POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

mardi 28 août 2018

Nicolas Hulot, premier mulot à quitter le champ de la Macronie

Macron recherche ministre pour "endormir le mulot "

Hulot a refusé de se faire balader plus longtemps

Il avait l'âge de Brigitte et ils s'aimèrent tendrement
Le ministre de la Transition écologique est enfin passé à l'acte. Après ceux de Nicole Bricq ou Delphine Batho, le départ du gouvernement de Nicolas Hulot est une nouvelle illustration de la difficulté pour les ministres de l'Ecologie d'inscrire leur action dans un quinquennat et donc dans la durée : la faute, selon certains d'entre eux, aux lobbies, ce qui évacue à nouveau la responsabilité du ministre de l'Agriculture, en l'espèce, Stéphane Travert,  sauf à penser que les ministres de l'Agriculture sont prisonniers des lobbies agricoles.

Résultat de recherche d'images pour "hulot macron""Je sais que seul je n'y arriverai pas. (...) [Les Brune Poirson (en charge de la mer, de la biodiversité et des océans, puis, aussi bien l’économie circulaire ou le marché du carbone que la réforme du marché européen de l’électricité ou la gouvernance de l’Union de l'énergie, mais agressive depuis qu'elle est 'drivée' par Jonas Bayard, ancien conseiller de Nathalie Kosciusko-Morizet) et Sébastien Lecornu (en charge des sujets liés à l’énergie), ses prétentieux subalternes, prenant un bock au passage]. "J'ai un peu d'influence, je n'ai pas de pouvoir", a déclaré mardi le ministre de la Transition écologique, découragé, sur France Inter, dénonçant "la présence des lobbies dans les cercles du pouvoir". Pour tout dire, à l'Elysée.

Treizième ministre de l'Ecologie en 20 ans, N. Hulot ne sera resté en poste qu'un peu plus de quinze mois. En cinq ans, François Hollande avait "usé" quatre ministres de l'Ecologie, Nicolas Sarkozy, trois (Alain Juppé, qui a décliné l'offre de succession à Hulot, Jean-Louis Borloo et Nathalie Kosciusko-Morizet) .

L'histoire des tensions entre les aspirations écologistes et la pratique du pouvoir est ancienne

Abonnement à Libération Pas Cher avec le BOUQUET INFO ePresse.frDans un livre publié en 1975, "Le ministère de l'impossible", le premier ministre de l'Environnement, pendant 10 mois, le "gaulliste de gauche" Robert Poujade, incriminait déjà les "capacités de blocage et la force d'inertie des administrations traditionnelles".

Titulaire du portefeuille de 1995 à 1997 sous la présidence de Jacques Chirac, Corinne Lepage publie en 1998 un ouvrage faisant écho à celui de son lointain prédécesseur, intitulé "On ne peut rien faire Madame le ministre". L'avocate y dénonce l'influence des lobbies industriels, des chasseurs et des technocrates de la haute administration.

En 2014,  la socialiste Delphine Batho instruit à son tour le procès des lobbies, dans son livre "Insoumise". La ministre, mise à la porte par François Hollande après avoir critiqué publiquement l'amputation de son budget, avait alors fustigé les "forces économiques qui ont eu (sa) tête".

Le "trouillard" "fuit ses responsabilités" : mais Macron les assume-t-il ?

Une malédiction semble attachée à la fonction
Résultat de recherche d'images pour "hulot macron"il serait impossible pour un écologiste convaincu de réussir au gouvernement, a fortiori pour un "trouillard", selon les termes de Brigitte Bardot. "En tout cas pas avec ce gouvernement" où tout est décidé à l'Elysée et où Philippe ne coordonne rien, a répondu sur BFM TV mardi Mme Lepage.

La fondatrice de Cap 21 avait soutenu Emmanuel Macron pendant sa campagne, mais en est revenue. Hulot a cependant commis une "erreur", celle de ne "pas s'appuyer sur un groupe politique à l'Assemblée nationale en donnant des forces à ceux qui voulaient se constituer". Il n'était pas relayé au Palais Bourbon, où tout l'espace était accaparé par les dévots, aveugles et soumise, à Macron.

Après avoir réussi à former un groupe politique en 2012, les écologistes ont en effet quasiment disparu de l'Assemblée lors des législatives de 2017, et les velléités de certains de se regrouper n'ont pas abouti. Espèce en voie de disparition malgré un François de Rugy, pourtant président de l'Assemblée nationale, mais totalement macronisé, et deux de ses proches, Barbara Pompili, députée de la Somme, zone de chasse, et Guillaume Vuilletet (spécialisé dans le domaine de l'habitat).

Mardi, certains dans la majorité dénonçaient aussi la difficulté pour Hulot d'accepter les contraintes de l'exercice du pouvoir.
Résultat de recherche d'images pour "hulot macron""C'est un combat qui ne se fait pas du jour au lendemain", a déclaré Emmanuel Macron, disant respecter la décision de Nicolas Hulot, "un homme libre".

"Malgré tout le respect et l'affection que j'ai pour Nicolas Hulot, en démissionnant, il fuit quand même ses responsabilités. Il a lancé un grand nombre d'initiatives qui nécessitent du temps", a critiqué sur Twitter le député  LREM Bruno Fuchs, un ancien journaliste de TF1 et communicant.

"Pour Nicolas Hulot, les choses ne vont pas assez vite, mais il ne mesure pas la différence entre l'urgence écologique et la gestion du temps de l'action gouvernementale dans une économie mondialisée", a déploré le sénateur François Patriat (LREM), proche des chasseurs et de Macron.

Résultat de recherche d'images pour "hulot macron"
"La politique se mesure sur le long terme : ses effets ne sont pas toujours immédiats", a renchéri le délégué général de la République en marche, Christophe Castaner, dans un simple tweet de reproche, à demi-mots.

Proche de M. Macron, l'ancien député européen Daniel Cohn-Bendit a reconnu la "dureté" du poste . "Moi, j'aurais tenu trois minutes à sa place. Il y a trop de compromis à faire", a-t-il déclaré à la presse. Pressenti par certains, le septuagénaire s'est ainsi disqualifié pour lui succéder au sexagénaire.

Quel successeur, star médiatique (une plante grasse comme Poirson), politicien de haut vol (pour les chasseurs) ou technicien de la société civile (préparé au 'burn-out')  ?

Certains placent Ségolène Royal sur la sellette.
En termes de renouvellement de la vie publique, ce serait encore manqué ! 
Résultat de recherche d'images pour "segolene royal Macron Hulot"
Et puis, durant sa campagne présidentielle, Emmanuel Macron avait déclaré qu'il ne comptait pas maintenir Ségolène Royal au gouvernement, précisément au nom du renouvellement du personnel politique : peut-il se dédire ? Après avoir envoyé des signaux de ralliement à Emmanuel Macron avant le premier tour, elle avaient été un temps pressentie au maintien à son poste sous le gouvernement Edouard Philippe. 
Résultat de recherche d'images pour "segolene royal Macron Hulot"
Finalement remplacée par Nicolas Hulot, elle avait reproché à Macron de l'avoir contactée "au dernier moment" pour lui faire part de l'impossibilité de la maintenir "compte tenu des équilibres politiques"... Modeste comme à l'accoutumée, elle précisa toutefois qu'elle "[mettrait ses] compétences au service du combat climatique et au service de ce gouvernement".
Ambassadrice chargée de la négociation internationale pour les pôles arctique et antarctique depuis 2017, cette vieille gloire de la politique devrait rester au réfrigérateur.

D'autres mentionnent Nathalie Kosciusko-Morizet. Mais, de dépit, suite à ses déboires accumulés (prises de la mairie de Paris ou du parti Les Républicains et échec aux élections législatives de 2017 dans la onzième circonscription de Paris, elle a préféré aller s'établir aux Etats-Unis et ne souhaite pas cotoyer son tombeur LREM, Gilles Legendre)

Quant à Roselyne Bachelot, ministre de l'Ecologie et du Développement durable dans le premier gouvernement Raffarin, en 2002, elle est reconvertie dans le spectacle.

Le président de l'Assemblée, François de Rugy, a dissuadé les potentiels impétrants.
Résultat de recherche d'images pour "de rugy et Macron"Sur Facebook, il a décri un poste difficile où l'on est "pris entre le feu roulant des perpétuels procès en trahison et le feu non moins roulant des oppositions au changement venant des lobbys et des conservateurs de tous poils [tout poil]".

Dans le domaine de l'écologie, "on ne peut plus se dérober devant la nécessité de l'action", a lancé celui dont le nom circule pour remplacer le ministre d'Etat...

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):