POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

vendredi 31 août 2018

Philippe Besson nommé consul : nouveau nid de poule dans la marche de Macron vers un monde nouveau

Interdiction d'évoquer un "copinage" jupitérien

Emmanuel Macron n'est pas différent de ses prédécesseurs méprisés

Résultat de recherche d'images pour "Philippe Besson Macron"

Le vertueux récompense ses courtisans : la distribution de fromages continue. Le jeune arriviste est arrivé aux affaires grâce à un étonnant concours de circonstances, qui lui a fait croire à une bonne fée penchée sur son berceau. Il s'est cru autorisé à se proclamer différent des autres, de ses aînés des IVe et IIIe républiques, quand on attribuait prébendes et missions creuses (les chasses présidentielles, etc.)aux intrigants bien en cour. Ca, ce serait avant, disait-il. Sous sa présidence, on ne mangerait pas de ce pain-là.

La nomination de Philippe Besson au poste de consul général à Los Angeles vient ternir le message. 

Car Philippe Besson s'est rendu utile, devenant un proche, un intime, selon les mauvaises langues, du couple Macron et les intéressés ne s’en cachent pas. L'écrivain aux préférences sexuelles bien dans l'air du temps a publié un livre laudateur,  il y a un an, racontant les coulisses de la conquête du pouvoir par l’ancien ministre de l’Economie de François Hollande. Un livre partisan dont la promotion a servi de prétexte à la promotion d’Emmanuel Macron. Personne ne s'aventure à titiller Besson puisque, outre que cet homme affable est l'ami du président, il travailla, comme DRH, à ...Libération, un quotidien meilleur dans le jeu de mots que dans la littérature. Mais Besson a accepté un cadeau pour bons et loyaux services, mais aussi pour satisfaire ses penchants dans la baie de San Francisco, mieux, sous le Golden Gate, à 380 kms de  Los Angelès.

Cette nomination est un renvoi d’ascenseur

Résultat de recherche d'images pour "Philippe Besson Macron"
Nomination un tantinet déplacée
D’Helsinki, Emmanuel Macron s’en est défendu ce jeudi en idéalisant son image. "Il n’y a chez moi aucun copinage pour services rendus. Regardez le gouvernement. Si je servais les gens en fonction de leur implication dans la campagne présidentielle, aurais-je choisi le Premier ministre que j’ai nommé il y a quinze mois ?" a-t-il lancé, trahissant un immense regret, puisqu'Edouard Philippe reste populaire auprès des Français quand l'image de Jupiter jaunit. Macron commence à avoir des reflux gastriques.

On nous dit - les candidats à un poste ? - que la nomination d’écrivains aux postes de consul et d’ambassadeur est une vieille tradition française.
Certes, mais c'était avant ! De Chateaubriand à Daniel Rondeau (ex-rédacteur en chef 'culture' du journal ...Libération, nommé ambassadeur à Malte en avril 2008, grâce à son ami Bernard Kouchner) en passant par Jean-Christophe Rufin (ancien coopérant en Tunisie, un des pionniers de Médecins sans frontières, nommé ambassadeur au Sénégal), ils sont nombreux ceux qui ont cédé aux chants des sirènes, à l’appel des honneurs (Romain Gary n’en fait pas partie, il était diplomate avant d’être écrivain). 

Si Macron était cohérent et faisait au pied de la lettre ce qu'il a annoncé, il ne perpétuerait pas les pratiques de l'ancien monde dont il est issu. En récompensant les partisans dont il se sent l'obligé, le quadra règle ses dettes à bon compte, mais continue de mélanger allègrement les genres. 

La nomination de Philippe Besson affiche l’image d’une caste qui se distribue les faveurs au gré des opportunités. 
Un acte politique aussi, de nature à agacer Trump.
La prochaine nomination profitera-t-elle à une copine à part entière ?

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):