POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

jeudi 4 février 2016

France 2 s'indigne que Michel Drücker fasse de la résistance

Les totalitaires de France 2 rappellent Drucker à l'ordre : "Nous ne sommes pas dupe de sa petite musique"

"Tout va bien avec France 2", assurait ce week-end Michel Drücker
dans
les colonnes du journal Le Parisien. 

Sa loyauté de 55 ans au service public est pourtant mise à rude épreuve... Animateur de Vivement Dimanche jugé indéboulonnable à 73 ans, la direction de France 2 fait chanceler Drücker sur son piédestal pour avoir osé dénoncer dans la presse un certain "jeunisme" et "racisme de l'âge" à la tête de  France Télévisions après l'éviction de Julien Lepers de Questions pour un champion,

Le patron de France 2 enrage
Les timides détestent les plus populaires qu'eux 
"Les animateurs (...) ne sont pas propriétaires de leur case ou de la politique éditoriale de la chaîne. Chacun doit avoir sa juste place", lance Vincent Meslet, 50 ans, un habitant du XIXe arrondissement qui dirige la chaîne, dans un entretien accordé ce mardi au Figaro.
Il confesse qu’il n’a aucune disposition pour faire de la télé : "Je n’y vois que d’un œil - le gauche - depuis ma naissance et je n’ai commencé à parler qu’après l’entrée en maternelle," raconta-t-il à Libération. En plus, cet être pataud admet qu'il n'est pas doué pour la communication: "Je revendique d’avoir un mode de renseignement circulaire, je tourne autour du pot longtemps." Alors que peut bien faire à ce poste cet "accident de la nature", né d'une mère de 46 ans et d'un père de 50, lui-même atteint d'un cancer du rein à 24 ans ? Pourquoi Delphine Ernotte s'est-elle fait escorter d'un tel handicapé de la vie, trop timide pour devenir journaliste, mais titulaire d’un DESS télévision et télécommunications qui se donna "un an pour entrer dans une chaîne de télé" ? Cet islamiste du petit écran compte-il détruire tous les monuments pour exister ? 

"Il faut faire bouger les choses pour se renouveler. Dans ce contexte, la ligne éditoriale prime sur les intérêts particuliers des uns et des autres", ajoute-t-il, précisant que "faire fuiter des informations dans la presse n'y changera rien". 
"Il n'y a pas de chasse gardée, ni à France 2 ni à France Télévisions", insiste-t-il encore, alors qu'il se murmure que Michel Drücker pourrait ne pas renouveler son contrat avec la chaîne la saison prochaine. En dix-neuf ans à France Télévisions et quatre à Arte, en tant que directeur éditorial, le patron de France 2 reste associé à Plus belle la vie sur France 3, imaginé à l’origine en réaction à l’ovni Loft Story ("On s’est dit : 'Nous, service public, qu’est-ce qu’on fait face à ça.' "). Et il reste fier de Plus belle le vie: tout est dit, mais ça fait peur !

Le patron de France 2 confirme d'ailleurs être "en discussions éditoriales et économiques" avec Michel Drücker, tout comme d'ailleurs avec Patrick Sébastien, qui, selon certains, serait lui aussi sur la sellette. Et Vincent Meslet de rappeler à l'ordre l'animateur de Vivement Dimanche, sans le citer : "Je ne suis pas dupe de la petite musique orchestrée par certains (...) autour du 'racisme anti-vieux' pour tenter de nous forcer la main dans des négociations".
Pourtant, en décembre dernier, on apprenait l'éviction surprise de Julien Lepers, 66 ans, de France 3. Quelques jours plus tard, on nous révélait que le coucou de son jeu phare Questions pour un champion, serait Samuel Etienne. "Globalement, on ne peut pas s'adresser qu'aux retraités. On chercher à viser les actifs et les urbains, tout en conservant notre public âgé, c'est à dire les plus de 70 ans," lâchait Dana Hastier, la patronne de France 3, en décembre 2014. Depuis, l'idée a fait son chemin, mais France 2 tente parallèlement de séduire Thierry Ardisson, 67 ans (lire PaSiDupes : "France 3: embauches et limogeages au faciès "), ce qui donne à penser que, pour faire jeune, France Télévisions joue la carte du 'trash': c'est leur idée de la jeunesse !
Tout un programme en effet, voire un objectif froidement inquiétant, voire glaçant de celui qui, selon Libération, "se dit que, pour changer la société, il vaut mieux travailler à la télé qu’être élu."

Racisme anti-vieux : juste une coïncidence...

Alors que France Télévisions se défend de vouloir mettre à la porte ses animateurs les plus emblématiques depuis l'arrivée de Delphine Ernotte à la tête du groupe l'été dernier, Vincent Meslet jure pourtant ses grands dieux qu'il ne s'adonne pas "au tir aux pigeons". "Je n'ai personne dans le viseur, je ne suis pas venu avec l'idée d'organiser une chasse aux sorcières", assure-t-il
"Ni le jeunisme ni la nostalgie ne dessine la ligne éditoriale de France 2". "Il n'est pas question de faire table rase du passé. Mais à l'inverse, il ne faut pas penser non plus que c'était mieux avant et que l'on ne peut plus rien créer", tranche-t-il. 

Peut-on en revanche faire du jeune avec du vieux, à la direction ?
Michel Field vient d'être nommé directeur exécutif de France 5 à 61 ans.
Mais tous dissimulent désormais leur âge, pour preuve que la chasse aux seniors est pur fantasme dans le service public. Ainsi, bien qu'il ait intégré l'ORTF en 1970, Michel Kops, directeur exécutif en charge de l’outre-mer (et aussi de France Ô), n'a plus d'âge...
A la direction de la communication de France Télévisions, Niloufar Soyeux du Castel, ancienne directrice-fondatrice de Parnasse (Orange, remplacée à la communication par Xavier Couture), ici à droite au temps de sa jeunesse, quel âge ?

Et la Société des Journalistes de France 2 s'est dit "stupéfaite" par l'éviction de son patron de l'info, Pascal Golomer, nommé directeur exécutif en charge de l'information de la chaîne, tandis qu'au final,
France 3 n'est pas mécontente de la dissolution de "l'équipe Thuillier".

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):