POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

dimanche 19 avril 2015

Impopularité : rien ne semble pouvoir arrêter la chute de Hollande et Valls

Le tandem recule encore de 4 et 5 points

L'AFP se fait de plus en plus laconique et... Libération aussi !

Si seulement il avait les mains dans le cambouis !
Le nombre de lignes de ses dépêches se réduit comme peau de chagrin.

La cote d'impopularité de François Hollande a reculé de quatre points, à 79% de mécontents en avril, et celle de Manuel Valls de cinq, à 60%, selon un sondage IFOP pour le Journal du Dimanche (JDD).

De 29% de "satisfaits" en janvier, la cote du président de la République est tombée à 24% en février, 25% en mars et 21% en avril.
Après un sommet de 61% de satisfaits en mai 2012 lorsqu'il arrive au pouvoir, le chef de l'état verra sa popularité s'éroder au fil des mois pour atteindre l'indice le plus bas en novembre 2014 (13% de satisfaits), avant de remonter à 29% en janvier de cette année, à la faveur des attentats islamistes par des djihadistes français contre Charlie Hebdo et l'Hyper casher de Vincennes. S'ils étaient électeurs de Hollande, ils ne peuvent plus désormais compter au nombre de ses fanatiques, pourraient expliquer les deux faces de lune du pouvoir socialiste, Pruneau Le Roux et Michou Sapin.

S'il suffisait au colérique Valls d'apparaître une main dans la poche


Le premier ministre tente de paraître moins stressé et violent
et  se donne désormais des airs décontracté et souriant! Mais son comportement a profondément imprégné son image. En avril, il ne réunit plus que 40% de satisfaits contre 45% en mars, selon l'agence de presse à la botte, pour ne pas dire que 60% des sondés en ont ras le bol de ses airs graves, voire de ses crises, comme du manque d'efficacité de sa politique et de sa rhétorique mensongère.
 
 
Que cache cette raideur
de la main gauche de Valls ?
Sa courbe d'impopularité colle désormais à celle du chef de l'Etat
Manuel Valls perd en effet 13 points entre janvier (53% de satisfaits) et avril (40%).

L'enquête a été menée -sans date- auprès d'un échantillon de 1.914 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.
Cette lacune s'explique-t-elle par le débat en cours sur la loi renseignement controversée ?

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):