POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

samedi 17 décembre 2016

Législatives: chantage du PS sur les investitures des soutiens à Macron

Les socialistes qui soutiennent Macron menacés de ne pas obtenir l'investiture PS 

Les candidats socialistes aux législatives soutenant Emmanuel Macron pour l'élection présidentielle n'auront plus l'investiture du PS

Christophe Borgel, secrétaire national aux élections, n'a pas craint de brandir les sanctions, samedi 17 décembre. "Tous les candidats ont reçu (...) copie d'un courrier du président de la commission nationale des conflits qui est un rappel statutaire et qui dit quelque chose de simple : être candidat socialiste aux législatives, c'est soutenir le candidat socialiste à l'élection présidentielle", a déclaré Christophe Borgel, jugulaire, jugulaire (ci-dessous, à droite). 
"La conséquence de ce rappel, c'est qu'à l'issue" de la primaire de la gauche qui désignera le candidat socialiste à la présidentielle, "ceux qui ne le soutiennent pas n'auront plus l'investiture socialiste", a-t-il poursuivi, faisant ainsi directement allusion aux soutiens d'Emmanuel Macron, avec la promesse de mener  tout ce petit monde à la schlague. 

400 circonscriptions investies pour les législatives 

Après avoir fondé son parti En Marche !, l'ancien 
ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, candidat à l'élection présidentielle assure avoir l'appui de plusieurs députés socialistes, dont le député du Finistère, Richard Ferrand, opposé aux manifestations des "Bonnets Rouges" contre l'écotaxe poids lourds, secrétaire général d'En Marche !, ou encore le député de la Manche, Stéphane Travert, la députée des Côtes-d'Armor, Corinne Erhel et le député des Alpes de Haute-Provence, Christophe Castaner, qui largue Manuel Valls.

Tous revendiquent la double appartenance PS et En Marche ! alors que, samedi, le PS a investi ses candidats dans 400 circonscriptions, sans que la direction du parti n'ait décidé de leur retirer l'investiture pour les élections législatives. 
Environ 150 restent "gelées" jusqu'à février, notamment dans la perspective d'accord électoraux avec des partenaires.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):