POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

dimanche 20 décembre 2015

Hollande et sa popularité font le yoyo

Les sondeurs nous soûlent avec les montagnes russes de la popularité de ce président 

Les Républicains Pécresse et Bertrand en forte hausse


La cote de popularité de François Hollande a rechuté de 3 points en décembre 
et celle de Manuel Valls quasiment stagné,
selon un sondage BVA pour Orange et i-télé publié samedi, qui note aussi un bond de la cote d'influence de présidents de régions, notamment Xavier Bertrand.

S'agissant de l'exécutif, la dernière enquête, réalisée une semaine après les attentats du 13 novembre, avait montré une hausse pour les deux instigateurs de l'état d'exception.

En décembre, le président de la République a suscité 
69% de mauvaises opinions 
contre seulement 30% de bonnes (25% plutôt bonnes et seulement 5% très bonnes) et 1% qui ne se prononce pas, selon cette enquête réalisée après le second tour des régionales.
F. Hollande a perdu un point (62%) chez les sympathisants de gauche, mais augmenté de deux points chez les sympathisants du seul PS (83%) qui s'est pourtant fait éliminer au premier tour dans les 13 régions, sauf cinq.



Avec 59% d'opinions défavorables, la cote de Manuel Valls, son Premier ministre, s'est "repliée", selon le terme choisi de l'AFP, malgré une nette majorité de mécontents et seulement 39% de bonnes opinions. Si on veut positiver, il a progressé (+3 points à 64%) chez les sympathisants de gauche et davantage chez les sympathisants PS (+6 pts à 85%).

L'action gouvernementale en décembre est sanctionnée sans équivoque: seulement 17% des Français ont jugé Hollande et Valls "efficaces", en chute de -5 points.

L'opposition républicaine confirme, quant à elle, ses scores aux Régionales


Quant aux acteurs politique d'opposition,

Xavier Bertrand (Les Républicains, ci-contre), vainqueur face à la gauche (PS, EELV et Front de gauche) désunie au 1er tour, et à Marine Le Pen dans la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie, après retrait de la liste PS conduite par un homme de paille de Martine Aubry, s'est hissé en troisième place du classement des cotes d'influence (+ 16 points à 38%). 

Vainqueure du président  de l'Assemblée nationale qui a fait capoter la liste de la gauche en place depuis 17 ans, Valérie Pécresse a remporté la présidence de la région capitale, l'Ile-de-France (photo 1), et a progressé de 13 points (33%). 

Elu président de la région Rhône-Alpes-Auvergne, deuxième région la plus riche prise à la gauche, après plus de dix années, Laurent Wauquiez a progressé  de 5 points, à 29%.

En divergence solitaire (avec J.-P. Raffarin) sur la ligne du "ni FN, ni PS" de son parti et écartée de la direction  de LR  en début de semaine, Nathalie Kosciusko-Morizet a vu son score augmenter (+ 9 points) à 34% largement dus à des sympathisants de gauche pour avoir fait l'actualité.

Nicolas Sarkozy, qui subit les charges les plus diverses, de la part de francs tireurs en interne et de soutiens de la majorité socialiste qui lui préfèrent un adversaire LR moins pugnace, s'est classé 21e à 22% (-2 points), soit la même cote que Nicolas Dupont-Aignan et Jean-Luc Mélenchon. Cherchez le candidat le plus redouté de la gauche et du centre...

Alain Juppé, justement, est resté en tête de la trentaine de personnalités testées avec 57%, en recul d'un seul point par rapport à novembre, bien que son influence soit proche de zéro en Aquitaine socialiste où le septuagénaire est maire de Bordeaux. 

Au gouvernement, 
l'ex-banquier et actuel ministre socio-libéral de l'Economie, Emmanuel Macron (ci-contre, face à Fabius de profil), est deuxième à 48% (+ 4 pts), battant Jean-Yves Le Drian, qui vient de s'imposer comme cumulard à Rennes en Bretagne, tout en s'incrustant à Paris, au ministère de la Défense, est quatrième à 38%. Nettement derrière, Laurent Fabius (Affaires Etrangères) est à 32%, malgré l'effet COP21 escompté mais finalement très mitigé.

Sondage réalisé par internet les 15 et 16 décembre auprès d'un échantillon de 1.172 personnes représentatif de la population française de 18 ans et plus (méthode des quotas).

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):