POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

jeudi 18 février 2016

Deux des trois juges étaient défavorables à la mise en examen de Sarkozy

Révélation qui confirmerait le harcèlement judiciaire contre le rival de Hollande

Un seul des trois juges d'instruction était favorable à cette décision de mise en examen de Nicolas Sarkozy, mardi, révèle BFMTV

Opposée à l'arrivée de LCI sur la TNT gratuite, la chaîne d'information en continu libère sa parole. 
Si il se confirme, ce scoop pourrait accréditer l'idée d'une justice politique visant à l'élimination de Nicolas Sarkozy. Après douze heure d'audition par le juge d'instruction Serge Tournaire, Nicolas Sarkozy est ressorti mardi mis en examen sur des soupçons de financement illégal de sa campagne électoral de 2012 qui demandent encore à être démontrés.

Nicolas Sarkozy n'est d'ailleurs pas mis en examen, mais seulement placé sous statut de témoin assisté dans le volet Bygmalion pour usage de faux, escroquerie et abus de confiance présumés.

Les juges auraient été en désaccord sur cette décision de mise en examen.
Depuis le 27 juin 2014, trois juges du pôle financier de Paris instruisent l'affaire "Bygmalion-compte de campagne" : Renaud Van Ruymbeke, Roger Le Loir et Serge Tournaire. 
Or, seul ce dernier, un anti-Eva Joly qu'on ne voit pas sur les plateaux de télévision et refuse de parler aux journalistes, 49 ans, est une sorte d’ovni au pôle financier du tribunal de Paris, sis rue des Italiens, là où jadis se trouvait le journal le Monde. Il déteste la publicité et les fuites vers la presse, comme son collègue René Grouman, celui-là même qui avait requis contre Alain Juppé dans l’affaire des emplois fictifs de la Ville de Paris.Pendant des mois, le juge Tournaire a mené l'enquête sur une autre affaire dont il espère qu'elle le conduire à croiser à nouveau l’ancien chef de l’État : celle des sondages qui auraient été généreusement payés par l’Élysée à la société Publifact de Patrick Buisson.
Mais il est, comme par hasard, le premier magistrat instructeur dans cette affaire, et a voix prépondérante dans la décision de mise en examen de l'ancien chef de l'Etat. 

Serge Tournaire est tout-puissant, en tant que premier saisi dans cette affaire, et, s
ur le plan juridique, un tel désaccord ne permet aucun recours à l'avocat de Nicolas Sarkozy, Thierry Herzog. 



Cette agence de communication a été créée en 2008 par Bastien Millot et Guy Alves. Or, Millot a quitté Bygmalion le 31 août 2013, mais s'il se dit l'ami d'Anne Hidalgo, la maire socialiste Paris s'en défend : "je n'ai PLUS aucun contact avec Bastien Millot et je ne cherche pas à en avoir".
Lors de la campagne pour la mairie de Paris, son adversaire UMP, Nathalie Kosciusko-Morizet l'avait attaquée sur ses relations avec Bastien Millot, sur RTL :

"Bastien Millot est le conseiller de madame Hidalgo, elle pourra certainement vous renseigner sur ses tarifs."
 En septembre 2015, Millot est à nouveau mis en examen.
Et pas même le juge Tournaire n'a rassemblé d'éléments lui permettant de mettre Sarkozy en examen dans cette affaire ! Il s'est résolu à le placer sous le statut de témoin assisté... 
Il y a de l'eau dans le gaz de l'accusation...


Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):