POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

jeudi 5 septembre 2019

LREM : le député Pierre Cabaré, accusé de harcèlement sexuel

Une ancienne assistante parlementaire porte plainte, alors que s'ouvre le Grenelle des violences faites aux femmes

L'élu La République en marche (LREM) fait l'objet d'une enquête du service régional de police judiciaire (SRPJ) de Toulouse

 Benedicte, Lausanne
Pierre Cabaré, député de la 1re circonscription de Haute-Garonne, Toulouse, fait l'objet d'une enquête préliminaire pour harcèlement moral et sexuel, révèle La chaîne France 3 Occitanie. Cette ancienne assistante parlementaire fut également sa suppléante avant d'être licenciée.


Ancien candidat aux élections législatives de 2002 sous l'étiquette Cap21, présidé par Corinne Lepage, le prothésiste dentaire Pierre Cabaré a été inquiété par la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques qui a saisi le Conseil constitutionnel suite au non-paiement d'un tiers du montant de ses dépenses de campagne. Le 6 février 2003, il a été condamné à une peine intelligibilité d'un an, mais il s'est à nouveau porté candidat dans la même circonscription en 2017, sous l'étiquette... La République en marche ! Elu au second tour, il siège dans le groupe LREM.

Selon l'accusé, elle a porté plainte par "ressentiment". 
Son ancienne salariée a été licenciée car elle ne répondait pas "aux règles professionnelles et aux injonctions de l'Assemblée nationale concernant les collaborateurs parlementaires," précise, quant à elle, France 3 Occitanie

Une réunion d'urgence demandée à l'Assemblée 

La plateforme d'écoute s'attend à un nombre d'appels important dans les prochaines semaines.
L'intersyndicale des collaborateurs parlementaires à l'Assemblée demande une "réunion d'urgence" pour des "mesures concrètes" contre le harcèlement moral et sexuel. L'intersyndicale CFE-CGC, CFTC, CGT, CFDT, SNCP-FO, Solidaires, Unsa, qui a déjà alerté sur la problématique du harcèlement. Elle lance un appel au président de l'Assemblée Richard Ferrand (LREM), ainsi qu'aux huit présidents des groupes politiques.
"Il est en effet nécessaire de tout mettre en œuvre auprès des députés et des collaborateurs, non seulement au Palais‑Bourbon, mais aussi en circonscription, pour s'assurer de la réelle prise en compte des cas de harcèlement moral ou sexuel en matière de prévention et de sanctions", écrit l'intersyndicale dans un extrait envoyé à la presse. "Lorsque ces agissements sont avérés, ils sont en effet indignes de notre institution", ajoute-t-elle.
Au printemps dernier, l'Assemblée nationale a donné son feu vert à la création d'un dispositif de prévention et d'accompagnement dans la lutte contre le harcèlement, qui doit encore être mis en oeuvre. 

Pierre Cabaré n'était pas joignable mercredi après-midi. L'inspection du travail a en outre saisi le Parquet, rapporte la chaîne.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):