POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

samedi 20 février 2016

Valls soumet le gouvernement à un régime de la terreur

Manuel Valls rabaisse ses ministres en permanence

Autoritaire, intolérant et cassant
Cas de psychose paranoïaque, une "maladie de la haine" de soi et des autres,
avec délire de persécution (terrorisme) et mégalomanie (état d'urgence)
Le premier ministre semble ces derniers temps avoir franchi la ligne rouge. 
"Sa fermeté s'est transformée en rigidité",déplore un ministre dans les colonnes du magazine L'Express, qui se demande, en Une de son nouveau numéro, "pourquoi Valls s'énerve".

Au début du mois, on apprenait ainsi que le chef du gouvernement avait "très sévèrement recadré" Najat Vallaud-Belkacem lors d'une réunion avec les présidents de région. "Vous n'êtes pas là pour dire 'non' à des personnes que j'ai invitées à Matignon pour faire des propositions", avait lancé Manuel Valls à sa ministre de l'Education, qu'il a pourtant longtemps épargnée. "C'était humiliant et méchant", raconte un participant à l'hebdomadaire. 

Quelques jours plus tôt lors d'un séminaire gouvernemental, il n'a pas hésité à humilier ses ministres. "Après son intervention, plus personne n'osait parler", confie un témoin de la scène.

Ségolène Royal a dû le moucher

Hyper-tendu et anxieux
Certains, en effet, ne se laissent pas faire. Un jour, Manuel Valls a mal parlé à Ségolène Royal, la ministre de l'Ecologie, et cette autre bourrique du gouvernement confie "J'ai dû le remettre à sa place."

VOIR  Valls extérioriser  son besoin de domination. En septembre 2015, le premier ministre, trempé de sueur, a quitté la tribune pour aller rappeler à un jeune contestataire qui est le chef. 


Alors qu'on le voit lui adresser ses remontrances, il se fait surprendre, levant la main sur ce jeune militant du PS à la suite d'un clash, lors de l'université d'été du MJS de La Rochelle: il tape le jeune homme sur la nuque et lui donne ensuite une gifle (tape ou tapette) du dominateur au jeune insoumis: le baiser du parrain.

Avec Emmanuel Macron, qui ne craint pas de tenir tête au chef, le premier ministre se livre à un véritable combat de coqs.  Au gouvernement, certains disent même que leur rivalité tourne à "l'affaire de mecs"...

Manuel Valls ne se montre arrogant seulement avec ses collaborateurs. Début novembre, le chef du gouvernement a également perdu ses nerfs alors qu'il s'apprêtait à accorder un entretien de plus à la télévision et à la radio. Lorsque la maquilleuse a renversé un peu de fard sur sa veste, Manuel Valls est entré "dans une irrépressible colère", écrit L'Express.
VOIR et ENTENDRE dans quel état minable il se met, et noter le tremblement irrépressible de sa main gauche:

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):