POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

jeudi 2 novembre 2017

Manuel Valls focalise toujours le ressentiment des Français et de Macron

L'ex-premier ministre socialiste plusieurs fois pris à partie dans les lieux publics ?

Macron savourerait ce détournement de détestation

Résultat de recherche d'images pour "macron valls""En ce moment, aucun homme politique ne suscite autant de crispations" que Manuel Valls, s'inquiètent les sphères policières, selon Le Parisien.

Le principal intéressé nie tout relâchement de la maîtrise de leurs sentiments. Rejeté dès à la primaire de la gauche, l'ancien premier ministre du président le plus impopulaire de la Ve République est désormais député apparenté, donc non désiré de la majorité présidentielle d'un Emmanuel Macron qu'il a de nombreuses fois critiqué. Un rôle qu'il doit assumer.

Valls isolé, humilié et abattu à l'Assemblée
Selon Le Parisien, Manuel Valls aurait même essuyé plusieurs fois des insultes en pleine rue cet été, "au point que ses officiers de sécurité ont dû intervenir pour maintenir les importuns à distance".

Son entourage confirme dans les colonnes du journal que le député de l'Essonne a été plusieurs fois pris à partie verbalement dans les lieux publics. "C'est devenu une préoccupation au ministère de l'Intérieur et parmi ses proches", écrit le quotidien le 2 novembre. "En ce moment, aucun autre homme politique, pas même François Fillon, ne suscite autant de crispations", observe-t-on dans les sphères policières. 

Contacté par Le Parisien, Manuel Valls a banalisé et démenti.
 
Il reconnaît seulement un seul incident, parce qu'il n'a pas échappé aux media. Le 19 octobre, un Portugais de 34 ans l'a importuné dans une brasserie "chic" proche de l'Assemblée nationale. "Cet homme était dans un état épouvantable, a-t-il raconté. Il n'y a pas eu de menaces directes. Mais ses propos concernant la tour Eiffel et des parlementaires ont été pris au sérieux". L'homme, visiblement sous l'emprise de la drogue 😁, avait été placé en garde à vue.
Il a été interpellé, menotté et fouillé, sans résistance, pour avoir affirmé qu'il était fiché "S" et qu'il avait fait 13 ans de prison à Fleury-Mérogis.

Ironie de l'aventure, Jean-Luc Mélenchon, qui ne le porte pas dans son coeur, se trouvait à l'intérieur de la brasserie "chic" pendant les faits. L'ancien Premier ministre a été très clair : "Moi, j'étais en terrasse. Je ne discute pas avec monsieur Mélenchon".

Ce n'est pas la première fois que Manuel Valls est menacé. Jeudi 19 octobre, un détenu a été condamné par le TGI d'Alençon à deux années de prison pour avoir proféré des menaces de mort l'an dernier contre l'ancien président François Hollande et son Premier ministre.
"Ça te coûtera au bas mot la vie d'un de tes enfants, Thomas", avait notamment fait dire, par l'intermédiaire de son épouse, le détenu lors d'un appel téléphonique à l'Élysée. 
"Je ne suis pas un clown, je vais m'en prendre à Valls, à sa famille", avait aussi menacé Mohamed Doumbia, détenu aux moments des faits à la prison de Condé-sur-Sarthe, près d'Alençon.

Le président de la République ne parvient pas à supporter la vue de l'ex-Premier ministre

Image associée
Sèchement battu lors de la primaire de la gauche qui fera 6% par Benoît Hamon à l'élection présidentielle, Manuel Valls n'a pas beaucoup d'amour propre.

Après avoir claqué la porte d'un PS qui ne l'a guère soutenu, l'ancien premier ministre est un paria. Il s'est présenté aux élections législatives avec l'étiquette de la majorité présidentielle, mais son intégration au parti du président a été envisagée avec répugnance par le camp Macron qui a refusé de l'accueillir.
Réélu député de l'Essonne et désormais apparenté La République en Marche, l'ex-chef du gouvernement doit désormais se faire une place parmi les 313 élus godillots de la majorité, dont plusieurs dizaines sont d'anciens socialistes. Un pari qu'il peine à remporter.

Considéré comme un "traître" par certains, le Catalan s'est retrouvé souvent seul à la buvette des députés devant son jus orange de Valence. "C'était limite insultant. Une espèce de mépris de l'ancien monde", feint de s'offusquer auprès du quotidien un député macronien qui jubile. D'autres commentent les efforts de l'élu de l'Essonne pour se faire accepter. "Il est dans une posture de sagesse, d'humilité. Il écoute beaucoup, prend la parole intelligemment pour faire part de son expérience", se réjouit Hugues Renson, député LREM du respectable 15e arrondissement de Paris, l'un des six vice-présidents de l'Assemblée et ancien conseiller de Jacques Chirac.

Il adopte un profil bas et tente de jouer les utilités, chaque semaine, à la réunion des députés LREM. Au début "il ne desserrait pas les lèvres, ne souriait jamais, un peu malheureux, un peu banni, comme au purgatoire. Depuis, il se laisse apprivoiser", raconte un illustre inconnu au Parisien. 

Il aurait notamment briefé le jeune élu Gabriel Attal, un ex-militant socialiste de 28 ans, parrainé à LREM par Benjamin Griveaux, avant son passage sur BFMTV pour parler de la crise en Catalogne, et le grand frère conseille aux novices de ne pas trop se préoccuper de la polémique sur l'impôt sur la fortune. "Il nous a dit que ce qui avait tué Hollande, c'est qu'à partir de 2013 les gens avaient vu leur feuille d'impôts augmenter. Il a été très applaudi", relate un député LREM." C'était humble", salue un autre, qui ne décèle aucun reniement, et prévient néanmoins : "Après, il sait qu'il faut faire attention."

Résultat de recherche d'images pour "macron valls"Sauf que Le Parisien n'est pas plus crédible que ses témoins anonymes, puisque le jeune homme a été désigné 'whip' des députés du groupe La République En Marche: s'il faut former les formateur, LREM est vraiment plus mal en point encore qu'on ne le dit... Aux États-Unis, le 'whip'  ['père fouettard'] est le député ou représentant chargé de veiller à ce que les élus de son parti soient présents et votent en fonction des consignes du parti.
Pour autant, la tactique de Valls n'agit pas sur ses anciens camarades du PS, qui le connaissent et le snobent dans les couloirs de l'Assemblée.

Macron, rancunier ?

Le président Macron ignore Valls. Alors que certains vallsistes s'impatientent de le voir revenir en cour. Ils le rêvent au gouvernement, à l'Intérieur occupé par un vieil homme, ou à la Défense, plutôt que Parly, pariant que "Macron aura besoin de gens d'expérience", Jupiter s'y refuserait "mordicus", écrit Le Parisien. "Valls, c'est Sarkozy en pire", lancerait-il en privé.  

Le chef de l'État aurait la rancune tenace. Les relations entre l'ex-locataire de Matignon et l'ex-ministre de l'Économie n'étaient guère chaleureuses avant qu'ils ne quittent le gouvernement pour se lancer dans la course à la présidentielle. "On se souvient quand les vallsistes disaient : On va lui couper les c... au petit marquis !", rappelle un ami du président.

Nicolas Sarkozy qui l'apprécie s'inquiète pour Macron.
"Il n'a pas d'emprise sur le pays. Il ne s'adresse qu'à la France qui gagne, pas à celle qui perd. Il est déconnecté...", s'inquiéterait-t-il en privé. Il craint que la politique d'Emmanuel Macron, "trop libérale à ses yeux, fasse le lit des populisme et pousse les Français dans la rue", écrit le quotidien. Il estime qu'il est trop sûr de lui et répète à tout le monde : "Ça va très mal finir".

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):