POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

lundi 27 août 2007

Plus malodorant que Malodore, ça existe !

L’hypocrisie de la gauche pue autrement plus.

Pour donner satisfaction aux commerçants et à la population éprouvés, le maire d’Argenteuil prend des arrêtés contre la mendicité chaque année, depuis …2005 ! C’est dire qu’il a affaire à une opposition déterminée et organisée qui importe des SDF jusqu’au point de rupture. Le 6 août dernier, la mairie a pris un nouvel arrêté interdisant la mendicité dans le centre d'Argenteuil pendant l'été jusqu'en 2012. Cet arrêté fait l’objet d’une nouvelle requête en annulation déposée à la préfecture par Valentin Texeira, militant … des Verts. Et le PS ne reste pas coi, on s’en doute. Lamdaoui, son candidat parachuté et battu à la législative bien que membre du Bureau national, indiquait pourtant –bien que battu– au journaliste du JDD que « les militants, les habitants des quartiers ne veulent plus assister à des querelles d’ambitions ridicules et personnelles. » Lamdaoui n'y participe évidemment pas; même qu'il ne les anime pas... Ils sont nombreux sur le coup, la bouche en cœur et le cœur sur la main.

«Un carton de produits répulsifs a été acheté en juillet. Les agents de la voirie devaient le diffuser dans le centre, où il y a des SDF, que la police municipale devait préalablement éloigner», a expliqué un agent de la mairie qui préfère rester anonyme… La parole n’est pas libre. Ce témoignage souligne qu’il s’agissait seulement d’éloigner les SDF.

Le répulsif a finalement été donné aux agents d'entretien du centre commercial Géant du centre d'Argenteuil pour qu'ils le diffusent eux-mêmes. Quant à la direction du centre commercial «Côté Seine» elle a précisé que le produit «communiqué par la mairie» avait été diffusé au niveau des sorties de secours de la galerie marchande où des SDF ont leurs habitudes. La sécurité de la clientèle était en jeu, dans l’hypothèse d’une évacuation d’urgence.

Le témoin poursuit. «C'est un produit pas dangereux qui laisse une rémanence nauséabonde pendant plusieurs semaines. On l'utilise normalement pour éviter que des gens en état d'ébriété ne stationnent près d'endroits dangereux, sous les ponts ou près des routes», a expliqué le responsable du fabricant. Plus banalement, le produit devait dissuader les SDF d’uriner dans les espaces publics.

Le grésil, longtemps utilisé dans les toilettes publiques, est aussi nauséabond mais n’a jamais provoqué de rétention d’urine, ni aucune campagne lorsque leurs aînés y étaient exposés. Ce produit est encore en vente en droguerie ou même en supermarché. Il est jugé intéressant à faibles doses ; il est pourtant toxique à hautes doses, et éventuellement allergène. Alors, avec le malodore, pas de quoi faire un flan, ou … une tinette !

Ou les collectivistes de gauche ne pratiquent pas assez la vie en collectivité et les lieux publics pour parler en connaissance de cause, ou ils ont la narine délicate. Ou les deux !…

Pas de souci ! La campagne des extrémistes de gauche est jugée à sa juste valeur par l’opinion. Très sollicitée depuis la campagne présidentielle par les attaques incessantes de la gauche, l’opinion apprend à faire la part des choses entre réalité et manipulation. Les sondages favorables à la candidate socialiste sont apparus mensongers et les résultats nettement en faveur de Nicolas Sarkozy lui ont montré que les médias avaient joué un jeu partisan qui faisait peu cas du sentiment de la France profonde.

Or, les Français ont eu à croiser des SDF dans leur vie quotidienne. Ils ont vu leur nombre grandir et ont constaté qu’ils ne parlaient pas toujours une langue commune. Ils ont souvent été sollicités pour apporter leur aide, voire harcelés. Certains ont proposé du travail -de jardinage, par exemple- plutôt qu’une pièce dépensée en alcool, mais des SDF leur ont opposé des refus. Parfois, des sans domicile fixe forcent aussi la main en réclamant de grosses pièces. D’autres passants ont reçu des insultes. La plupart ont été incommodés par les odeurs. A Aix-en-Provence, une habituée des pelouses de l’Office du Tourisme faisait ses besoins en plein jour au vu de tous.

Mais les officiels de la bien-pensance sont manifestement des privilégiés et n’ont rien vécu de tel à proximité de leurs domiciles ou sur le chemin de l’école de leurs enfants. Ils s’indignent donc, comme ils s’indignèrent que les autorités cachent aux enfants la vue des prostituées.

Le forum de 20minutes affiche pourtant le témoignage représentatif d’une large portion de la population, celui de Itou, entre autres: « Je me rappelle que les parisiens du canal St Martin en avaient ras le bol de tous ces SDF qui encombraient leur[s] trottoirs, accumulant vomis, et tous autres détritus, y compris les excrément[s] humains se mélangeant avec ceux de leurs animaux. Je pense qu'il faut laisser expérimenter avant de critiquer systématiquement. » Le même utilisateur ajoute : «La mairie de Paris, socialiste, qui avant les vacances laissait crever les SDF a réussi à trouver des fonds pour Paris Plage. Mais il paraît que les SDF y étaient interdits car malodorants et faisant trop tache vis à vis des touristes. »

Hypocrisie, mais récupération aussi.

Voici un échantillon d’appel à la révolte qu’on peut trouver sur blog :

BOYCOTT TOTAL DE LA SOCIETE F****** ET DE SES PRODUITS TANT QU'ELLE N'AURA PAS RETIRE DE SON CATALOGUE LE « MALODORE » ET QU'ELLE N'EN AURA PAS CESSE LA FABRICATION

CETTE FOIS CA SUFFIT

CONTRE LA GUERRE FAITES AUX PAUVRES REVOLTONS NOUS

Invitation à la dénonciation

nous appelons tout-es les salarié-es et syndiqué-es des entreprises du secteur du nettoyage a communiquer sur le réseau des médias libres les entreprises qui utiliseraient ou qui auraient recours même ponctuellement a des produits fabriqués ou distribués par la société F******* , et a refuser de les utiliser .

Ce sont les mêmes qui dénoncent les pratiques sinistres d’un autre âge, en temps de guerre, ou les bracelets électroniques, ou les caméras de surveillance, enfin tout. Leurs pratiques sont-elles tellement plus reluisantes ?

Voilà aussi un slogan type : Guerre contre les pauvres

émanant d’excités qui par chance n’ont eu à souffrir d’aucune guerre, ni d’aucune ‘rafle’, puisque la gauche radicale a le langage hyperbolique des inconscients prétentieux.

Appel à réprésailles, comme au bon vieux temps :

« Voici donc les coordonnées trouvée[s] via n'importe quel moteur de recherche de la société F******* qui n'hésite pas a commercialiser des produits « anti pauvres » et anti Sdf. »

Nous ne participons pas à la délation. D’autant que le produit n’a pas été conçu dans ce but ! Les auteurs doivent pourtant savoir ce qu’est le détournement d’information…

L’affaire dégénère en lutte des classes

« nous appelons les rares « élus » ( sans grandes illusions toutefois) qui auraient encore un tant soit peu une conscience de classe , et qui sauraient encore ce que veut dire le mot SOLIDARITE et respect de l'autre et de l'être humain veut dire, a cesser et rompre tout contrats »

Récupération, qui parle de récupération ? Peut-on qualifier de récupération, une action subversive créée de toutes pièces ?

Selon l’agent municipal, d'autres collectivités utilisent «Malodore» à cet effet. Ces municipalités sont invitées à se faire connaître : nous ne publierons pas,

sauf surprise !…

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):