POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

dimanche 7 février 2016

Arrestation à Calais du général Christian Piquemal, ex-patron de la Légion étrangère

L'extrême gauche applaudit

Une arrestation qui met en évidence la différence de traitement du gouvernement entre les anti-immigration et les No border.

Le général Christian Piquemal, 75 ans, ancien commandant de la Légion étrangère (1994-1999) fait partie de la vingtaine de personnes 
interpellées à Calais, lors du rassemblement anti-migrants organisé samedi 6 février, malgré son interdiction, à l'appel du mouvement patriote allemand Pegida.

L'interpellation du général ne fait l'objet d'aucun commentaire du service communication de l'armée de terre. La préfecture se disait incapable de préciser si l'officier général faisait partie des dix gardés à vue. Mais samedi soir, l'indignation de la droite radicale à la différence de traitement avec les anarcho-révolutionnaires de No border a éclaté sur les réseaux sociaux à l'annonce de l'arrestation du militaire 

Ainsi, 
la députée FN Marion Maréchal-Le Pen a twitté:



Maître Gilbert Collard, député du Var, exprimait lui aussi son mécontentement sur le même réseau social. "Le général Piquemal, ancien commandant de la Légion étrangère, vient d'être arrêté à Calais pour cause de manifestation: une honte!" a-t-il écrit.
Toujours sur Twitter, d'autres élus comme Steeve Briois, le maire de Béziers Robert Ménard ou la porte-parole du Printemps français, Béatrice Bourges, ont fait part de leur indignation:
Sur Facebook, une page "Soutien au général Piquemal", où l'on pouvait voir les images de l'arrestation du militaire sous les huées des manifestants, affichait près de 9.000 soutiens à 21h.
Vidéo de l'interpellation du général PiquemalLe général Piquemal se fait arrêter comme un vulgaire voyou !
Posté par Soutien au général Piquemal sur samedi 6 février 2016
La vérité est autre...


Le général (OR) sera jugé en comparution immédiate, lundi au tribunal de Boulogne-sur-Mer, avec quatre autres interpellés.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):