POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

mercredi 29 août 2018

Fort de Brégançon : erreur humaine de Macron en jet-ski

Le garant du respect des lois fait du jet-ski dans une zone interdite à la navigation
Huit personnes à sa disposition
En vacances au fort de Brégançon, le président de la République a enfreint un arrêté de la préfecture maritime de Méditerranée en circulant dans une réserve marine protégée.

Pour leurs vraies premières vacances présidentielles au fort de Brégançon, à Bormes-les-Mimosas, dans le Var, où une piscine démontable de 10 mètres sur 4 a été installée, pour un coût de 34.000 euros (après ristournes), les Macron-Trogneux ont aussi profité de la douceur des eaux pour faire des balades en jet-ski et en hors-bord, pour pas cher, moniteurs inclus. Voici, puis Closer ont publié des "paparazzades" de leurs escapades. 

Nul n'est censé ignorer la loi, surtout quand on est neuf adultes responsables...


Le président des (très) riches, accompagné de son entourage, a enfreint un arrêté de la préfecture maritime de Méditerranée. L’arrêté n° 189/2017 détaille "6 zones interdites à la navigation et au mouillage", dont la baie de la Palud, une réserve marine protégée, située sur l’île de Port-Cros. Dans le détail, le mouillage et la circulation de tout bateau à moteur, et bien sûr de jet-ski, sont interdits dans la bande littorale des 600 mètres de la baie. La raison de cette fermeté préfectorale, "la nécessité de protéger l’environnement marin et de préserver la biodiversité dans les eaux du parc national de Port-Cros".


Cette infraction n'est pas pour autant responsable de la démission de son ministre de l'Environnement. Le sieur Hulot n'est pas à cheval sur la réglementation: le millionnaire ministre de la Transition écologique aux six voitures – en plus d’un bateau, d’une moto et d’un scooter électrique -, possède une superbe villa à Saint-Lunaire, sur la côte d’Emeraude où se dresse Saint-Malo.
Et selon sa déclaration de modification substantielle de situation patrimoniale déposée le 4 décembre 2017 et publiée quelques jours après, celle-ci lui aurait coûté 1.610 .000 euros lors de son acquisition en 2004 (il en possède 25% en quote-part), sans compter 800.000 € de travaux réalisés par la suite.
Résultat de recherche d'images pour "Saint Lunaire villa Hulot"Pourtant, la valeur vénale déclarée, c’est-à-dire le prix auquel un bien peut être vendu d’après l’état du marché, serait de 1.500.000 euros. Soit une perte de plus de 100.000 euros, nonobstant les travaux de rénovation effectués dans sa propriété. Cette déclaration interpelle forcément tous ceux qui connaissent un peu l’immobilier sur la Côte d’Emeraude, les prix n’étant pas réputés accessibles aux "gens qui ne sont rien". Les notaires et les agents immobiliers locaux en sont restés tout songeurs, d'autant que le prix de l’immobilier a au contraire augmenté régulièrement depuis 2005. Une villa néo-bretonne, située pointe du Décollé comme celle de Nicolas Hulot, mais un tiers moins vaste, avec cependant une vue à couper le souffle, est actuellement en vente au prix affiché de 2.164.372 euros.
La Haute autorité pour la transparence de la vie publique, bernée, ne souhaite pas s'étendre sur le sujet. Quant au service de presse du ministre d'Etat, il déclaré que la Haute autorité avait validé la déclaration et qu’il n’y a rien à ajouter.
A cela s’ajoute
sa société Eole, qui encaisse ses droits d’auteur et les royalties des produits dérivés Ushuaïa et dont la valeur est estimée à 3,1 millions d’euros, ce qui n'est pas scandaleux, mais  il faut savoir que le total de ses contrats d’assurance vie, instruments financiers, comptes courants et produits d’épargne atteint environ 1,17 million d’euros.

La zone protégée de Port-Cros accueille notamment des mérous bruns

espèce faisant l’objet de mesures de protection renforcée. "Cette zone interdite est permanente", précise l’arrêté. Or, c’est précisément devant la plage de la Palud, dans le périmètre de la réserve, à moins de 600 mètres du rivage, que les photos ont été prises, et on y voit le président s’apprêtant à faire des pointes de vitesse à bord d’un jet-ski avec sa suite de gardes du corps, de moniteurs et de son médecin, à bord d’un bateau à moteur de 150 chevaux.

Une seule exception à l’arrêté - qui prévoit des sanctions pénales - est stipulée, "aux navires et embarcations chargés de la surveillance et du secours, ainsi qu’à ceux chargés des missions de police". Une justification qui ne satisfait pas, si on prend en considération la dépense de 34.000 euros de piscine que boudent les  Macron et les Trogneux. 

Une illustration de la différence de grilles de lecture sur l’écologie entre Emmanuel Macron et Nicolas Hulot, mise en avant par le ministre de l’Ecologie au moment de sa démission ? Tout est possible pour le bon plaisir du prince.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):