POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

samedi 19 mars 2011

Le lobby "vertueux" des fonctionnaires

Ceux qui geignent pour mieux se gaver

Le cas des syndicats de fonctionnaires, si choquant soit-il, n'est pas le seul.

Dans notre société centralisée, les fonctionnaires sont omniprésents.
Leurs privilèges et leur conservatisme, leur arrogance et leur insouciance, leur manquements au service public et leurs prises d'otages les rendent odieux. Et pourtant leurs lobbys sont parmi les plus puisants de France.
Tout cela est-il en train de changer ?
C’est la question que pose dans son nouveau livre, Agnès Verdier-Molinié, journaliste et directrice de la Fondation pour la Recherche sur les Administrations et les Politiques Publiques (IFRAP). Une enquête propulsée dans les essais dont on parle, mais qui dérange et suscite un vif débat.

Ainsi, les réformes, telle la révision générale des politiques publiques, ont été détournées, réorientées et sabotées par le lobby de la fonction publique pour son propre intérêt et les fonctionnaires égocentriques menacent le service public
, puisqu'ils entravent la politique d'économies: elles auraient pu s'élever à 7 à 8 milliards d'euros, grâce par exemple au non renouvellement de postes, mais ont été reperdus en primes et salaires.
Concentrés sur leurs intérêts, les fonctionnaires, pompiers incendiaires, se retournent contre l'intérêt général: en bloquant le système dont ils vivent, tout en hurlant à sa casse, ils jouent à un jeu subtil qui leur rapporte le beurre médiatique et l'argent du beurre. Leur double jeu leur permet, tout en se ralliant l'opinion et en ménageant la poule aux oeufs d'or, d'exercer un chantage sur le gouvernement qui, au final, leur verse 1 milliard d'euros en subventions ou mises à disposition et leur accorde toujours plus de protection.
Les perdants ne sont pas ceux que l'on croit.

L'ensemble de la nébuleuse socialiste se sent visée
On le sait, elle s'est servie auprès des gouvernements à chaque fois que la gauche est arrivée au pouvoir ou a arraché des avantages et privilèges par la grève et le chantage. Elle est capable de peser sur la politique des gouvernements et de grever les budgets successifs.
Mais la majorité des Français réalise que, si les associations, réseaux et ONG se sont également multipliés, ils ont aussi grossi et pèsent désormais lourdement, non seulement sur les mentalités des citoyens, mais aussi sur les finances de l'Etat.
Le bilan ne lui est pas favorable à la communauté.
Lien PaSiDupes vers le livre de Bernard Zimmern

L'IFRAP dénonce les abus des syndicats de la fonction publique
Il n'adhère pas à la pensée unique et se rebelle contre la police de la pensée, dont l'un des agents radicaux, Bakchich par exemple, combat le libéralisme et qualifie d'hyper-libéral quiconque ne lui ressemble pas.

L'IFRAP ne peut que déplaire à la gauche à chaque fois qu'il démontre que la plupart des "excès" ou des "effets pervers" qu'il est politiquement correct d'attribuer généralement à la mondialisation ont souvent d'autres causes. "Ceux qui veulent sincèrement lutter contre l'injustice et la pauvreté ne doivent pas se tromper de cible. Sinon, ils prennent le risque d'inspirer des mesures et des politiques publiques qui ne feront qu'aggraver ces effets pervers. "
Agnès Verdier-Molinié (lien wikibéral), directrice de la Fondation IFRAP, vient de publier un livre sur le lobby des fonctionnaires, aux éditions Albin Michel(206 p., 17e).
Dans ce livre intitulé “ Les Fonctionnaires contre l’Etat ", Agnès Verdier-Molinié soulève la question de l’indépendance des élus : les élus sont-ils les marionnettes des fonctionnaires ?
Agnès Verdier-Molinié surfe sur la tendance d’ ” Absolument dé-bor-dée ” le pamphlet satirique de Zoé Shepard (alias Aurélie Boulet) sur le monde de la fonction publique. ( cf. PaSiDupes: Zoe Shepard condamnée pour "Absolument dé-bor-dée" )

Voici un extrait du livre d’Agnès Verdier-Molinié sur le lobby des fonctionnaires, “Les Fonctionnaires contre l’Etat ” :

(…) des fonctionnaires bien organisés qui, année après année, ont conquis de nouveaux avantages, avant de paralyser tous les gouvernements ou presque. Sous l’éclairage violent de la crise, des tabous sont en train de tomber (…) Si l’on veut que la France retrouve une marge de manœuvre dans la crise, ce lobby sûr de lui devra être contenu. (…)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):