POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

mercredi 9 décembre 2015

La petite tambouille des frères siciliens Bartolone

Un conflit d'intérêts de plus éclabousse le PS, de l'Assemblée nationale au gouvernement Valls

Renato, le frère de Claude Bartolone, décoré de l'ordre national du mérite
Afficher l'image d'origine
Mafia socialiste: le grand frère, parrain de son cadet
Le ministre de l'Economie a décidé de décorer le frère du président de l'Assemblée nationale,  pour les "34 ans de services" de ce restaurateur dont l'établissement gastronomique est fréquenté par des responsables politiques.  Lorsque l'ex-président socialiste du très populaire département de Seine-Saint-Denis parle de son frère, il lance tout de go: "C'est celui qui a réussi dans la famille". Mais pas tout seul... Et les résultats de la Régionale en Ile-de-France pourrait le confirmer en envoyant Claudio à la plonge.la promotionde l'entreprise de son frère. 

Le 20 aout 2015, RTL révéla un conflit d'intérêts familiaux:  Claudio Bartolone fait la promotion de l'entreprise de son frère. La radio confiait en effet que "Claude Bartolone y déjeune régulièrement et invite ses amis du Palais Bourbon et du Parti socialiste à déguster un plat de pâtes qui n'excède pas les 22 euros."

Et ça marche ! En salle, il n’est pas rare de déguster son plat de pastas à deux tables de Jane Birkin ou à côté d’Alice Taglioni, d’Audrey Tautou, d’Omar et Fred ou de Catherine Deneuve. Le dessinateur Sempé, grand habitué du lieu leur a même fait des dessins spécialement pour leurs menus !

Et v
endredi, pendant que les fours étaient encore tièdes, 
Claude Bartolone  a fait chevalier de l'ordre national du mérite son frangin, le restaurateur Renato Bartolone. Ce qui ne manque pas de sel, c'est que l'Etat-PS a publié dimanche, un décret révélant que la décoration provient du contingent du ministre de l'Economie, Emmanuel Macron.

Si ce petit commerce de bouche est connu des responsables politiques, c'est bien grâce à Claudio Bartolone
Un lieu très chic qui ne reçoit pas les "sans dents" de Hollande,
ni  les "illettrés" bretons de Macron (électeurs de Le Drian)
Situé rive gauche, rue de Condé dans le VIe arrondissement, à deux pas de l'Assemblée nationale et du Sénat, "Le Marco Polo" est surtout couru par les nantis de gauche, mais des parlementaires de droite s'y fourvoient parfois, ignorant que la politique socialiste est une grosse tambouille familiale. Dernièrement, c'est la mésaventure du député de droite Thierry Solère, resté coincé dans les toilettes du restaurant, qui donnait à croire au microcosme que Claudio avait tout intérêt à le garder en otage au chaud, le temps de la campagne. 

L'indécence des frères Bartolone atteint sur son site internet des limites que la déontologie socialiste ne cesse de repousser, puisque le Marco Polo ne manque pas de faire sa promotion en affichant les photos de ses illustres clients, François Hollande en tête.

"Plus je travaillais, plus mon frère faisait toutes les bêtises de la terre"
Pourtant, le succès de Renato Bartolone n'était pas gagné. "Plus je travaillais, plus mon frère faisait toutes les bêtises de la terre", se souvient Claude Bartolone. En septembre, le président de l'Assemblée nationale et candidat à la présidence de l'Ile-de-France se voyait encore vainqueur du scrutin et  confiait aux étudiants de l'Essec: "Nous étions ensemble au lycée Turgot et j'entends encore mon professeur de maths de l'époque me dire “Monsieur Bartolone voulez-vous descendre à l'étage du dessous pour calmer votre frère”.  

Un jour de 1979, un "riche" investisseur (italien) a proposé à Renato Bartolone de s'occuper de la gestion d'un restaurant italien du VIe arrondissement. "Mon frangin gérait le restaurant; le gars était en Italie et en France pour jouer au casino", raconte Claudio, à sa façon. Et de poursuivre l'histoire de sa famille sicilienne: "Un soir, il a perdu et il est venu voir mon frère pour lui dire 'J'ai perdu, je vends le restaurant' ". Ca tombait bien: comme si c'était convenu par contrat... tacite !

A l'époque, le député socialiste s'apprêtait à acheter son premier appartement. "J'ai été voir le banquier pour lui dire de me refuser mon prêt. Ce que j'avais à ma disposition pour acheter cet appartement je l'ai prêté à mon frère et depuis ce jour là, il a arrêté de faire la java et il a travaillé comme un dingue. Ça explique la relation que nous avons". Travailler plus pour gagner plus, en somme...

La success story du cadet bon à rien
En octobre 2011, pendant la campagne présidentielle que les sondages donnait gagnante pour le PS, c'est
sur une pleine page que le magazine de la commune de Noisy en Seine-Saint-Denis célébra l'ouverture d'une trattoria chic en centre-ville. Et la revue du maire de s'enthousiasmer pour le caractère bucolique des lieux : "La cour intérieure est bordée par un jardinet où poussent des lavandes (en plastique du 93 !), un olivier (bien acclimaté...) et des cyprès. En salle, des portes en bois anciennes ont été détournées en d'élégants miroirs"... La trattoria Marco Polo est situé en plein coeur de la ville et à proximité du quartier d'affaires, mais quand Noisy-Le-Grand devint la 21e ville sur 40 conquise par Les Républicains dans le bastion de gauche de la Seine-Saint-Denis, les socialistes accusèrent le Front de Gauche d'avoir fait gagner la droite et commencèrent à craindre la contagion lors des régionales. D'autant que des membres du gouvernement avaient fait campagne, telle Christiane Taubira, ainsi que... Claude Bartolone, qui a un sens des affaires aussi poussé que son esprit de famille  !


Bartolone et l'augmentation du taux de TVA dans la restauration rapide

Pour avoir rédigé un rapport critique sur la baisse de la TVA dans la restauration rapide, le député PS Thomas Thévenoud - celui qui souffre de "phobie administrative" au moment de payer ses impôts - s'était placé au centre de violentes attaques de la part de certains acteurs de la restauration. Il avait McDo dans le collimateur
Depuis le premier janvier 2014, le taux de TVA pour la restauration rapide a été relevé de 7% à 10%, c'est-à-dire aligné au niveau des restaurants servant des plats cuisinés ou fabriqués en vue d’une consommation immédiate. Le mérite en revient à Claudio.  Le président de l'Assemblée, Claude Bartolone, affublé de son président de groupe PS, Bruno Le Roux, avaient volé en soutien au joueur de Scrabble pendant les séances de l'Assemblée. Alors, surpris ? 

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):