POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

mercredi 2 décembre 2015

Le Monde participe aux querelles entre Taubira et Fleur Pellerin

La ministre de la Culture Fleur Pellerin est au centre d'une bavure du journal Le Monde 

Le journal Le Monde ébranle un peu plus le gouvernement

Le quotidien du soir a accepté  mardi de censurer un entretien de Fleur Pellerin publiée sur son site. La ministre de la Culture a dû faire marche-arrière et affirmer qu'elle n'a jamais prononcé la citation reprise en titre par le journal . La sotte y faisait une allusion à sa collègue Christiane Taubira et néanmoins bonne camarade, comme chacun sait. 

Le Monde doit se fendre d'une version expurgée de l'article incendiaire.  
La ministre de la Culture Fleur Pellerin avait polémiqué dans Le Monde, journal officieux du PS

Couac et rétropédalage 
Mardi, Le Monde a publié un article "par erreur" !  Le journal assura que celle-ci devait être republié dans l'après-midi après correction.
 
L'article, intitulé "Christiane cite René Char, moi je sais gagner mes arbitrages" a été retiré au bout d'une heure. "Nous présentons nos excuses à nos lecteurs" (et abonnés !), est-il écrit sur la page, hypocritement retitrée... "Erreur 404". 

Sur Twitter, Fleur Pellerin explique qu'elle n'a jamais prononcé la phrase utilisée dans le titre de l'article. "Article retiré par @lemondefr. Dont acte", écrit la ministre de la Culture. 
Dans l'entretien publié originellement, la phrase complète attribuée à la ministre est la suivante: "Christiane [Taubira] cite Édouard Glissant ou René Char. Ma force à moi, c'est que je connais bien l'administration. Je sais gagner mes arbitrages." 
Que Pellerin soi-même reconnaisse du René Char n'est déjà pas plausible, mais aussi Glissant est forcément casse-cou ...
 
Cette allusion à la culture littéraire de la Garde des Sceaux, qui aime préparer des citations des plus grands écrivains et poètes et ainsi épater la galerie dans ses discours, a été  interprétée comme une agression de la part d'une ministre de la Culture qui n'a pas lu une seule ligne du dernier prix Nobel français de littérature, Patrick Modiano

Un article édulcoré, une adaptation "politiquement correcte"... 

Du côté du Monde, on explique -sans rire - qu'il s'agit d'un problème technique. "Nous avons publié intempestivement, sans discussion éditoriale, quelque chose dont nous devions discuter pour demain (mercredi), et nous devions notamment parler de sa forme", s'est justifié le directeur du journal, Jérôme Fenoglio, qui aura désormais le plus grand mal à convaincre de la saine ambiance de dialogue au sein de la rédaction.

L'entretien "a été retranscrit sous forme de questions-réponses, mais cela n'avait pas été calé comme ça à l'origine", a-t-il rétrospectivement raconté. "Nous avions demandé un portrait de Fleur Pellerin à notre journaliste, qui a rencontré la ministre pendant deux heures la semaine dernière."

Le journaliste "va le transformer dans la forme qui était prévue, même si ce ne sera pas tout à fait le portrait demandé au départ", et la commande de Fleur devrait s'épanouir mardi vers 16h00, "en reprenant les citations de la ministre", selon le directeur du quotidien.

Interrogée sur son avenir en dehors du gouvernement, Fleur Pellerin répondait qu'elle ne voit pas "où va le Parti socialiste, où vont Les Républicains... Je vois bien, en revanche, où va le Front national [...] On vit un moment révélateur de ce qu'on est idéologiquement".
Inclassable Pellerin, sauf à la recaser au service "Mode" du Monde ?

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):