POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

dimanche 3 septembre 2017

Laurent Wauquiez reçoit le soutien de Virginie Calmels, une proche d'Alain Juppé

Virginie Calmels choisit de rejoindre Laurent Wauquiez et non LREM

La première adjointe au maire de Bordeaux a annoncé son alliance avec le candidat de la droite du parti Les Républicains

Virginie Calmels est la première adjointe d'Alain Juppé à la mairie de Bordeaux.

Deux jours seulement après l'annonce faite par Laurent Wauquiez de sa candidature à la présidence des Républicainsl'ancien ministre enregistre le soutien d'une alliée de poids, en la personne de Virginie Calmels, première adjointe d'Alain Juppé à la mairie de Bordeaux. Dans un entretien paru dimanche 3 septembre dans le JDD, elle justifie sa décision de rejoindre celui qui est la cible d'attaques de ses rivaux politiques, des ralliés à la macronie, Les Constructifs, et des media de gauche, en raison de son positionnement à droite et de sa détermination à combattre le Front national que la gauche entend conserver comme bouc émissaire, exutoire et refouloir. 

"Il a le leadership, l'énergie, le courage"


Calmels avec Wauquiez : le début de la fin avec Juppé ?
Elle évoque également le sentiment de surprise que peut susciter son ralliement, les positions de Laurent Wauquiez et d'Alain Juppé étant sensiblement différentes sur de nombreux sujets. "Nos sensibilités diffèrent, mais notre socle économique, régalien et éducatif est semblable. 
Avec lui, nous allons rassembler autour des axes forts : l'humanité, la liberté et la sécurité", explique-t-elle, en réponse à ceux qui pourraient critiquer son attitude.

"Je ne suis pas dénaturable"

Résultat de recherche d'images pour "juppé calmels"
"Je suis juppéiste," répète Virginie Calmels, ajoutant qu'elle rejoint Laurent Wauquiez en restant ce qu'elle est : "Je suis libérale. Et je l'assume. Mon tempérament et mon parcours prouvent que je ne suis pas dénaturable", déclare au JDD celle qu'on ne peut soupçonner d'être "le clone de Laurent Wauquiez"

Interrogée sur la réaction d'Alain Juppé à ce ralliement, elle affirmee l'avoir prévenu, le maire de Bordeaux n'ayant eu "aucune objection" à sa décision. "Il m'aurait demandé de ne pas le rejoindre, je ne l'aurais pas fait", précise-t-elle.

L'élection du président des Républicains se tiendra les 10 et 17 décembre prochains. 
Sont également candidats Laurence Sailliet, proche du président des Hauts-de-France, Xavier Bertrand, Florence Portelli, ancienne porte-parole de François Fillon à la présidentielle et Daniel Fasquelle, député du Pas-de-Calais et trésorier du parti
D'autres, comme Bruno Retailleau et le juppéiste Maël de Calan, s'interrogent.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):