POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

jeudi 22 décembre 2011

Un musulman "modéré" condamné pour violence sur sage-femme

Le musulman parisien avait cassé la porte d'un bloc opératoireà Marseille

Le mari voulait remettre le voile de son épouse qui accouchait

Cet ouvrier du bâtiment parisien a été condamné, mercredi, en comparution immédiate à Marseille à six mois de prison, pour avoir violenté une sage-femme et cassé la porte d'un bloc opératoire.

L'Education nationale a failli à sa mission d'intégration
Nassim Mimoune, 24 ans, né aux Lilas, en Seine-Saint-Denis, a été éduqué dans nos écoles laïques, jusqu'à seize et plutôt plus, du primaire au secondaire, mais le corps enseignant est tellement soumis à la pensée dominante véhiculée par la FSU, roche à la fois du PS et du PCF, que le jeune père a voulu imposer ses pratiques au milieu médical de l'hôpital Nord de Marseille.
Alors que sa femme souffrait de contractions, il a attendu deux jours avant de la conduire à l'hôpital, puis s'est opposé " avec virulence au toucher vaginal " qu'une sage-femme voulait pratiquer.

Un dialogue inouï s'en suivit, en arabe
"Laisse-les faire", lui a dit sa jeune femme, française, mais en langue étrangère.
" Tu en subiras les conséquences, on divorcera ", a menacé l'époux fanatique, selon les propos rapportés par une sage-femme arabisante appelée à la rescousse pour faciliter la communication. La jeune mère s'en sort bien: elle échappera peut-être à la lapidation...

Et le jeune homme, très exalté, d'accuser le personnel: " En France, on essaye toujours de violer nos femmes "! lança le Français.


Un accouchement à hauts risques pour tous
L'épouse a été transférée au bloc opératoire pour une césarienne et le personnel s'est plié aux exigences du mari, acceptant, pour calmer l'individu et ne nuire ni à la mère ni à l'enfant, que le mari assiste à l'intervention depuis le sas du bloc !

Mais, voyant l'anesthésiste soulever le voile de sa femme, l'individu a bousculé la sage-femme, qui a eu deux jours d'ITT, et cassé la porte du bloc.


Le Français musulman était jugé par le tribunal correctionnel
Il a reconnu les faits de "violence sur un professionnel de santé" et "dégradation de bien destiné à l'utilité publique", qui remontent à lundi matin.
"Je me suis mis en colère. En tirant sur la porte, j'ai tapé sa main, je l'avoue, j'ai sûrement appuyé, je suis prêt à dédommager; je présente mes excuses, je n'ai pas voulu lui faire de mal; j'ai couru pour remettre le voile", a expliqué devant le tribunal Nassim Mimoun.

Le montant des frais de remise des lieux en état n'est pas communiqué, mais le contribuable laïc y pourvoira...

Quand la loi coranique prévaut sur la loi de la République
" Je n'ai pas à faire valoir mes lois religieuses au sein d'un établissement médical ", a-t-il reconnu, par chance, après avoir appris, mais un peu tard, la leçon que l'Education nationale n'a pas voulu lui enseigner.

Pour le procureur Jérôme Bourrier, qui a préféré qualifier le prévenu de "tyran domestique", plutôt que de jeune fanatique archaïque et demeuré, ces faits sont " inadmissibles car révélateurs d'un individu qui n'a pas opté pour les règles de la société et considère que son dogme est supérieur aux lois de la République".

Quant au nouveau-né et sa maman, ils sont en bonne santé. Ils l'ont échappé belle: "Allah akbar" (allah est grand), mais les vaillants personnels hospiltaliers plus encore.


Ses compatriotes français n'ont pas de quoi se formaliser

Ce charmant papa va toucher les allocs et certainement apprécier l'aubaine.

Et s'il ne l'a pas déjà fait, il peut encore courir s'inscrire sur les listes électorales, puisqu'il a le droit de vote. Il peut même se faire élire au conseil d'administration de son hôpital de violeurs !


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):