POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

lundi 7 décembre 2015

Un Rafale repousse un avion survolant Paris

Un avion d'affaires venu de Belgique a négligé les mesures de sécurité protégeant la COP21  


L'alerte a été donnée lorsqu'il est arrivé à proximité de l'aéroport du Bourget

Plusieurs témoins ont pu apercevoir la scène ce lundi 7 décembre au matin dans le ciel parisienpeu avant 9 heures, un avion d'affaires de couleur blanche a été intercepté par un Rafale de l'Armée de l'Air, laquelle assure la sûreté aérienne sur l'ensemble du territoire 24 heures sur 24.

Les deux appareils ont survolé la capitale sur une trentaine de kilomètres. Vigipirate,
Le chasseur de l'armée était venu se placer sur la gauche de l'appareil civil pour l'escorter vers l'Ouest parisien. 

L'Armée de l'air n'est pas parvenue "à connaître les intentions" de cet appareil et a donc activé le dispositif d'alerte. 
L'appareil qui a provoqué ce déploiement était un Cessna Citation Mustang 510, en provenance de Belgique, tristement associée aux assassinats islamistes de masse de Paris en novembre dernier. Malgré les restrictions de sûreté (plan Vigipirate), le pilote entendait se poser au Bourget situé à seulement 13 km au nord-est de Paris. Mais son plan de vol semble avoir ignoré le contexte particulier de sécurité mis en place autour de la COP21 et l'interdiction de survol de l'aéroport du Bourget.

Le pilote assure qu'il ignorait les interdictions mises en place dans le ciel d'Ile-de-France pour la COP21. Un arrêté, signé début novembre, a en effet "créé une zone interdite temporaire dans la région du Bourget identifiée ZIT Rouge dans la région d'information de vol de Paris". En principe, le code des transports prévoit que "le fait pour le pilote de survoler, par maladresse ou négligence, une zone du territoire français en violation d'une interdiction" est puni de six mois de prison et de 15.000 euros d’amende. 

Un chasseur de l'Armée de l'air a intercepté l'avion dans le ciel parisien

Un Rafale a dérouté l'avion. Le Sirpa-Air précise que le Cessna -un jet d'affaires très léger construit dans le Kansas- en provenance d'Anvers (Belgique) a été dérouté sur l'aéroport de Pontoise (Val d'Oise). Sur le site internet Flightradar24.com qui permet de suivre les évolutions des appareils civils et commerciaux, il apparaît nettement que l'avion intrus a débuté une approche des pistes du Bourget avant d'être dérouté. 

Fait rarissime dans le ciel parisien, il est passé au-dessus de Paris, à altitude moyenne et allure modérée, d'est en ouest. Le Sirpa-Air insiste pour dire que l'interception a été réalisée dans des temps extrêmement rapides, bien inférieurs aux délais en vigueur. 

Mais aucune poursuite s'est engagée à ce jour, nous précise le Sirpa-Air. Le pilote aurait argué du fait que les dispositions d'interdiction de vol lui étaient inconnues. La surveillance du ciel français est coordonnée de façon permanente depuis le centre national des opérations aériennes (Cnoa) installée sur la base aérienne 942 de Lyon-Mont-Verdun. 
Depuis le début de l'année, 68 interceptions d'appareils intrus ont été réalisées selon des procédures d'urgences extrêmement codifiées. Il est rarissime, voire inédit, qu'une telle opération se déroule dans le ciel parisien.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):