POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

lundi 21 mars 2011

Nîmes: le conseiller général PS est éliminé au premier tour

Le PS sortant s'est fait sortir pour de bon


La défaite dès le 1er tour des cantonales du conseiller général socialiste sortant, Bernard Casaurang, a fait sensation dans le 4e canton de Nîmes hier soir.
Il occupait le siège depuis douze ans
Dimanche prochain, les électeurs auront le choix entre l'UMP Laurent Burgoa (ci-contre), arrivé en tête des suffrages avec 25,55 %, et le patron départemental du FN, Lucien Ruty, qui a totalisé 24,79 % des voix.
Le front républicain va devoir faire ses preuves
Les électeurs devront être sincères et plus nombreux à voter qu'hier, avec une participation de 38,70%, pour transformer l'essai.

Le recul de la gauche

Avec sept points de moins qu'au 1er tour des cantonales de 2004 et seulement 20,75 % des électeurs en 2011, Bernard Casaurang s'est vu montrer la sortie. Pour avoir soutenu la politique nationale de dénigrement systématique, il s'est fait sanctionné par les Nîmois, mais appellera aujourd'hui -ou demain- les électeurs à former un 'front républicain', non pas pour soutenir le candidat UMP, mais « pour faire barrage à une certaine idéologie ».

Cette défaite est d'autant plus cinglante que le PS croit tromper les Français
Il joue la démagogie et parle abusivement au nom des Français défavorisés, mais dans ces bastions populaires qui auraient pu gober, le message populiste du PS a heurté l'intelligence des Provençaux.
L'exemple le plus flagrant concerne le bureau 411 à Marguerite-Long. Habituellement acquis à la gauche, il a été remporté haut la main par l'UMP Burgoa avec plus de 39 %.
Le conseiller municipal n'a pas manqué de rappeler ce fait d'arme à la permanence de l'UMP, puisque la presse ne l'a pas signalé. « Du jamais-vu pour la droite ! Le fait d'être en tête est le fruit d'une campagne sur le terrain depuis un an, du travail que je réalise en tant qu'adjoint de quartier. C'est aussi la défaite de Casaurang, absent depuis douze ans sur ce canton. »

La défaite du sortant est aussi la conséquence du bon résultat du FN

Le Front national a réalisé un score de quatre points supérieur à celui de 2004.
Lucien Ruty était déjà candidat. Soutenu en mairie par son épouse, il a rappelé hier l'expression « du ras-le-bol des gens que l'on balade ».

L'Union de la gauche a du plomb dans l'aîle
En prenant un peu plus de 10 % des suffrages, Denis Mercier (Front de gauche) est arrivé derrière le trio de tête. La désunion du Parti de gauche (de Mélenchon) et du PS a manifestement desservi son partenaire communiste et a coûté cher au PS. « Je fais plus fort que lors des deux derniers scrutins. »

La candidate d'Europe Écologie-Les Verts, Sybille Jannekeyn, anti-abattage des arbres en centre-ville lors des travaux du tram-bus, a elle aussi réalisé un score honorable de 8,39 %. Rappelons que lors des journées d'été d'Europe Ecologie à Nîmes en août 2010, Cecile Duflot, Yannick Jadot,Noel Mamere et Daniel Cohn-Bendit avaient fait le voyage de Provence pour annoncer qu'ils présenteraient des listes autonomes aux régionales de mars 2009. Ce déploiement de parisiens n'a pas impressionné l'électeur des Régionales en mars 2010: ils l'ont écoeuré en affichant une indépendance relative vis-à-vis du PS sans exclure des marchandages électoraux entre les deux tours et sont arrivés 4e en Languedoc-Roussillon, avec 9,12% au 1er tour.
Quant à l'élu municipal, adjoint à l'enseignement, Jacky Raymond (Nouveau Centre), il est quelque peu déçu malgré un peu plus de 7 %, mais il pourra retrouver le sourire dimanche prochain en menant une campagne active en faveur de la majorité républicaine.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):