POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

samedi 20 février 2016

Professeurs non remplacés: la FCPE met la droite en cause, après 4 ans de priorité à la jeunesse, selon Hollande

Professeurs non remplacés: 6.000 jours de classe manqués par les élèves, sans les grèves !

Des parents d'élèves pourtant proches du PS ont lancé leur compteur en ligne.
La FCPE tente de recenser les journées perdues par les élèves, quand elles sont déclarées. Baptisé 'Ouyapacours', ce compteur a pour objectif de recenser toutes les journées perdues par les élèves du primaire, du collège et du lycée. Ce n'est pas une excuse de cancres ou une obsession des parents; elles sont de plus en plus fréquentes.  
Ainsi, rien que depuis la dernière rentrée d'octobre, ce sont près de 6.000 jours de classe qui n'auraient pas été assurés, selon les remontées officielles sous la responsabilité des chefs d'établissement. 

Il s'agit donc de la fourchette basse.
On sait qu'à l'école élémentaire ils sont souvent également professeurs des écoles. La réalité tournerait plutôt autour de 10.000 journées, toujours selon la FCPE qui déclare "on est fortement mécontents de la situation", commente Véronique Chauffard, représentante de la FCPE, au micro de France Info.
A l'école Olivier-de-Serres, en plein Paris, dans le 15e arrondissement, les élèves d'une classe de CM2 ont ainsi loupé six semaines de cours depuis début janvier, rapporte France Info.

Comment la réforme des rythmes scolaires peut-elle être appliquée dans ces conditions?
"Six semaines où ils n'ont eu aucun apprentissage, avec des remplacements deux jours par-ci et deux jours par-là, les enseignants remplaçants étaient ensuite affectés dans d'autres écoles. Une façon de répartir la pénurie, équitablement...
On demandait même parfois aux enfants de rester chez eux. Ils étaient aussi parfois répartis dans des classes d'autres niveaux...  

Quarante enseignants vacataires auraient été ainsi recrutés rien qu'au niveau de Paris, en formation accélérée - ou sans - pour tenter de limiter les dégâts. 
A la rentrée prochaine, un renfort de trente professeurs devrait être recruté, assure le rectorat de Paris, sans plus de garanties de compétence
Or, à en croire les syndicats, ce n'est pas encore assez pour combler les manques. 

La FCPE déplace la responsabilité sur le quinquennat précédent

Le ministère de l'Éducation nationale nie, cherchant à minimiser la situation. 
Il assure que les chiffres annoncés par la FCPE ne représentent que 0,03 % du total des jours de classe. Rien que ça.
Un rapport de 2015 de l'Education Nationale révélait qu'au collège, 4,5% des cours n'avaient pas été assurés en 2014. Près de 75% de ces jours chômés l'avaient été en raison de dysfonctionnement des modalités de remplacement.
En mai 2015, la FCPE soutenait Najat Vallaud-Belkacem sur sa réforme du collège: à Reims, les parents de gauche battaient alors des mains quand la ministre soutenait - en suivant la méthode Valls faisant parler la majorité silencieuse- que cette réforme correspond à la demande des familles qui souhaitent "un système scolaire où les enfants ne soient distingués qu'en fonction de leur mérite"... Benoît Hamon, qui fut pourtant ministre avant Dame Najat, reste coi.
VOIR et ENTENDRE Hervé-Jean Le Niger pointer la droite après quatre années de promesses de la gauche et un engagement solennel de Hollande envers les jeunes !

Par ailleurs respectable, un masseur-kinésithérapeute du XIIe, ce vice-président national de la FCPE était à fond pour l' "ABCD de l'égalité" après avoir défendu la "théorie du genre." Sur la réforme des rythmes scolaires, il militait aussi au côté de la ministre dès la rentrée 2013. Les petits parisiens vont à l'école le mercredi matin et finissent plus tôt le mardi et le vendredi, disait-il, ajoutant que, grâce au temps libéré par ces nouveaux rythmes, ce sont 770 nouvelles activités périscolaires gratuites, organisées le mardi et le vendredi à partir de 15h, qui sont proposées aux familles des élèves scolarisés dans les 662 écoles maternelles et élémentaires parisiennes. 
VOIR et ENTENDRE ce monsieur, en notant qu'il est estampillé 'ministère de l'Education nationale'... 
Du "temps libéré", les "petits parisiens" n'en manquent pas... 
ENGAGEMENT 36: "Je créerai en cinq ans 60.000 postes supplémentaires dans l'éducation"
La FCPE salue la politique gouvernementale de recrutement de professeurs.
Dans le même temps, elle souligne toutefois que le remplacement des enseignants pose toujours problème"... Faute de remplaçants disponibles, le rectorat de Paris avait déjà fait appel à une dizaine de CDD depuis la rentrée de novembre. 
Même sans formation, ce recrutement n'est plus suffisant en Seine-Saint-Denis, dans l'académie d'Amiens et à Dijon. Dans ces différentes académies, les rectorats ont dû faire appel à des contrats à durée déterminée (CDD) pour occuper les postes vacants, dont 10 à Paris, 8 à Amiens, 5 à Dijon, etc. D'après le Snuipp-FSU, un besoin en effectifs précaires si tôt dans l'année n'avait plus été vu depuis 1981 dans la capitale, rapportait Le Parisien dès la rentrée 2015.
La profession n'attire pas les jeunes.
Les derniers résultats de l'admission au Capes (certificat d'aptitude à l'enseignement dans le second degré) confirment l'insuffisance des candidatures et donc le déficit des admissions dans les disciplines fondamentales, notamment les maths. Le ministère de l'Education nationale a beau augmenter le nombre de place aux concours, les résultats restent insuffisants par rapport aux objectifs. Dans le primaire, les postes non pourvus sont de plus en plus nombreux, faute d'attractivité du métier. 
Quoi qu'en dise le sentencieux H.-J. Le Niger, les conditions d'exercice se sont dégradées avec un encadrement de plus en plus pesant, quel que soit le nombre de postes aux concours. Enfin, l'atmosphère générale dans le métier enseignant s'est dégradée.

Après l'engagement solennel de Hollande que la jeunesse sera sa priorité et alors que la ministre Vallaud-Belkacem se disperse en réformes sociétales et en formatage idéologique des jeunes en situation de faiblesse du fait de leur jeune âge, abusant donc de ses pouvoirs, sa réforme des rythmes scolaires fonctionne un jour oui, un jour nonet les scolaires sont en déficit de formation, dans l'indifférence complice de la presse d'investigation prétendument spécialisée dans les affaires scolaires.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):