POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

mercredi 1 août 2007

PS : Méchant, gratuit, sectaire, selon Kouchner

Le ‘coup d’éclat’ permanent du PS

Règlement de comptes socialiste

Bernard Kouchner juge sévèrement les propos du Premier secrétaire du PS François Hollande mardi 31 juillet sur RTL: "C'est méchant, gratuit, sectaire, et cela entretient une atmosphère détestable", a –t-il estimé après les critiques des socialistes mardi après son audition devant la Commission des Affaires étrangères de l'Assemblée nationale.

"Pauvre François! (...) Pourquoi il fait semblant d'être méchant en permanence? Pourquoi il s'intéresse au rôle de ministre des Affaires Etrangères? J'aurais bien aimé qu'il s'intéresse à ce qu'on avait fait avant et à tout ce qu'on va faire après", a-t-il lancé, rendant hommage au "talent" du président de la République, Nicolas Sarkozy, dans l'affaire des infirmières bulgares.

Parce qu'il n'a pas commis de faute, "je ne leur demande pas de me pardonner", a déclaré Bernard Kouchner à propos des socialistes: "je leur demande de voir les faits (...) : c'est tout le Quai d'Orsay, tous les diplomates, notre ambassadeur en Libye, qui ont travaillé sur ce dossier depuis le début", a-t-il souligné, en leur rendant hommage.

Le Premier secrétaire du PS l'a traité de "spectateur" dans ce dossier. Quelle connaissance a-t-il en effet du travail, et du travail en équipe, le dilettante Hollande qui louvoie d’un courant socialiste à l’autre, et en définitive rame à contre-courant de l'Histoire.

"Ça ne se passait pas comme ça sous Mitterrand? Sous Chirac? Ce n'est pas le président qui dicte la politique? Qu'est-ce que c'est que ce faux procès?", a tonné le ministre, estimant que "ça les gênait qu'il y ait un succès de plus de Nicolas Sarkozy et même de Cécilia".

Rappelant qu'il avait fait avec Danièle Mitterrand "beaucoup plus des trucs illégaux", Bernard Kouchner a clos le sujet: "Tout cela, c'est de la bouffonnerie".

Personne ne respecte plus Flamby 1er : cet état permanent de critique est-il respectable, tant il est réflexe et donc pitoyable. Expliquerait-il l’état critique du PS ?

Aucun commentaire :

Publier un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):