POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

mercredi 24 février 2016

"Sortir de l’impasse", tribune des frondeurs socialistes contre Hollande et Valls

Bombe incendiaire de la tribune au vitriol publiée dans Le Monde daté du 25 février

Martine Aubry jette... un cri :  "trop, c’est trop !"

Martine Aubry et Daniel Cohn-Bendit, Axel Kahn, François Lamy et Jean-Marc Germain (monsieur Hidalgo), et douze autres responsables ou animateurs socialistes et écologistes dénoncent la politique conduite par le gouvernement, dans une tribune devenue pétition populaire. Le Pacte de responsabilité, la déchéance de nationalité, le refus d’accueillir davantage d'illégaux et la réforme du code du travail, rien ne va plus. Les motifs de mécontentement sur les politiques menées depuis 2012 n’ont pas manqué. La colère populaire s’est confirmée sans appel par quatre défaites électorales successives. Tout leur fait craindre un échec du quinquennat ainsi qu’un affaiblissement durable de la France et de la gauche.

"Sortir de l’impasse": c’est le titre de la tribune au vitriol publiée dans Le Monde daté du 25 février
Dans ce cahier de doléances adressées au souverain, fort de ses seuls députés godillots, l’ancienne battue à la primaire de 2011 et l’ancien député européen, avec leurs proches, "prennent à partie" (Le Monde) François Hollande et Manuel Valls, et livrent "un très sévère réquisitoire" (Le Monde) contre la politique menée par l’exécutif depuis deux ans. "Trop, c’est trop ! ", estiment-ils. 

A quatorze mois de l’élection présidentielle, cet appel incendiaire, destiné à devenir une pétition populaire, réclame un changement radical de ligne, sous peine d’une défaite programmée en 2017, à la fois morale et politique selon eux. "Ce n’est plus simplement l’échec du quinquennat qui se profile, mais un affaiblissement durable de la France qui se prépare, et bien évidemment de la gauche, s’il n’est pas mis un coup d’arrêt à la chute dans laquelle nous sommes entraînés", écrivent ses auteurs dont certains, tels l’écologiste Yannick Jadot ou le sociologue Michel Wieviorka, ont récemment appelé à l’organisation d’une primaire de la gauche en vue de l’élection présidentielle de 2017.

"Pas CA, pas NOUS, Pas la GAUCHE !" 

Le signataires veulent expulser le locataire de Matignon depuis deux ans
Alors que Hollande est en voyage dans le Pacifique, cette tribune vise néanmoins le pacte de responsabilité, "pacte avec le Medef qui se révéla un marché de dupes". Or, il a été annoncé lors des vœux du président de la République aux Français, le 31 décembre 2013, et François Hollande est donc aussi directement visé. 
Les rebelles attaquent ensuite le "désolant débat sur la déchéance de nationalité", "la meurtrissure de l’indécent discours de Munich" de Manuel Valls (ci-contre) sur l' "hyper-terrorisme" et de la "terreur de masse", propagés par l’organisation Etat islamique (EI) au nom d’un "pseudo-messianisme religieux", et l’accueil des réfugiés en Europe, et, bien sûr, le projet de réforme du code du travail. "C’est toute la construction des relations sociales de notre pays qui est mise à bas, en renversant la hiérarchie des normes (…). Pas ça, pas nous, pas la gauche !", tonnent les signataires. 

L'escroquerie de l'idéologie socialiste en péril
"Que restera-t-il des idéaux du socialisme lorsque l’on aura, jour après jour, sapé ses principes et ses fondements ?", concluent-ils dans une formule assassine contre le chef de l’Etat et son premier ministre. 

Parmi les signataires de cet appel, outre Martine Aubry et Daniel Cohn-Bendit, figurent notamment  l’ancien ministre de l’éducation nationale, Benoît Hamon, la tête de gondole de l’aile gauche du PS, Christian Paul, plusieurs élus proches de la maire de Lille, comme Jean-Marc Germain, Laurence Dumont ou François Lamy, le premier adjoint à la maire de Paris, Bruno Julliard, ex-UNEF. 
Côté écologiste, on trouve le député européen EELV Yannick Jadot, alors que pour les chercheurs, on peut citer le sociologue Michel Wieviorka, le généticien Axel Kahn, frère de Jean-François (ex de Marianne) et l’économiste Daniel Cohen, lequel, en décembre 2011 sur LCP, avait reconnu être l'un des soutiens et des conseillers... économiques de François Hollande ! Lors de l'élection présidentielle de 2012, il signa encore l'appel des économistes en soutien du candidat François Hollande !

Voici la liste des économistes bernés
Philippe Aghion (Harvard), Michel Aglietta (Paris-X Nanterre), Yann Algan (Sciences Po Paris), Rémi Bazillier (université d'Orléans), Maya Beauvallet (Telecom Paristech), François Bélorgey (Irest), Françoise Benhamou (Paris-XIII), Eric Brousseau (Paris-Dauphine, Institut universitaire européen), Julia Cagé (Harvard, épouse Th. Piketty), André Cartapanis (IEP Aix-en-Provence), Gilbert Cette (université de la Méditerranée), Thomas Chalumeau (Sciences Po Paris), Mireille Chiroleu Assouline (Paris-I), Daniel Cohen (Ecole normale supérieure), Elie Cohen (Sciences Po Paris), Brigitte Dormont (Paris-Dauphine), Bernard Gazier (Paris-I), Jean Imbs (Ecole d'économie de Paris, CNRS), Marc Fleurbaey (Princeton, Collège d'études mondiales), Samuel Fraiberger (New York University), André Gauron, Jérôme Gautié (Paris-I), Patrice Geoffron (Paris-Dauphine), Tristan Klein, Jacques Le Cacheux (université de Pau et des Pays de l'Adour), Jean-Hervé Lorenzi (Paris-Dauphine, 70 ans, membre du conseil d'administration du Groupe Edmond de Rothschild France), Philippe Martin (Sciences Po Paris), Jacques Mistral (Harvard Kennedy School), El Mouhoub Mouhoud (Paris-Dauphine, Franco-algérien spécialiste de la relocalisation industrielle), Pierre-Alain Muet (fondateur du Conseil d'analyse économique, député socialiste du Rhône, adjoint au maire de Lyon et membre de l'équipe de campagne de François Hollande), Fabrice Murtin (Sciences Po Paris), Dominique Namur (Paris-XIII), Romain Perez (Paris-I), Thomas Philippon (New York University), Thomas Piketty (EEP, EHESS et ex-compagnon d'Aurélie Filippetti qui porta plainte pour "violences conjugales" en 2009), Michel Rainelli (université Nice-Sophia-Antipolis), Lionel Ragot (université d'Evry-Val-d'Essonne), Romain Rancière (EEP), Katheline Schubert (Paris-I), Laurence Tubiana (Sciences Po Paris, Columbia, ex-LCR et actuelle représentante spéciale du gouvernement pour la COP21 nommée par L. Fabius), Joëlle Toledano (Supélec), Dominique Villemot (qui co-rédigea avec Bernard Poignant le livre de François Hollande, Le rêve français. Discours et entretien (2009-2011).
Qui parmi ceux-là avoue encore être à son côté ?

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):