POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

vendredi 25 décembre 2015

Déchéance de nationalité : un élu en révolte se met en congé du PS

Le rétropédalage de la déchéance de nationalité ajoutée à la claque aux régionales et un vent de révolte se lève au PS

L'annonce par le président de gauche du maintien de la déchéance de nationalité dans le projet de révision de la Constitution relance la fronde dans la majorité présidentielle.
Enseignant (in)suffisant
promu par le militantisme socialiste

Le projet que Taubira annonça enterré sera finalement présenté début février. Or, Jean-Marie Darmian, l'un des vice-présidents PS du Conseil départemental de la Gironde, a annoncé qu'il se met "en retrait" du parti. "Je me mets en congé du PS avec le sentiment que je ne peux plus rien apporter à l'actuel parti. Ma présence n'offre aucun intérêt et, en plus, je ne supporte plus les gouttes successives accumulées ces derniers temps dans un vase qui vient de déborder. Le liquide ressemble à de la ciguë pour ma conscience", écrit ce Socrate local de 68 ans, dans un billet diffusé jeudi sur son blog.  En se déterminant en fonction du parti, d'une part, le sexagénaire fait peu de cas de son électorat et, d'autre part, l'élu déplace la responsabilité de l'exécutif sur le PS. Au fond, l'élu de la Gironde dénonce l'absence de colonne vertébrale du Parti socialiste, quelques jours après la réélection  par acclamation - de Claude Bartolone au perchoir de l'Assemblée nationale par les députés, malgré sa cuisante défaite électorale en région capitale. Des comportements de Douma sous Staline.

Le sentiment d'un "hussard noir" d'avoir été trahi

Ce Rocardien de Gironde reste fidèle à un PS mort. Il a la nostalgie de son jeune âge et explique qu'il ne veut "pas voir mourir ce pacte signé avec un socialisme que j’avais façonné à ma façon [...] Je dirai que je suis de gauche par simple opposition au FN et à l’ex-UMP et je n’irai pas voir ailleurs. J’avais connu les salles enfumées sentant le Clan, l’Amsterdamer ou la Gitane Boyard du PSU dans lesquelles les discussions s’éternisaient autour de la définition d’un mot." Sa place désormais serait donc plutôt à EELV... [...] J’avais perdu mes illusions en juin 1968 [à 21 ans] après un mois de mai où je m’étais éclaté intellectuellement et physiquement et que je voulais retrouver. J’avais pourtant été mis en garde par mon instituteur formateur syndicaliste qui ne voulait pas que je mette un doigt dans la machine à broyer les esprits, d’un parti. J’avais écouté avec intérêt les déclarations de Mitterrand sur ce nouveau PS fort de ses courants fondateur. Habitué au fonctionnement identique du syndicat national des instituteurs [équivalent du SNUipp], j’avais bien aimé la notion de "diversité [à l'ancienne] dans l’union".

[...] J’avais vite appris que l’on est mieux dans sa tête comme minoritaire convaincu que comme majoritaire passif. Je n’avais jamais choisi la facilité et je savais que je ne la choisirais jamais. Je n’avais donc pas encore en tête que je serai exclu du PS moins de deux ans plus tard et qu’à trois autres reprises, on me traduirait en commission des conflits pour ne pas savoir ["avoir"?] su retenir mes écrits ! Suit une encore longue série de phrases commençant par "je" dont nous vous faisons grâce: trop d'autosatisfaction amère et déplacée.

"
Depuis ce jour je tire un trait sur ces 40 ans jamais interrompus de mon fait. Je me retire pour me contenter de soutenir les proches qui me font encore confiance dans le quotidien." Bon, c'est très bien comme ça, mais n'en faisons pas tout un fromage persillé. Ce qui suit est écrit par un instituteur mais l'orthographe est pathétique. Nous la restituons dans son accablante authenticité : "Je ne supporte plus cette course nationale absurde aux populisme facile au non de la rentabilité électorale. J’abandonne le champ de bataille. Je choisis d’être indépendant et ne plus avoir de comptes à rendre personne." Cet élu déserteur a-t-il obtenu son certificat d'études ?  L'orthographe n'est visiblement pas la science des imbéciles. Et cet enseignant a-t-il jamais appris à des générations sacrifiées passées entre ses mains à se relire? Ce diplômé de l'École normale d'instituteurs de la Gironde fait honneur à l'Education nationale, mais aussi à l'édition: il a trouvé à publier cinq ouvrages...

"Petit-fils et fils d’immigrés je ne supporte pas que l’on mette en cause un tant soit peu le droit du sol sans lequel ma famille m’aurait jamais pu construire ce que je suis devenu [lire ce texte ne convainc pas que c'est leur titre de gloire ?], sans lequel je ne serais jamais…socialiste [l'ignorance n'est pas au PS un obstacle: ce militant a été nommé à 20 ans directeur de l'école de garçons de Castillon la Bataille, sur son seul mérite évident. La politique reconnaissante, saluant ses aptitudes professionnelles, en fit un maître formateur (conseiller pédagogique) et à ce titre était formateur aux techniques de la communication -CLEMI- depuis 1983. Ce monsieur est commandeur dans l'Ordre des Palmes académiques (2002 sous Jospin), chevalier dans l'ordre national du Mérite (1998 sous Mitterrand) et chevalier de la légion d'Honneur (2013 sous Hollande)]. 

Tant que cette proposition émanant d’un Président et d’un gouvernement se réclamant d’idées humanistes ne sera pas rapportée
je suspends mes 40 ans d’appartenance au PS [encore aucune ponctuation non plus]. Et si cette mesure est adoptée, ce serait la fin du chemin pour moi et j’en tirerai les conséquences. Je sais que ça ne bouleversera pas les équilibres politiques girondins et que personne à Paris ne s’en émouvra mais au moins, je me regarderai dans la glace en me rasant."
C'est recommandé à tout un chacun.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):