POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

jeudi 24 février 2011

Mosquées de France: langue et financement français

Comme le PS, le FN est le principal opposant à la majorité

Le député Thierry Mariani avait, face à lui dans le Vaucluse, une liste du NPA dont la tête de liste, avant d'être rétrogradée au 4e rang, était voilée.



Devenu secrétaire d'État chargé des Transports et ancien rapporteur du projet de loi sur l'immigration, il n'est pas favorable au financement de la construction des lieux de culte par l'État.

LE FIGARO . - Y a-t-il un risque Front national pour la majorité ?

Thierry MARIANI. - Certains de nos électeurs pourraient effectivement se laisser tenter. Mais ils ne doivent pas se méprendre : avec sa nouvelle présidente, le FN a une nouvelle image mais si la façade a changé, la maison est restée la même. La véritable montée que l'on peut constater aujourd'hui, ce n'est pas celle du FN, mais celle de certains thèmes qui préoccupent nos électeurs : l'immigration et la sécurité, l'aberration économique que serait une sortie de l'euro que propose le FN ou les inquiétudes vis-à-vis de l'islam.

Le FN n'a-t-il pas profité du débat sur l'identité nationale ?
Les Français ont trouvé ce débat intéressant, mais attendaient d'autres mesures que celles que le gouvernement a prises, comme l'interdiction du voile. Les débats sur la viande halal ou celui de la mixité dans les piscines ont perturbé notre travail. Tout comme le débat suisse sur les minarets, alors que ce n'est pas un problème en France. Dans ma commune de Valréas, la mosquée «Marie-Vierge» a été construite dans le style provençal sans minaret, sans subsides publics et sans polémique locale.

Sur quelles pistes concrètes pourrait déboucher le débat de l'UMP ?

La formation des imams ou le respect de la langue française doivent être des points clefs. Par définition, pour bâtir un islam de France, le français doit être la langue employée dans les mosquées.

Faut-il réviser la loi sur la séparation des Églises et de l'État ?

La loi de 1905 a été écrite dans un contexte complètement différent, quand une gauche puissamment anticléricale affrontait une religion dominante. Il ne faut s'interdire aucune piste de débat, mais je reste personnellement opposé au financement de la construction des lieux de culte par l'État et demeure attaché aux principes de laïcité tels que définis par la loi.

Quels autres thèmes l'UMP doit-elle explorer pour endiguer le FN ?

Nous devons répondre aux craintes sociales de la classe moyenne, pas assez pauvre pour bénéficier de la moindre prestation et suffisamment riche pour devoir systématiquement abonder au système social. Un bon thème est la lutte contre les fraudes. Les Français sont attachés à notre système social, mais ne supportent plus les abus. Dominique Tian a fait plusieurs recommandations en ce sens ; il faut passer maintenant à l'action. Cela participe à la revalorisation du travail à laquelle nos électeurs sont attachés. Nous avons besoin d'un retour à nos valeurs fondamentales, celles qui ont fait la victoire de Nicolas Sarkozy en 2007 et qui doivent être encore développées pour les échéances à venir.

Pourquoi, en portant ces thèmes depuis 2007, l'UMP n'a-t-elle pas détourné les électeurs d'un vote FN ?

Ces thèmes ont été omniprésents dans notre action, mais pas toujours bien compris dans notre discours. Mais la vraie différence, c'est que nous agissons et faisons des propositions concrètes quand Marine Le Pen, elle, ne sait que jouer sur les peurs. Elle reste, comme son père, dans la dénonciation sans jamais aborder la question de la résolution des problèmes.



Minarets en Provence : priorité à l'intégration

Article de La Provence, le mardi 01 décembre 2009

Alors que la Suisse a voté contre la construction de minarets, le débat fait rage en France. Dans notre région, où de nombreux musulmans vivent, les minarets restent discrets et intégrés à leur environnement. [cf. photo de la mosquée de Valréas]



"Un minaret ne fait pas partie du paysage provençal classique. Une mosquée, ça n'attire pas des touristes en Provence." Thierry Mariani est franc. Lorsqu'il était maire de Valréas (Vaucluse), le député UMP a fait tout ce qu'il a pu pour aider les musulmans de sa commune à construire une mosquée... surtout parce qu'elle était conçue dans le plus pur style architectural d'une villa provençale.

Clairement, le statut semi-inondable du terrain aurait pu conduire l'administration à se montrer plus chafouine si le projet architectural avait été plus arabo-musulman. "Les musulmans voulaient que leur mosquée s'intègrent au quartier pavillonnaire, comme eux sont intégrés à la vie de la cité", ajoute Thierry Mariani.

Ex-FN, le maire d'Orange Jacques Bompard a accordé un terrain pour construire une mosquée. Mais sans minaret, pour raisons idéologiques. En revanche, la future grande mosquée de Marseille [UMP] sera, elle, doté d'un minaret "intégré à l'urbanisme de son quartier, et conforme aux règles d'urbanisme existantes", explique l'architecte Maxime Repaux. Les derniers étages de la tour seront éclairés lors des prières. Car le minaret ne servira pas aux muezzins pour appeler à la prière.
"C'est spécifié dans le bail emphytéotique administratif", assure-t-on à la mairie de Marseille, qui se dit plus préoccupée par les petites mosquées qui débordent de fidèles, où des haut-parleurs sont installés dans les rues le vendredi, que par des minarets symboliques.

En fait, ces appels à la prière "ne sont pas du tout demandés par les croyants", déclare le Vauclusien Mohamed Moussaoui, président du Conseil français du culte musulman [CFCM], qui pense que de tels appels "ne rendraient pas service à la communauté et pourraient être considérés comme une provocation".
Il est cependant "surpris voire choqué" par la décision suisse. "C'est de la discrimination. Un minaret n'est qu'un moyen architectural d'identifier visuellement ce qu'il y a à l'intérieur d'un bâtiment."

Le temps de la tolérance religieuse n'est pas celui de nos sociétés à l'heure d'internet [et de la laïcité, si La Provence permet...]. En Europe, il a fallu des siècles pour que les catholiques cessent de massacrer les protestants et les juifs.
[Une dernière remarque (en conclusion) qui en dit long sur la différence de traitement des religions, selon l'idéologie 'politiquement correcte' véhiculée par la gauche partisane mais ...égalitaire et la presse indépendante et respectueuse des orientations religieuses de tous ! ]
L'article est signé Thierry Noir

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):