POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

mercredi 9 décembre 2015

Valls peut-il rester à Matignon si le FN remporte une région ?

Valls dit qu'il restera à Matignon même si le FN remporte des régions

Le Premier ministre a décidé qu'il gardera son poste en cas de victoire du FN dans une ou plusieurs régions. 

Manuel Valls se considère inamovible et assure qu'il restera à Matignon quoi qu'il arrive, notamment si le Front national remportait sa ou ses premières régions au second tour des élections régionales dimanche 
"Non! Parce que le combat, c'est le combat d'une vie", a répondu le chef du gouvernement socialiste à une question sur un éventuel départ de son poste au lendemain d'une victoire de Marine Le Pen dans au moins une région. Le premier ministre a d'ailleurs rejeté l'idée qu'en cas de désaveu populaire il doive se démettre, après s'être investi au point de délaisser les affaires de l'Etat. 

Mercredi 9 devant Jean-Jacques Bourdin
, il a d'ailleurs profité de sa présence en direct sur BFMTV/RMC pour de nouveau appeler à la mobilisation électorale.
"J'espère d'abord que nous le gagnerons ce combat. Moi, je suis un combattant", s'est vanté Manuel Valls, qui a tenté "de convaincre les Français qui ne sont pas allés voter au premier tour de venir voter pour les candidats qui représentent l'avenir, la République, les valeurs de notre pays". Or, un combattant vaincu doit se rendre
br>Valls, chef de parti, a également fustigé "l'arnaque" et la "supercherie" du parti d'extrême droite. 

Valls, haineux, doigt pointé
"Vous pensez un seul instant que pour la France, pour l'Europe et pour le monde [les élections régionales ont-elles une répercussion planétaire?], la solution c'est l'extrême-droite, des idées d'exclusion, celles qui montrent du doigt en permanence ?", a interrogé le Premier ministre, centre du monde.

Manuel Valls a également martelé que la gauche n'a "pas d'hésitation à avoir" Rue de Solférino et doit voter pour les candidats de droite en cas de duel face au FN, face à "l'arnaque" et la "supercherie" du parti d'extrême droite.

Le Front national, "c'est une arnaque. Sortir de l'euro, c'est une arnaque. Ca mettrait à genoux le pays. [Il a déjà un genou à terre !] Et tous ceux qui parfois sont séduits par le FN, les ouvriers, les petits retraités, les commerçants, seraient ruinés. C'est une arnaque, le Front national, quand cette formation parle de sécurité alors qu'à l'Assemblée ou au Sénat, ils ne votent aucune mesure pour lutter contre le terrorisme".

Les électeurs du Front national sont-ils des "arnaqueurs" ?
Plusieurs appels au départ de Valls

Les appels publics au départ de Manuel Valls se multiplient, au-delà du FN.
"Ces gens-là (au gouvernement) aujourd'hui sont détestés, plus personne ne veut les voir. Je ne vois pas d'autre issue à Manuel Valls que celle de la démission au lendemain du deuxième tour de ces élections régionales", a ainsi affirmé mardi Louis Aliot, le compagnon de Marine Le Pen et tête de liste FN en Midi-Pyrénées-Languedoc-Roussillon.

Le député Les Républicains du Rhône Georges Fenech, un ex-magistrat, a également réclamé la démission de Manuel Valls au lendemain du premier tour et la dissolution de l'Assemblée nationale après le second.



Avant les régionales, François Hollande a assuré à plusieurs reprises que Manuel Valls restera  à son poste jusqu'en 2017. Depuis les Régionales, la donne a changé. 
Un vaste remaniement après les régionales a en outre été rendu plus pressant par les assassinats islamistes de masse que l'Etat-PS n'a pas su prévenir et par la nécessité d'instaurer un état d'urgence de trois mois jusqu'à fin février que l'exécutif tente de prolonger de trois mois encore.

Valls mouille et ne peut rien à rien:
il ne peut pas plus

Hollande et Valls peuvent-ils balayer 
la volonté populaire d'un revers de manche ?

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):