POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

vendredi 10 août 2018

Le Parlement européen souhaite supprimer le changement d'heure

Un sondage consulte les Européens : ouvert jusqu'au 16 août

Va-t-on vers un retour avant 1976 ? 

Près de 510 millions d’Européens, parmi lesquels 67 millions de Français, seraient alors concernés…
Par 384 voix pour (153 voix contre), après avoir longuement débattu de l’intérêt ou non de maintenir ces modifications horaires semestrielles, les députés européens, réunis en session plénière à Strasbourg, ont réclamé une "évaluation complète " et détaillée du système de changement d’heure et, si nécessaire, de "présenter une proposition pour la réviser".

Le changement d’heure a été mis en place en France, en 1976, au début du quinquennat de Valéry Giscard-d’Estaing. Il était destiné à réaliser des économies d’énergie en passant à l’horaire d’été au début du printemps, avant de basculer en horaire d’hiver le dernier dimanche d’octobre.

"La directive actuelle, entrée en vigueur en 2001, fixe pour l’ensemble de l’UE une date et une heure harmonisées pour le début et la fin de la période de l’heure d’été, l’objectif étant d’aider le marché intérieur à fonctionner de façon efficace", rappellent-ils dans un communiqué.

Les députés européens ont voté, en février dernier, une résolution en faveur de l'abandon de l'alternance. Il appartient toutefois à chaque pays de décider s'il applique ou non ce changement.

A l'origine de la résolution, la députée européenne écologiste Karima Delli a fait valoir que "les députés répondent au souhait de nombreux citoyens mobilisés contre un système devenu obsolète".
"Les études démontrant un accroissement des accidents de la route ou des troubles du sommeil lors du changement d'heure, doivent être prises au sérieux", a plaidé l'élue française des Verts, estimant que les économies d'énergie, but initial des changements d'heure saisonniers, "ne sont pas probantes".

"Des effets négatifs sur la santé des êtres humains"

"De nombreuses études, si elles n’aboutissent pas à des conclusions définitives, ont indiqué l’existence d’effets négatifs sur la santé des êtres humains" de ces décalages d’une heure intervenant les derniers week-ends de mars et d’octobre, soulignent les eurodéputés.

Retrouver un rythme plus régulier.
Si le passage à l’heure d'hiver est plus facile à gérer sur le plan du rythme biologique que celui du mois de mars, il peut être un prétexte pour recharger ses batteries en fin de week-end et, peut-être, mettre fin au fameux "blues du dimanche soir", questionne Patrick Lesage, sophrologue intervenant en entreprise sur les troubles du sommeil et de la vigilance.
La question de l'incidence des pubs interminables et répétées n'est pas mise en cause: sujet tabou dans la presse mercantile et tributaire des  annonceurs. Reste qu'après un week-end chargé où il n’est pas interdit de veiller pour profiter des soirées, apparaît parfois une légère déprime à l’idée de travailler le lundi. L’appel du lit est ressenti comme une punition, puisqu’il sera suivi d’une matinée fracassée par la sonnerie du réveil. "Ce petit blues est aussi lié aux décalages qu’on s’impose chaque semaine en se couchant plus tard. Du coup, on a déjà décalé l’horloge biologique", poursuit le spécialiste. La réduction du temps consacré aux pubs, réclames et autres écrans publicitaires ne participerait-il pas d'une prévention des troubles du sommeil.

Notre horloge biologique sacrifiée, dans l'indifférence générale, à la pub
Retrouver l'envie d’aller se coucher serait donc l'objectif principal de ressentir la "pression" du sommeil. Avec ce changement d’heure, les personnes en "retard de phases (de sommeil)", qui n’aiment pas se coucher tôt, ont une occasion de retrouver un rythme de vie plus régulier, de soigner leur "écologie du sommeil". En se couchant légèrement plus tôt, les réveils seront moins douloureux. La mélatonine (hormone du sommeil) sécrétée durant la nuit sera aussi plus présente dans l’organisme.

Par ailleurs, quand la nuit tombe à 17h30, l’idéal est de s’exposer à la lumière matinale pour que l’organisme sécrète plus de sérotonine (hormone du bonheur). Un manque de sérotonine peut parfois être associé à une mauvaise humeur, des sautes de concentration, voire une perte d’appétit. Le top de l’optimisation étant de profiter de cette heure supplémentaire le matin pour soigner son petit-déjeuner, un moment clé de la journée souvent bâclé.
Le prochain changement d’heure aura lieu dans la nuit du samedi 24 au dimanche 25 mars.

Le sondage ci-dessous est propre à PaSiDupes
(il restera en ligne, colonne de droite, jusqu'à la date de prise d'effet de la décision finale):



Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):