POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

lundi 28 mars 2011

Cantonales - Ni gagnant, ni perdant: tous déçus !

Une vaguelette rose face aux vents contraires de l'abstention

Les attaques et le dénigrement systématiques de l'opposition auront suscité dans le même temps un vote contestataire dont le Front de gauche a fait les frais et de créer un climat d'écoeurement et d'indifférence à l'élection à une assemblée appelée à disparaître dans trois ans.

L'abstention
Son taux s'est situé autour de 54,97% après dépouillement de plus de 95% des bulletins exprimés dans un scrutin qui concernait 1.566 cantons. Elle est en léger recul par rapport à celle, record, du premier tour (55,67%) mais progresse de plus de 20 points par rapport au deuxième tour des cantonales de 2004 dans les mêmes circonscriptions.

Les résultats
Le Parti socialiste (PS) est crédité de 35,73% des voix, l'UMP de 20,21% et le Front national (FN) de 11,73%, .

Le Front républicain, une ligne Maginot
Le Front National a confirmé sa percée dimanche au deuxième tour des élections cantonales, en nombre de voix, sans toutefois la traduire en termes d'élus. Il avait pu se maintenir dans quelque 400 cantons et, dans les duels où il était présent, a atteint un score moyen de 40% des suffrages exprimés.

La présidente du Front National, Marine Le Pen avait du mal à dissimuler sa déception en se félicitant des "montées exceptionnelles" de son parti entre les deux tours, assurant qu'il bénéficie dorénavant d'un "vote d'adhésion". A défaut, il est clair que les électeurs ne dissimulent plus leur préférence et qu'il est désormais admis que ce parti est démocratique et républicain, comme l'a concédé Sylvie Pierre-Brossolette ce matin sur France Info, au grand dam de Laurent Joffrin (Le Nouvel Observateur) qui l'accuse de xénophobie.
Deux cantons étaient remportés vers 22h00, (outre celui de la Ligue du Sud, à Orange), à Carpentras (Vaucluse) et à Brignoles (Var). Mais le secrétaire général du parti, Steeve Briois, a été battu dans le très socialiste Pas-de-Calais tout comme le compagnon de Marine Le Pen et numéro deux du FN, Louis Aliot, dans les Pyrénées-Orientales malgré sa forte avance du premier tour en terres socialistes.
Le FN paie une fois de plus l'ostracisme dont il est la cible dans un mode de scrutin, majoritaire à deux tours, qui favorise les partis en mesure de conclure des alliances, et ce malgré le refus de l'UMP, inspiré par Nicolas Sarkozy, d'appeler à voter dans tous les cas de figure pour le parti d'extrême droite.
"Les électeurs de la droite modérée ne vont pas comme ça vers le Front national", a déclaré sur LCI le politologue Jérôme Jaffré. Ainsi, le système électoral ne lui a toutefois pas permis d'atteindre le minimum de dix élus qu'il espérait, en dépit des scores élevés enregistrés par ses candidats, 40% en moyenne.

Déjà bien implanté dans les cantons et largement en tête à l'issue du premier tour, la gauche devrait conforter sa majorité dans les présidences d'exécutifs départementaux.
Malgré son pilonnage de la Sarthe détenu par la droite, le PS échoue à investir le fief du Premier ministre, François Fillon. Les socialistes auront donc du mal à convaincre que ce scrutin local des cantonales à une portée nationale.
Ses prétentions sont donc déçues. Bien qu'il s'agisse d'un scrutin intermédiaire traditionnellement défavorable au parti au pouvoir et malgré les effets de la crise économique et financière internationale, le PS n'atteint pas son objectif de 10 prises de conseils généraux.

Le Parti socialiste, qui contrôlait déjà 58 départements sur 100, a pris à la droite le Jura et les Pyrénées-Atlantiques.
Il semble bien placé pour faire de même en Savoie, à La Réunion et à Mayotte même si, dans ces trois départements, il faudra sans doute attendre l'élection des présidents de conseils généraux, jeudi, pour que ce succès soit définitivement établi, a indiqué le ministre de l'Intérieur, Claude Guéant.

2/3 des départements à l'opposition

C'est l'effet cumulé des cantonales 2008 et 2011

L'opposition n'a pas emporté près de 60% des départements en une fois, en 2011, et ni la majorité ni l'opposition ne peut tirer de conclusions qui la satisfasse.
  • Le premier secrétaire du PS, Martine Aubry, s'est félicitée que son parti dirige dorénavant deux départements sur trois tout en indiquant qu'il fallait accueillir ce succès "avec beaucoup d'humilité" au vu de l'abstention et du vote Front national élevés.
  • Son homologue de l'UMP Jean-François Copé s'est dit de son côté "un peu déçu" des résultats d'ensemble et a assuré que le parti présidentiel tirerait les enseignements de la poussée du
    Si l'UMP n'est pas parvenue à reconquérir la Seine-et-Marne, le fief de son secrétaire général, elle a repris à la gauche le Val-d'Oise, un département "symbole" dont Dominique Strauss-Kahn, le favori des sondages pour la présidentielle 2012, a longtemps été l'élu.
    VOIR et ENTENDRE Jean-François Copé (UMP)

    L'après élections
    Le Premier ministre avait appelé à voter contre le Front national, se démarquant ainsi des consignes données par l'Elysée, avant de rentrer dans le rang. Les media qui accusent volontiers le Chef de l'Etat d'être resté chef de parti quand ça les arrange, se sont bien gardés de saluer sa neutralité en sa qualité de président de tous les Français.

    Un tiers (32%) des électeurs UMP sont pourtant favorables à l'idée d'une alliance avec le FN au niveau local, selon un sondage Ipsos diffusé dimanche : 28% l'approuvant au niveau national.
    La même enquête, à 13 mois de la présidentielle, montre que Nicolas Sarkozy serait devancé par Marine Le Pen et éliminé au premier tour, si elle avait lieu aujourd'hui, dans presque tous les cas de figure, sauf si la candidate PS était Désirdavenir Royal, sachant que son adversaire n'est pas connu, que les primaires PS n'ont pas eu lieu et que ses candidats potentiels, tel Dominique Strauss-Kahn , ne se sont toujours pas déclarés.
    Le chef de l'Etat ne recueillerait notamment que 17% des intentions de vote si DSK se présente, le directeur général du FMI étant crédité du double. Mais Marie-sEGOlène Royal, la candidate socialiste - battue en 2007 - n'était-elle pas également surévaluée en 2006 ?

    Les media militants nous refont à l'envers le coup de la présidentielle 2007. Ils prétendent qu'un tel écart, s'il était confirmé dans d'autres sondages, ne manquerait pas de susciter des interrogations sur la capacité du président sortant à défendre les couleurs de la droite en 2012. Nicolas Sarkozy aurait-il été bien inspiré d'écouter les entrepreneurs en sondages de 2006 ?
    Intervenant sur France 2, le ministre du Budget François Baroin, porte-parole du gouvernement, a déclaré que "ce serait une pure folie d'avoir un autre candidat" l'an prochain.

  • Aucun commentaire :

    Enregistrer un commentaire

    Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):