POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

mardi 22 avril 2008

Paris brûle-t-il ? La flamme olympique met le feu au Conseil municipal de Paris

Pour défendre un non-violent, Ménard de RSF introduit la violence au Conseil municipal

Oubliés les mal-logés et les sans-abri !

Pour la première assemblée de la nouvelle mandature, ce lundi 21 avril, le Conseil de Paris aurait dû avoir pour principal objet la politique du logement. Les caméras n’avaient pourtant d’intérêt que pour les "nouvelles têtes" du Conseil et la ministre de la Justice Rachida Dati, maire du VIIe arrondissement.
C’est pour satisfaire un voeu du maire socialiste Bertrand Delanoë de faire du dalaï lama le citoyen d'honneur de la ville de Paris -indifféremment d'un dissident-, que le Conseil s’est dérouté, comme une flamme olympique. L'esprit socialiste s'est même éteint...

Il est pourtant non-violent le dalaï lama, le chef religieux du peuple tibétain, ce que ne sont pas les amis de Robert Ménard.
Le débat a été vif entre les partisans de la priorité accordée par le maire sur le logement entre ses élus socialistes et les Verts. Pour les détracteurs du dalaï lama est une figure religieuse aux propos parfois contestables selon les communistes, et théocratique pour les laïcs du MRC. Ils ne s'étaient pas déjà assemblés qu'un couac des socialistes divisés et les premiers affrontements ont marqué les débuts prometteurs de la majorité municipale.

L’opposition UMP et le groupe centre jugeaient quant à eux que le moment était mal choisi, notamment après l'envoi par Nicolas Sarkozy d'émissaires chargés de faire oublier les violences autour de la Flamme lors de son passage à Paris. Peut-être le moment était-il au contraire volontairement bien choisi contraire. Pour autant, il ne fait pas oublier les menaces exercées le long du trajet par les amis de Robert Ménard sur l'escrimeuse chinoise handicapée, Lin Jing, 27 ans,dossard 103 au paralympique.Sa Cynique Majesté Royal n’a pas exprimé de regrets.
N’était-ce pourtant pas elle qui s’était penchée avec compassion sur le seul handicapé, Monsieur Bontron, placé intentionnellement à proximité, lors de son débat télévisé face à son vainqueur?

Au terme d'une demi heure d'échanges, les "anti" n'ont pas pris part au vote. Ni vote "contre", donc, ni abstention : la décision a été adoptée à l'unanimité des seuls participants au scrutin, … à main levée !

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):