POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

lundi 31 octobre 2011

Eva Joly mise sur la peur du nucléaire

Europe Ecologie-Les Verts provoque le PS



Joly Eva est visiblement de retour
de Fukushima :

le risque n'est pas anodin...


L'altermondialiste n'a aucune alternative raisonnable à proposer

Eva Joly est restée ferme mercredi sur sa volonté de voir la France "sortir du nucléaire"
Elle répondait à la demande des négociateurs socialistes qui invitent les écologistes à assouplir leur position s'ils souhaitent parvenir à un accord de gouvernement.

Le nucléaire constitue une large part de son fonds de commerce
" Je veux sortir du nucléaire, je suis très claire là-dessus et, après mon voyage à Fukushima, je suis plus déterminée que jamais ", a déclaré la candidate d'Europe Ecologie-les Verts (EELV) à la présidentielle à l'occasion d'un déplacement à Balbronn (Bas-Rhin).

Avec à peine 5% des intentions de vote, elle prétend parler au nom des Français
La sexagénaire s'entête à croire que " c'est le désir populaire. Je ne peux imaginer que le Parti socialiste n'évolue pas sur cette question ", a-t-elle ajouté.
La candidate EELV a relativisé ces chiffres
" C'est l'effet des primaires; cela évolue en vague, encore une fois je porte un projet, je n'ai pas le nez sur les sondages ", a-t-elle riposté.

Le PS peine à lui faire partager son bout de gras

Plusieurs ténors du PS ont invité EELV mercredi matin à en rabattre, rappelant le score quasiment anecdotique dont est créditée la mouvance écologiste dans les sondages pour 2012.


Eva Joly a lancé quelques piques acérées à l'intention du Parti socialiste


Elle n'a pas épargné François Hollande
. "Vous trouvez raisonnable que le spécialiste de la Corrèze décide de notre avenir énergétique ? Vous ne trouvez pas bien d'aller à Fukushima ? Vous pensez que cette expérience de la Corrèze est suffisante ? Je pense que Fukushima est un voyage obligatoire pour quiconque souhaite diriger la France", a dit Mme Joly, qui avait déjà invité M. Hollande à se rendre au Japon.
Mais Flamby est trop fatigué...

La "vieille éthique" a aussi attaqué le PS sur sa "crédibilité"

Les altermondialistes ne sont pas encore passé à la phase critique de l'hégémonie socialiste
" Comment peut-on prétendre être crédible économiquement quand on présente un budget avec une croissance de 2,5%, dans (un) contexte (...) où chacun sait que la croissance n'est pas au rendez-vous; ce qui veut dire en réalité qu'il présente un budget avec un déficit qui ne se dit pas important ?", a-t-elle demandé.

Eva Joly a plaidé pour " un vrai choix "
Récusant l'argument du "vote utile" qui revient à " enfermer les électeurs dans une situation qui n'existe plus ", celle de 2002, méprisant Marine Le Pen au passage, bien qu'elle soit créditée d'une quinzaine de points .
" Nous allons faire l'alternance, nous allons la faire avec nos partenaires de gauche, mais dans cette alliance c'est moi qui représente la créativité et la nouveauté", a-t-elle martelé.

Ils amusent la galerie

Ils jouent déjà au second tour...
Dans la coulisse, le PS et Europe Ecologie-Les Verts sont déjà près de sceller un accord électoral.
Malgré les déclarations offensives des uns et des autres dans les media, les socialistes et les écologistes sont tombé d'accord sur l'essentiel.

Des groupes de travail se retrouveront, mercredi 2 novembre

Ils en sont aux ajustements de certains points de programme, mais des compromis ont été négociés :
- pas de "sortie" du nucléaire mais des fermetures de centrales,
- introduction d'une dose de proportionnelle
- et soutien du PS à la constitution d'un groupe Europe Ecologie-Les Verts (EELV) à l'Assemblée nationale, possible à partir de 15 députés.

L'alternative à la droite n'est pas au point à gauche


Malgré tous leurs problèmes, d'ego, d'hégémonie socialiste et de divergences sur le fond, ils sont prêts à signer !
Quant aux Français, ils semblent avoir compris que la lutte contre le nucléaire et la corruption ne constituent pas un programme réaliste et suffisant, en phase avec les enjeux du moment.


Cette candidate représente un véritable danger pour notre indépendance nationale
Certaines des multiples propositions que l'eurodéputée lance en l'air lui retombent sur le nez (cf. photo ci-dessus), mais notre problème avec elle n'est pas là.
Car, lorsqu'en avril dernier, après la catastrophe de Fukushima, le gouvernement Fillon demanda un audit de toutes les installations nucléaires à l’Autorité de sûreté nucléaire française, la soupçonneuse bi-nationale proposa alors qu'il soit confié à un pays tiers. La Chine semblant être exclue, quid de la Norvège qui, de surcroît n'est pas membre de l'U.E. ?...

Joly Eva constituerait une menace pour la France, mais d'abord pour le PS.

Par chance, le danger de fission entre socialistes et altermondialistes n'est pas nucléaire...
Même pas peur, au final !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):