POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

samedi 29 novembre 2008

PS - Le gang Royal veut de la place, toute la place

Mais les divergences ‘royalistes’ apparaissent

Sa Cynique Majesté Royal fait mine de battre en retraite
Personne ne se fait d’illusions !
  • Désirdavenir Royal a tempêté et menacé de saisir la justice contre l'élection de Martine Aubry à la tête du Parti socialiste, elle a adressé un ultimatum à ses vainqueurs et annoncé que le « vent de révolte », qu’elle annonçait contre Sarkozy, s’était dérouté sur la Rue de Solférino.
  • Que le gang Royal opère maintenant ce qui ressemble à un repli doit donc être considéré comme un nouveau stratagème. Et qu’elle se déclare "pleinement disponible" pour participer à la direction, est lourd de menaces. C’était d’ailleurs vendredi !

    Pesante et encombrante

    "Nous sommes totalement disponibles pour prendre toute notre place au sein du Parti socialiste. Nous voulons faire pleinement partie de la direction", a affirmé vendredi Manuel Valls, l'un des principaux lieutenants de la chef de gang, depuis le QG de l'ex-candidate à la présidentielle.
    Valls souligne que l'équipe Royal veut de "véritables responsabilités à la direction du PS", sous-entendu au secrétariat national, véritable gouvernement de la nouvelle patronne.
    Restera-t-il assez de place pour l’équipe Aubry ?
  • Pédale douce
    Si Manuel Valls, qui s’était montré particulièrement virulent, menaçant de saisir la justice contre des "tricheries" lors du scrutin marqué d’irrégularités de part et d’autre, et dont est sortie gagnante Martine Aubry, l'heure serait désormais à "l'apaisement" et "au rassemblement".
    Le jeune loup d'Evry a mis la sourdine. "Il faut tourner la page du Congrès de Reims et des étapes difficiles et douloureuses qui ont suivi", "sortir de la guerre de tranchées", "l'urgence est de remettre le PS au travail", a-t-il assuré...
  • D’ici le 6 décembre et la réunion du Conseil national (parlement PS) qui doit entériner la direction proposée par la nouvelle première secrétaire, une deuxième rencontre, après celle mercredi, est prévue aujourd’hui samedi en fin de matinée, rue de Solférino, entre les deux rivales. L’amère Royal serait encore soutenue par Vincent Peillon et par le patron des socialistes des Bouches-du-Rhône Jean-Noël Guérini, battu à la mairie de Marseille, mais cette évidence ne suate pas aux yeux.

    Des divergences d'intérêt sont pourtant déjà apparues dans le gang
  • Valls cesse de se mettre en avant et prend soin de préciser qu'il s'exprime "au nom de toute l'équipe" Royal - citant Vincent Peillon, le maire de Dijon François Rebsamen et celui de Lyon, Gérard Collomb, ou Jean-Noël Guérini- comme pour démentir que le camp Royal est fissuré.
  • Car des divergences d'intérêt sont vite apparues dans la bataille de l'après-élection entre les proches de la chef de gang et les "grands élus" de province qui l'avaient ralliée et l’avaient suppléée pendant son passage au « frigidaire ».
    Gérard Collomb n'était même pas présent à Paris mardi pour le dernier baroud d'honneur de l’amère Royal. Et dès l'élection de la Ch’tite Aubry actée, Guérini assurait qu'il ne "ferait rien pour (l')empêcher de travailler".
  • Le silence revenu, d’autres dissonances se font entendre, en particulier après le message video de Désirdavenir Royal appelant mercredi à préparer sa candidature à la présidentielle de 2012.
    "L'objet des mois qui viennent ce n'est pas 2012, c'est d'abord de rassembler le Parti socialiste", avait rétorqué Vincent Peillon.
    "L'urgence n'est pas 2012" et "on ne va en justice contre son propre camp," a répliqué Guérini.
    > Le message de Royal a été "mal interprété", se hasarde alors Manu Valls. Soit les exégètes sont des ânes, soit le message Royal manque de netteté, mais en mettant en veilleuse les ambitions présidentielles de sa championne, soit la chef et ses seconds couteaux n’ont plus les mêmes objectifs intérêts, et les membres du gang Royal entendent reprendre leurs places dans le PS: on "n'est pas une minorité dans le parti", "il n'y a pas deux partis socialistes", "Ségolène Royal est au coeur du PS".
  • Que deviennent les ‘vieux’ « royalistes »
    Abandonnés au milieu de la bataille pour faire place à la chaire fraîche à canons, les membres usagers bénéficieront-ils d’un retour en grâce et réapparaîtront-ils aux côtés de l’amère Royal. Déjà nous manquent (presque) la figure du traître de Juju Dray et la face d’enterrement de Jean-Louis Bianco.

  • Désirdavenir Royal espère négocier les postes au sein de la direction à partir d'une position de force, soulignant que la présidente de Poitou-Charentes a recueilli "50% voire plus" du vote des militants, mais toujours moins que les 102 voix d’avance de la vainqueur. "On est la première force dans le parti, on représente la moitié des adhérents, on présente une volonté de changement", insiste Valls, comme pour s’en convaincre. La première force socialiste n'est déjà plus, selon les "royalistes", celle de la première secrétaire, fraîchement sésignée ! Et c’est aussi comme si l’opposition réclamait près de la moitié des postes… au gouvernement !
  • Quant à la ligne politique autour de laquelle pourrait s'organiser une cohabitation au sommet du PS, elle reste à définir.
    Valls rappelle que le Congrès de Reims s'est achevé sans aucune synthèse, y compris dans le camp Aubry. Pourtant, l’absence de politique commune au sein du gang paraît d’autant plus invraisemblable qu’il était extrêmement isolé et inféodé. Les royalistes continuent d'improviser leurs propositions, notamment une transformation du PS en "parti de masse" et une baisse des cotisations. Sur de telles bases et sans méthode, la contribution « royaliste » à la rénovation du parti s’annonce limitée.
  • Aucun commentaire:

    Publier un commentaire

    Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):