POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

Ce blog est actuellement soumis à des difficultés "techniques" inédites en dix ans:
elles laissent augurer sa disparition prochaine,
"à l'insu de son plein gré"...

Accessoirement, grâce à la complicité active de quelques fidèles, je constate que
tous les articles comportant le mot 'Macron' en titre sont bloqués au compteur !

mardi 15 février 2011

Rue89 fait du volume avec son cambriolage puis se fait discret

Où en est-on de ce cambriolage hyper-médiatisé de Rue89 ?

Nul n'a pu ignorer que les locaux de Rue89, le site Internet du journal d'opposition Libération, ont été visités dans la nuit du samedi 20 au dimanche 21 novembre 2010. Le cambriolage s'est soldé par le vol de plus d'une vingtaine d'ordinateurs et la destruction d'autres équipements.

Le ou les cambrioleurs ont défoncé la porte en bois de la rédaction, située au premier étage d'un immeuble de bureaux géré par la ville socialiste de Paris, dans le XXe arrondissement. Il abrite surtout des start-up technologiques et on avait ignoré encore comment les voleurs avaient pu pénétrer dans un immeuble en principe sécurisé. Des caméras de videosurveillance auraient pu fournir des indications, mais l'idéologie socialiste y est hostile. Les précieux bureaux étaient donc protégés comme un musée municipal, à l'instar du cambriolage au Musée d'Art moderne à Paris: cinq tableaux de maîtres peints à l'huile sur toile ont été dérobés dans la nuit du 19 au 20 mai 2010.

Rue89 est donc une bonne adresse.
Depuis son lancement en mai 2007, Rue89 avait déjà été cambriolée à deux reprises, en août 2007 et en mars 2010, à sa précédente adresse, théoriquement beaucoup moins sécurisée que l'actuelle. Le journal socialiste n'a donc pas mieux appris de ces deux expériences que le PS de ses trois échecs aux élections présidentielles et les nouveaux locaux restent donc une caverne d'Ali-Baba.

La gauche s'était aussitôt livrée à une campagne diffamatoire
L'opposition vertueuse avait établi un lien douteux avec le contexte politique lourd de l'époque: d'une part, le vol de plusieurs ordinateurs de journalistes enquêtant sur l'affaire Bettencourt et, d'autre part, avec les supputations sur la surveillance des journalistes. Les hypothèses de la gauche n'écartait pas un "simple cambriolage crapuleux", mais supputait lourdement une tentative de main basse sur des données, sans exclure "simplement de nous intimider", écrivaient les paranos de Rue89.

Les complotistes de Rue89 avait également imaginé un vaste plan dirigé contre l'ensemble de la presse.
Dans sa tentative de mobilisation de la presse contre le pouvoir, Rue89 insistait sur le fait qu'elle n'était " pas la seule victime de ce cambriolage nocturne. Nos collègues et partenaires du tout nouveau site d'info sur l'Europe MyEurop.info, dont les bureaux sont situés dans le même immeuble, ont également été visés, ainsi que deux start-up de technologie".(lien Rue89)

Rue89 en avait profité pour s'envoyer des roses.
"Une chose est certaine : pour choquée qu'elle soit par cet événement, et malgré la gêne occasionnée par la disparition du matériel, l'équipe de Rue89 continuera à faire son travail d'information, de manière indépendante et rigoureuse, avec le soutien et la participation active de ses lecteurs et amis." De grands professionnels face à l'adversité d'un ennemi invisible: un comportement marqué par le syndrome bien connu "des oreilles ennemies vous écoutent"...

Un volume pas possible
"Merci à tous ceux, professionnels des médias, riverains de Rue89 ou anonymes, qui nous ont apporté leur soutien et leurs encouragements depuis ce dimanche matin. Ces marques de sympathie nous redonnent de l'énergie pour poursuivre."

Solidaire dans l'infamie, Le Monde en remet une couche

28 octobre 2010 - Épidémie de cambriolages dans la presse, titre ce journal que l'on disait 'sérieux'.
Et d'ajouter (à la forme prudemment interrogative):
"Ces étranges cambriolages qui touchent des journalistes, sont-ils le fait d’une coïncidence ou dévoilent-ils les agissements de sombres barbouzes ?"

Les faits (du moins tels qu’ils sont connus) [que de prudence !] :

- Vol d’un disque dur et de deux cédéroms au siège de Médiapart ;

- Vol d’un ordinateur portable au Point ;

- Vol, à son domicile, de l’ordinateur et du GPS d’un journaliste d’investigation du Monde."

Une somme d'allégations qui ne seraient permises à aucun citoyen de bonne foi, mais tolérés de journalistes malfaisants, au nom de la liberté qui est leur privilège exclusif.

Puis vint le temps de la discrétion

Lorsque la vérité des faits tomba, la presse insolente adopta un profil bas...

Deux jeunes hommes ont été placés en garde à vue, suspectés d'avoir commis ce cambriolage.
Ils auraient été aperçus l'après-midi qui précéda le cambriolage, selon Europe 1, en train d'observer comment pénétrer dans les locaux la nuit venue. La porte a été enfoncée à coup de hache.
Seul l'un des deux étaient connus des services de police pour des délits mineurs.

Hortefeux n'accable pas les diffamateurs
"L’interpellation, hier, des deux voleurs supposés, âgés de 18 et 20 ans, tend à étayer 'l'hypothèse d'un cambriolage crapuleux dans les locaux de Rue89', admet le grand frère Libération qui se plaint maintenant que la campagne de Rue89/Libération, Le Point et Mediapart ait " fourni au ministre de l’Intérieur Brice Hortefeux l’occasion d’ironiser [tout au plus un constat]: « Certains ont voulu clairement suggérer un complot politique et s’étaient laissés aller à espérer un nouveau Watergate. L’histoire est évidemment moins romanesque. En réalité, il ne s’agissait que d’un vol crapuleux, opéré par des délinquants de quartiers.» "


Le coup de p*** de la presse d'opposition a produit son effet

Elle n'a pas fait la publicité de l'arrestation des 'jeunes' cambrioleurs.
Sans doute ne cherchera-t-elle pas à récupérer les ordinateurs: un beau geste de nantis à des défavorisés présumés qui ont fait du tort à la majorité, tout en dopant leurs ventes.
La gauche fait du politique avec du crapuleux.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):