POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

jeudi 3 mars 2011

Guérini (PS) accuse Montebourg (PS) de diffamation

Le PS se divise sur le cas Guérini

Jean-Noël Guérini, le président du Conseil général PS des Bouches-du-Rhône et patron de la fédération socialiste du département, a annoncé jeudi qu'il porterait plainte contre le député socialiste Arnaud Montebourg, qui recommande sa "destitution" dans un rapport. Lien PaSiDupes: Guérini, dégage !

Le sénateur dit avoir chargé Me Patrick Maisonneuve, du barreau de Paris, d'instruire cette plainte pour diffamation.
"Je m'insurge de la publication par la presse d'un rapport rédigé par Arnaud Montebourg consacré à la situation de la fédération du Parti socialiste des Bouches du Rhône. Je m'inscris totalement en faux contre ce texte, mensonger, calomnieux et diffamatoire", dit Jean-Noël Guérini.

"Cet élu qui se prend pour un procureur tient des propos péremptoires sur le Conseil général des Bouches du Rhône, sa gestion et son fonctionnement. Son attitude, digne d'un inquisiteur, est inacceptable", ajoute-t-il dans un communiqué.
Arnaud Montebourg "cherche à exister par tous les moyens", selon Jean-Noël Guérini, et il qualifie son rapport de "stratégie et d'opération de communication".

Aubry s'en lave les mains

Le premier secrétaire du Parti socialiste demande de laisser la justice poursuivre son travail dans le dossier Jean-Noël Guérini.

Brochen-Aubry déjuge son propre missi dominici

Celle qui n'a pas su faire de la prévention dans les fédérations socialistes sulfureuses, pas plus dans les Bouches-du-Rhône qu'en Languedoc-Roussillon où sévissait l'odieux Georges Frèche, se déclare aujourd'hui non convaincue par le rapport du député Arnaud Montebourg remis à la direction du PS.

François Hollande avait tergiversé des mois durant avant de faire dégager l'affreux Jojo le 27 janvier 2007. La faisant fonction actuelle aboie après la majorité mais ne réussit pas à mettre de l'ordre dans son chenil. Elle esquive encore la décision de "destitution" .

L'environnement PS n'est-il pas assez nauséabond ?

L'infatué Montebourg a produit une flatulence
"Il n'y a rien dans ce rapport, pas un élément concret, précis, pas un fait", déclare Martine Aubry sur le site internet du magazine Le Point, avec une volonté délibérée de dégonfler le rapport Montebourg. "Aujourd'hui, je lis des choses dans la presse, des rapports d'écoutes, mais rien de précis ou de répréhensible", assure celle que le voyage privé de MAM en Tunisie avait pourtant mise dans un état minable devant les micros et caméras.

Brochen-Aubry se plaît sur le tas d'immondices des Guérini
Le frère cadet du président du CG13, Alexandre Guérini, entrepreneur en multiples décharges d'ordures, est en prison depuis le 1er décembre 2010, dans le cadre d'une information judiciaire sur les marchés publics présumés frauduleux des Bouches-du-Rhône, plus précisément pour abus de biens sociaux, détournement de fonds et de biens publics, recel, corruption active, trafic d'influence et détention de munitions.
Sans parler des réseaux internationaux des frères Guérini:
lien PaSiDupes
Cas social et socialiste vertueux, Alexandre occupe un appartement HLM: lien PaSiDupes

Le premier secrétaire laisse pourrir la situation dans la fédération
Depuis le temps que Jean-Noël Guérini a été élu président du Conseil général des Bouches-du-Rhône, en 1998, puis réélu en 2001, 2004 et 2008, les directions successives du PS n'auraient rien reniflé. Le cumulard Montebourg qui milite contre le cumul des mandats est tombé sur un cas notoire: Guérini
est également premier secrétaire de la fédération socialiste du département...

Mme Brochen-Aubry aurait-elle de bonnes raisons de s'en remettre aux magistrats du SM ?
"Il faut laisser faire la justice. Pour l'instant, Jean-Noël Guérini n'a même pas été entendu".br>
Arnaud Montebourg fait illusion: selon elle, son rapport est vide, donc nul et non avenu. Le député Montebourg recommande pourtant la destitution de Jean-Noël Guérini, en s'appuyant pourtant sur des "témoignages relatant l'utilisation des moyens publics retirés ou attribués au gré des humeurs arbitraires (de Jean-Noël Guérini) en fonction du degré d'allégeance ou de résistance au pouvoir exercé par ledit président du Conseil général".

Guérini, bandit corse, selon Montebourg ?

Le député parle également de "contrôle sans limite", de "clientélisme féodal" et de "culte du chef" imposés par [le sénateur PS] qui s'est auto-proclamé président de la fédération PS, alors que l'organisation normale du parti prévoit uniquement des "premiers secrétaires fédéraux".
Ailleurs, pour bien moins que cela, la Ch'tite Brochen-Aubry établit des parallèles outranciers et passe au rouge, accusant les auteurs de ses fantasmes de "salir" et "abîmer"...

Quant à Désirdavenir Royal, elle avait trouvé à sa convenance les représentants de la bien-nommée "Ligne claire" (Collomb-Guérini) au point de se les rallier le 19 septembre 2008. N'avait-elle pas trouvé avec eux la proximité et la convergence qui ont permis un accord pour la rédaction d'une motion commune (la motion E) au congrès de Reims ?
Où a-t-elle disparu ? Dans quel cabinet de chirurgie esthétique est-elle en train d'effacer les ravages du temps? Quand se décidera-t-elle à resortir à nouveau du frigo ?


Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):