POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

samedi 27 février 2016

Les injures homophobes et raciales de Serge Aurier touchent la presse sans bouger l'institution

Le scandale du racisme anti-Blancs et de l'homophobie dans le football français

Quand les injures sectaires passent du statut de 'scandale' à celui de 'polémique'
Aurier, un petit mètre soixante-seize,
à gauche, face à Laurent Blanc
Serge Aurier s’est à nouveau placé au centre d'un scandale: selon la presse, il s'est retrouvé "mêlé" à une nouvelle 'polémique'. Sans doute est-ce à son corps défendant ! Traduit en langage de vérité, il est en fait l'auteur d'injures racistes et homophobes, de celles qui sont réprimées par la loi, s'agissant de tous les Français, exception faite des 'personnes' de couleur. 
"En cause, une vidéo" peut-on lire -ou plutôt les propos qui y sont tenus- dans laquelle il insulte Laurent Blanc et certains de ses propres co-équipiers du Paris-Saint-Germain. 
Dans cette vidéo diffusée en direct sur l’application Periscope, Serge Aurier déballait sur ses coéquipiers du PSG. Dans la foulée, le footballeur s’est exprimé sur Laurent Blanc, le qualifiant entre autres de "fiotte".
Ce qu'il faut dire, c'est que le bourrin ne s'en tient pas à cette seule insulte de préau de collège.
Le footballeur a tenus des propos non pas seulement "virulents" (sic) à l’encontre de Laurent Blanc, mais orduriers. "C’est une fiotte !", a-t-il lâché, avant de répondre à la question de savoir si "Blanc, il suce Zlatan ou pas". "Il lui prend les couilles, mon frère, il prend tout, cousin !", a alors déclaré ce sportif brut de décoffrage à son ami franco-sénégalais Mamadou Doucouré, qui joue les 'community manager' et égrène les questions des internautes, pipe de narguilé en bouche, tranquille à la chicha (mélange toxique de 25% de tabac, associé à un mélange de mélasse et d'arôme de fruits)...
Plusieurs heures plus tard, conscient d’être allé trop loin, Serge Aurier avait alors adressé quelques mots d’excuses au micro de beIn Sports : "J’accepterai toutes les sanctions. J’ai fait une connerie et je suis impardonnable. Je suis prêt à assumer toutes les conséquences". 
De son côté, le coach  l'entraîneur du club a réagi lors de la conférence de presse en marge du match PSG-Chelsea. "Il y a deux ans, je me suis engagé auprès de ma direction pour le faire venir à Paris. Et voilà ce que j’ai en remerciement. Je trouve ça pitoyable. Il s’est pénalisé lui-même", a-t-il estimé, avant d’ajouter : "Ce que je n’admets pas non plus, c’est que c’est pénalisant aussi pour le club à travers l’image qu’il a donnée et les propos qu’il a pu tenir".
video

Le 13 février 2016, Serge Aurier insulta aussi des membres de son équipe, prononçant, outre les injures à caractère homophobe, des insultes visant encore exclusivement des Blancs, l'italien Salvatore Sirigu et l'Argentin Angel Di Maria, respectivement de 'guez' ('merguez' ou nul) et de 'guignol".
Ses dirigeants l'écartent immédiatement de l'effectif du PSG, avant d'être poussé à s'excuser dans une vidéo le lendemain. L'affaire, qui éclatait à deux jours d'un match de Ligue des champions contre Chelsea, a donné lieu à un grand nombre de commentaires d'acteurs du monde du football et du sport -dont le soutien de Blaise Matuidi, né en France d'un père angolais et d'une mère congolaise- et a suscité un véritable buzz sur les réseaux sociaux. 
A l'issue de la rencontre de Serge Aurier avec les dirigeants du PSG, le lundi 22 février, on apprend qu'aucune sanction n'a été décidée avant une prochaine rencontre entre Laurent Blanc et le joueur franco-ivoirien. Il sera finalement versé en équipe réserve jusqu'au 20 mars.

Pierre Ménès dénonce un mensonge de Serge Aurier

L’affaire Aurier illustre le niveau moral des footballeurs professionnels.
Ils gagnent mille fois mieux qu'un chirurgien et sont plus admirés de la presse et de fans d'un virage nord, ensemble, qu'un découvreur de vaccin et les petites têtes ne se sentent plus. Et que j'exploite une sex-tape, et que je déblatère sur tout ce qui leur est inférieur en valeur marchande, mais les surpasse tellement en valeur humaine. 
Une certaine presse se délecte de bassesse et la banalise. Ainsi, hier, lundi 15 février, l’équipe d’Estelle Denis, la compagne de Raymond Domenech, sélectionneur national (2004-2010), a débattu sur le sujet sur le plateau de Touche pas à mon sport, sur D8.

A cette occasion, Pierre Ménès a révélé avoir été trompé par le footballeur. Lundi 15 février, Pierre Ménès a exprimé son ressenti sur le plateau de Touche pas à mon sport. On ne décolle pas du banc de touche! Après avoir visionné la vidéo infamante, "un truc de moins de 7 minutes sur YouTube, qui est, franchement, monté à la machette japonaise, c’est-à-dire que c’est coupé, dégueulasse", le chroniqueur et ami d’Estelle Denis a décidé de contacter Serge Aurier. "Donc j’envoie un message privé à Aurier sur Twitter en disant : 'Mais qu’est-ce que c’est que ce bordel ? Il commence à y avoir le feu sur Twitter’. Et là, il me dit : 'Non, non, c’est un montage, c’est rien du tout. C’est une vidéo que j’ai faite avec mon ami d’enfance'. Et il me dit : 'La vidéo date de plus d’un mois; elle sort bizarrement aujourd’hui et le montage n’est quand même pas top'". Cependant, si Pierre Ménès -qui s’énervait sur Twitter contre "ces rappeurs qui font les footeux"- y a au départ cru, mais il s’est rapidement rendu compte du mensonge de Serge Aurier. En effet, les internautes ont fait savoir au chroniqueur de D8 que la vidéo était tirée de la plateforme Periscope. Or, c'est une une application mobile qui permet à l'utilisateur de retransmettre en direct ce qu'il est en train de filmer.

Serge Aurier moqué dans les vestiaires, selon un co-équipier


L’arrière droit du Paris Saint-Germain fait également polémique dans les vestiaires.


Depuis le chat-vidéo de Serge Aurier (ci-contre), plusieurs stars friquées du foot ont donné leur avis. Parmi elles, le Suédois Zlatan Ibrahimovic, lui aussi sali par les propos orduriers de son compagnon de vestiaire, a commencé par rester "impavide, ne laissant transparaître aucun sentiment" après avoir écouté la traduction de la vidéo, comme l’a rapporté L’Equipe le lundi 15 février. Ce mercenaire du foot se fait des c*uilles en or et suscite la convoitise. Après avoir profité de l'instant, il a pointé du doigt la... surmédiatisation de l’affaire.

Un "joueur masqué" a parlé dans les colonnes de France Football.
"Dans le vestiaire, on n’a pas arrêté de parler de l’affaire Serge Aurier", a-t-il assuré sous couvert d’anonymat. "On a pris ça avec beaucoup de surprise et on a été choqués qu’il se permette de dire des trucs pareils, comme ça en public". 
De là, le joueur masqué a révélé que les propos de Serge Aurier ont surtout fait rire les autres stars du ballon rond. "Enfin, on s’est surtout bien marré. Ce ne sont pas des choses qu’on a l’habitude de voir tous les jours dans notre routine. On sait qu’il faut éviter au maximum les réseaux sociaux dans ce milieu. C’est tellement facile de se faire piéger...". Et d’ajouter : "Franchement, ça a été le sujet de discussion principal dans le vestiaire pendant toute la semaine. On a trop rigolé".

Banalisation des injures ad hominem de la "vedette du buzz," selon le site d'information Rue89 (groupe Le Nouvel Observateur)
Sur i-télé, Audrey Pulvar prévient: "On va sans doute devoir s’interrompre". Pour quel événement d'importance, en direct prioritaire ? Le site qui détourne l'attention en se préoccupant avant tout d'un possible complot et notamment "des conditions obscures" dans lesquelles le "tchat" (publié sur la plateforme Periscope ! ) a pu fuiter, n'hésite pas à s'abandonner à des commentaires sur la chaîne Bolloré en continu, D8, "en application de la hiérarchie de l’information en vigueur, l’actualité Aurier a la priorité sur l’actualité Sarkozy-Copé-Juppé."
Puis, sur Rue89 du groupe Le Nouvel Observateur (celui des sanisettes Perdriel), le vertueux Daniel Schneidermann (Arrêt sur images, le 15/02/2016) se reprend. " 'J’écris 'sur la chaîne Bolloré'. Mais l’honnêteté [sic] m’oblige aussitôt à ajouter que Bolloré n’y est sans doute pas pour grand-chose."
Moins malfaisant que France Info est malsain?
"Vous pourriez faire de même avec, au hasard, le président François Hollande ?" C'est la question de Jean-François Achilli à Cambadélis, sur France Info, radio libérée du service public. Achilli vient de demander au premier secrétaire du Parti socialiste s’il pourrait traiter Hollande de 'fiotte' dans un tchat sur Periscope. Cambadélis élude, puis obtempère néanmoins (on ne refuse rien à France Info), et se fend de quelques phrases creuses qui ne feront pas date.
Un internaute se consacre àMory Diaw et répertorie les pensées profondes de ce joueur du PSG.







Où est le racisme dans tout ça ?

Nul doute que le niveau est plus relevé dans les autres clubs.

Et, à propos, y a-t-il quelqu'un au gouvernement, dans le fauteuil du ministre des Sports ? Renseignement pris, ils seraient deux: Patrick Kanner, (PS) ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, avec le renfort sur sa droite de Thierry Braillard, (PRG) secrétaire d'État chargé des Sports, depuis le 9 avril 2014, l'air de rien. A confirmer.


Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):