POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

mercredi 1 novembre 2017

Attentat islamiste à Manhattan: le terroriste qui a fauché des cyclistes est encore un migrant ouzbek

Le "réfugié" a commis le premier attentat meurtrier à New York en 16 ans

Le migrant ouzbek était connu des services de police. 

Originaire d'Ouzbékistan, le tueur a foncé sur des piétons et cyclistes mardi à Manhattan, New York City.
La presse s'intéresse d'abord à l'assassin, indiquant  qu'il a été blessé par un policier à l'abdomen, et hospitalisé. Plusieurs media rassurent sa famille, précisant qu'il a été opéré dans la soirée et que son pronostic vital ne serait pas engagé.
Originaire d'Ouzbékistan et arrivé aux Etats-Unis en 2010, l'individu dispose d'un titre de séjour permanent, la fameuse "carte verte" américaine. Selon le New York Times, il travaillait comme chauffeur pour Uber. Plusieurs media américains affirment qu'il était connu des services de police, pour des délits mineurs commis dans plusieurs Etats. Le Missouri notamment, où il avait été arrêté en octobre 2016 pour non présentation à une audience.

Officiellement, ce terroriste vivait à Tampa, en Floride. Mais, selon plusieurs témoins, des voisins notamment, il s'était récemment rapproché de la ville de New York, s'installant à Paterson, dans l'Etat du New Jersey. "Il était ici depuis trois mois. Vous pouvez demander aux gens, personne ne le connait, personne n'a reconnu son visage", a expliqué Nazar Oudah, un habitant de Paterson. C'est dans le New Jersey qu'il est devenu chauffeur de VTC, et c'est aussi dans cet Etat qu'il a loué le pick-up ayant servi à l'attaque de mardi. Son parcours, du Missouri au New Jersey, en passant par Tampa, accrédite la thèse de la préméditation.

Plusieurs media américains ont indiqué qu'il avait crié "Allahou Akhbar" 

Le terroriste a clamé sa motivation religieuse, clamant "Dieu est grand" en sortant de son véhicule, après avoir fauché des piétons ce  mardi 31 octobre. Dans le véhicule utilisé par le tueur, les autorités ont par ailleurs retrouvé une note anglais dans laquelle l'islamiste affirme avoir agi au nom de Daech.

On notera la pusillanimité des journalistes qui écrivent : "
Selon CNN, un mot, écrit en anglais et laissé dans le camion meurtrier [c'est le camion qui est meurtrier: et son conducteur, il est quoi ?], prêterait allégeance à l'organisation terroriste Etat islamique [que reste-t-il de l'Etat islamique pour mentionner son aspiration à constituer un Etat]  ? [c'est ainsi le mot qui prête allégeance: le terroriste fait quoi dans l'affaire ? Innocent ? Déséquilibré ?]."


S'exprimant quelques instants après l'attaque, mardi, le maire de New York,
Attentat à New York : qui est Sayfullo Saipov, le supect interpellé ?Bill de Blasio, Parti démocrate, l'a qualifiée d'"acte lâche de terrorisme", sans parler de djihadisme, tandis que le président Donald Trump a évoqué l'organisation islamiste Daech. "Nous ne devons pas permettre à Daech de revenir ou d'entrer dans notre pays après les avoirs vaincus au Moyen-Orient et ailleurs. Assez !", a-t-il tweeté.
Ainsi, une note laissée en évidence et le cri de "Allahou Akhbar" ne suffisent pas à accréditer l'idée que l'acte est un acte terroriste  perpétré par un islamiste ? 

Les autorités ont d'ores et déjà effectué des perquisitions. Elles ont notamment retrouvé
une voiture sur un parking, qui pourrait être celle de l' "assaillant" ["assaillant" et "présumé", pendant qu'on y est !]. Une perquisition a également été menée à son domicile et dans une mosquée de Paterson.

L'Ouzbékistan a promis mercredi de coopérer 

L'auteur de l'attentat à la camionnette est originaire de cette ancienne république soviétique, un Etat indépendant depuis août 1991.
L'Ouzbékistan fut gouverné de 1990 à 2016, par un président autoritaire, Islam Karimov. L'ONU et d'autres grandes organisations internationale permirent à ce régime de renforcer sa présence sur la scène internationale en accordant son adhésion, et plusieurs pays ouvrirent des liaisons aériennes directes avec lui, participant aussi à de grands travaux de reconstruction urbaine et routière, à la faveur de mesures incitatives aux investissements étrangers.

Sous la présidence de Karimov, tous les partis d'opposition étaient interdits et réprimés. La vie sociale, politico-économique et même culturelle étaient placés sous une étroite tutelle et censure de l'appareil d'État, dans la continuité de l'époque soviétique : Karimov avait adhéré au Parti communiste de l'Union soviétique en 1964.
En 1999 et 2004, le pays subit les vagues d'attentats terroristes attribués aux islamistes radicaux. Le 13 mai 2005, le gouvernement ouzbek réprima dans le sang une insurrection populaire dans la ville d'Andijan, faisant des centaines de victimes.
Le successeur de Karimov, Mirziyoyev fut son premier ministre de 2003 à 2014 et porte donc la co-responsabilité du massacre d'Andijan en 2005. Le tueur ouzbek de Manhattan est entré aux Etats-Unis en 2010, pendant la présidence de Barack Hussein Obama (2009-2017), à l'âge de 19 ans. Il avait donc 14 ans au moment des insurrections d'Andijan.
Depuis le massacre, le régime ouzbek a dû renforcer ses liens avec la Chine et la Russie, qui luttent contre le terrorisme et ne veulent pas d'infiltrations islamistes. Localement, l'islamisme radical - sunnite - est appelé "wahhabisme", synonyme de 'salafisme'.
"L'Ouzbékistan est prêt à apporter toutes ses forces et tous ses moyens pour fournir une aide à l'enquête sur cet acte terroriste", a annoncé le président ouzbek Chavkat Mirzioïev, cité par le ministère des Affaires étrangères.
"La tragédie qui s'est produite confirme à nouveau la nécessité d'unir les efforts de toute la communauté internationale dans la lutte contre ce défi de notre époque", a ajouté le président Mirzioïev, présentant ses condoléances au président américain et aux familles des victimes.

Des centaines de citoyens de l'Ouzbékistan, république  à majorité musulmane, combattent au sein des groupes djihadistes en Irak et en Syrie, selon les estimations des services de sécurité russes.

La communauté internationale commet-elle une faute en accueillant des migrants ouzbeks à forte activité terroriste ?


Le tueur de Manhattan est un Ouzbek de 29 ans.

Il s'agirait de Sayfullo Saipov, un Ouzbek habitant dans le New Jersey, où avait été louée la camionnette qu'il a lancée sur des cyclistes et des passants mardi à Manhattan, avant de s'écraser sur un bus de ramassage scolaire avec deux enfants et deux adultes à bord, faisant huit morts dont six étrangers et 11 blessés. 
En revanche, la police confirme qu'il a été touché par balle au ventre et transporté à l'hôpital où il aurait été opéré dans la soirée. Le pronostic vital de l' "assaillant" ne serait pas engagé.  

"Si la piste 'jihadiste' [orthographe à l'américaine !] était avérée [sic : l'AFP], ce serait la première fois que Donald Trump est confronté à un attentat de ce genre [pour ne pas le caractériser !] d'une telle gravité depuis son arrivée à la Maison Blanche." Ce qui pourrait, en revanche,  susciter la surprise de l'Agence française de presse et des media photocopieurs de ses dépêches, c'est que les années Obama ont été étrangement épargnées par le terrorisme islamiste... 

Quand le président métis combattait le terrorisme, il livrait une bataille des mots. Il s'est toujours refusé à associer "terrorisme" et "islamisme". Comme "islam" et "radical", ce qui est en effet un pléonasme. 
Son raisonnement est tendancieux: ne pas faire d'amalgame amalgame pour ne pas donner aux terroristes une légitimité religieuse qu'ils n'ont pas.
La lâcheté d'Obama apparaît dans son incapacité à désigner l'ennemi, au même titre que son refus d'envoyer des troupes. En septembre 2016, Obama expliqua qu'il ne voyait pas comment mettre fin à la guerre civile en Syrie sans envoyer des troupes américaines au sol, ce qu'il refusait de faire en raison des "sacrifices" que cela impliquerait. Cette politique, il la qualifia de "judicieuse"...
En même temps, 
les terroristes ouzbeks en puissance pouvaient venir retirer leur carte de séjour permanent.
Plusieurs media américains, dont CBSrévèlent que l' "homme" avait déjà "été dans le radar" de la police. 

Attentat de Stockholm: le suspect, un Ouzbek de 39 ans, connu des services de renseignements...

Le terroriste qui a commis l'attentat au camion bélier qui a fait quatre morts en avril dernier  à Stockholm est un Ouzbek de 39 ans connu des services du renseignement, a annoncé le responsable de la police suédoise, Dan Eliasson. Il n'avait cependant pas précisé depuis combien de temps le suspect était en Suède, ni s'il disposait d'un permis de résidence suédois.
Le terroriste présumé "a fait surface dans notre collecte de renseignements dans le passé", a-t-il dit lors de la même conférence de presse, sans indiquer pour quels faits...

Plusieurs media indiquèrent en revanche que l'individu était un sympathisant de l'organisation État islamique et qu'il aurait avoué être l'auteur de l'attentat, soupçonné d'"homicides à caractère terroriste" au degré le plus élevé de suspicion.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):