POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

lundi 13 août 2018

Les dossiers de Hulot sont "bloqués par l'Elysée", selon les propos du ministre révélés par Bardot

Brigitte Bardot flingue Nicolas Hulot

Brigitte Bardot a vivement critiqué le "bon à rien" sur Twitter

L'actrice a qualifié de "lâche" le ministre de la Transition écologique. Ce dernier lui a adressé une réponse cinglante.
L'icône du cinéma international a dit ce week-end sa façon de penser au ministre pusillanime, le qualifiant de "trouillard" à propos de la chasse. Elle l'a d'ailleurs appelé à sa démission. 

Dans un entretien accordé samedi à Var Matin, la star de la protection des animaux a critiqué la concertation publique lancée par Nicolas Hulot "concernant plusieurs arrêtés liés aux quotas de chasse traditionnelle", qui n'a, selon elle, pas lieu d'être. Selon BB, le ministre n'est qu'"un trouillard de première classe. Un indécis. Un type qui ne sert à rien". 

Après avoir été reçue par Emmanuel Macron en juillet, elle a même suggéré un nom pour le remplacer, celui de Yannick Jadot, député écologiste européen. L'entretien a visiblement déplu au 3e personnage du gouvernement Philippe. 

Dans un tweet publié dimanche, Brigitte Bardot a affirmé avoir reçu un appel "d'un Nicolas Hulot en rage, en me traitant de lâche, de mielleuse vis-à-vis du Président" Macron. D'après son tweet, BB affirme que Nicolas Hulot lui aurait dit qu'il était impuissant car ses dossiers étaient "bloqués par l'Elysée"

Les propos privés expriment la pensée réelle des hommes publics 

Résultat de recherche d'images pour "Bardot et Hulot"Hulot enrage qu'ils soient publiés. L'entourage du ministre affirme donc qu'il s'agirait selon lui de "propos manipulatoires issus d'une conversation privée", qualifiant les déclarations de Brigitte Bardot d'"injurieuses". "Le Ministre se concentre sur son action au service des Français [ritournelle usée depuis le quinquennat Hollande] et de la planète [ambition jupitérienne !] et ne veut pas rentrer ["entrer", en langage correct, n'est pas usité par les hauts fonctionnaires] dans des polémiques stériles et démagogiques", a-t-on ajouté. 
. 
"Mais enfin, où est la lâcheté quand on injurie à distance tranquillement de sa propriété tropézienne et qu'on fait de la démagogie sur les animaux?", s'est indigné dans des déclarations à France Info (Radio France) le ministre millionnaire aux six voitures, en "face-à-face" par ...téléphone. "Il y a un moment ou un autre où il faut arrêter de céder à la simplicité, de donner des conseils à distance, tout ça avec vue sur la Méditerranée, a-t-il commenté depuis sa propriété bretonne 1.610 000 euros lors de son acquisition en 2004 (sans compter 800.000 € de travaux réalisés par la suite), à Saint-Lunaire, sur la côte d’Emeraude, sur la Manche. C'est très sympathique, mais ça ne fait pas avancer la cause", a polémiqué le cachottier qui a fait des omissions dans sa déclaration de situation patrimoniale déposée en décembre 2017. "Je ne supporte plus les démagos de tout poil", a martelé le chatouilleux ministre, inconscient d'un possible retour de boomerang. 
Par ailleurs, en sommeil depuis le printemps 2009, le dossier a été enterré en 2010. Le président du Conseil général, Eric Ciotti, a annoncé, parmi d’autres mesures d’économies, l’abandon du projet d’implantation au fort de la Revère de la fondation de Nicolas Hulot. 

L'ours et la louve s'affrontent

Résultat de recherche d'images pour "Bardot et Hulot"Le ministre lui a "proposé de prouver (son) courage en venant avec lui [à 84 ans] réintroduire des ours dans les Pyrénées," a également révélé l'artiste. "Je lui ai rétorqué que je suis contre la réintroduction d'ours qui vont se faire flinguer! et j'ai raccroché", a expliqué la pasionaria. 

Image associéeCe n'est pas la première fois que Brigitte Bardot tient tête à Nicolas Hulot, en qui elle avait cru et dont elle avait même salué la nomination. 
Dans une entretien au Monde en janvier, elle avait ensuite affirmé avoir plongé dans une "détresse indicible" après la décision de ministre "d'autoriser l'abattage de 40 loups", assurant lui avoir "écrit en le traitant de tous les noms".

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):