine de documentaires par an et collabore avec de nombreux producteurs porteurs de savoir-faire différenciés." 
Un savoir-faire en matière de manipulation de l'opinion digne des régimes totalitaires.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):