POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

vendredi 10 avril 2015

Vertu alternée, selon Anne Hidalgo: liberté d'expression, jours impairs, poursuites en justice, jours pairs

Âne Hidalgo: hier #JeSuisCharlie, aujourd'hui "#JeSuisKalach 

L'amère de Paris envoie un dessinateur au tribunal : pas très Charlie, ça !
 
Il n'a pas fallu trois mois pour qu'Âne Hidalgo rejoue la mûle du pape. Dans la foulée des attentats djihadistes français sur le sol de France, la maire de Paris s'exhibait en tête de troupeau en brayant "Je suis Charlie", précisant même, sur un tweet : "La liberté d’expression, la liberté de la presse sont des droits fondamentaux sur lesquels nous ne transigerons jamais." Le 12 janvier,  elle faisait même Charlie Hebdo citoyen d’honneur de la ville de Paris. Sans doute était-ce rendu possible du fait que Cabu, Charb, Tignous ou Wolinski y aurait vu un geste populiste plutôt qu'une distinction…

Or, Anne Hidalgo a déposé plainte contre le dessinateur Ri7, pour "des faits d’injure publique envers un citoyen chargé d’un mandat public". 
Qu’a donc osé dessiner cet artiste sur le site Riposte Laïque pour justifier l'ire de l'héritière de Bertrand Delanoë à la mairie de Paris ? Aurait-il osé Marine Le Pen nue en train de se raser les zones humides représentant la moustache et la mèche d’Hitler ? Se serait-il permis de représenter une langue énorme, léchant les fesses de Sarkozy à poil ?

Parmi les républicains, cherchez l'erreur

Il y a les victimes solidaires par esprit républicain et les sectaires incohérents.
Irrité par la commémoration du ramadan à la mairie de Paris, pour un coût de 100.000 euros imposé à tous et en contradiction avec les grandes déclarations des principes de laïcité si chers à la gauche, s’agissant de toute autre religion que l’islam, le dessinateur avait représenté Anne Hidalgo, à quatre pattes, léchant une babouche musulmane avec volupté: un zèle qui  vaut à d'autres des poursuites criminelles en justice pour réflexologie plantaire extrême. Rassurons pourtant les âmes sensibles parmi les lecteurs de Charlie: dussions-nous décevoir certains amateurs  des dessins de positions et d'orifices de Charb et ses amis, aucune scène d'excitation des vieillards lubriques médicamentés de maison de retraite n’accompagnait l’illustration. L’intégrité physique du maire de Paris était préservée, ainsi que l’honneur de son époux, le chef des frondeurs socialistes dociles, Jean-Marc Germain. 

Précisons que ce dessinateur a déjà représenté dans cette posture Hollande, Juppé, Valls, Fourest, Delanoë, Plenel, Askolovitch et bien d’autres, suspectés de complaisance avec les disciples d’Allah. Aucun démocrate n'avait encore passé une langue baveuse sur l'enveloppe qui aurait scellé une poursuite judiciaire. C'est d'ailleurs heureux: quelle zone du corps et du droit à la caricature resterait-il alors aux dessinateurs frustrés opérant au Canard enchaîné ? 
Rappelons qu'en 2007, Nicolas Sarkozy, en soutien à Charlie Hebdo, lors du procès qui lui était intenté par l’UOIF et Boubakeur, suite à la publication des caricatures de Mahomet par des artistes danois publiées par l'hebdomadaire libertaire: "Plutôt un excès de caricature que pas de caricature du tout."

L'expression est-elle libre quand elle est contre le plus grand nombre?
mais au service de quelques uns, comme Anne Hidalgo, et des battus socialistes des quatre dernières élections en un an? Accordons à Guy Bedos l'excuse de la sénilité pour ses insultes à Nadine Morano parmi d'autres, mais le jeune Bedos est-il défendable lorsqu'il qualifie Marine Le Pen de "salope fascisante", et les dessinateurs de Charlie Hebdo qui salissent les Catholiques ou l’UMP de leurs crayons qui ont traîné partout… Flatter les plus bas instincts de la population en souffrance est-il un noble objectif à la Jaurès? 
Pas de liberté d’expression pour Jean Roucas, viré  du théâtre des 2 Anes pour un tweet satirique contre Hollande-Valls. Un tribunal "indépendant" a aussi sanctionné le dessinateur David Miège pour un dessin jugé crime de lèse-Taubira. Après plusieurs années d'audimat bon à prendre par le groupe Canal+, Éric Zemmour s'est vu priver d'émission sur i-télé pour des paroles qu’il n’a jamais prononcées. Hollande a rétabli le crime de mal-pensance. Plus de chanteurs étiquetés sarkozystes, plus de Robert Ménard sur cette chaîne, sinon, les intermittents du spectacle rétablissent l'ordre totalitaire et les sociétés de rédacteurs, qui représentent une minorité de journalistes, menacent de déclencher une grève !

En somme, la gauche réduit Charlie hebdo -et ses caricatures salaces, voire scatologiques, mais volontiers vulgaires- à un rôle de propagation d’une idéologie abêtissante des socialo-intello-bobo perchés, speedé et stressés. Pour la majorité des Français qui se respectent en même temps que les autres, l'humour avilissant les esprits est de plus en plus clivant et désormais liberticide. Les artistes - tels  Jamel Debbouze ou Sophia Aram, Stéphane Guillon ou Didier Porte, comme la paire de Bedos -  qui ne sont tolérés qu'en ce qu'ils participent à cet abaissement du jugement et des valeurs dont ils ne cessent de se réclamer sans les faire passer dans la réalité, à en juger par les raclées électorales subies en série, ces artistes-là n'ont bientôt plus d'autre fonction sociale et politique que la diffusion de la propagande de haine d’un Etat en marche forcée vers le totalitarisme, derrière la carotte des subventions publiques. Voyez notamment les acteurs Philippe Torreton, Sandrine Bonnaire, Jacques Weber, Macha Méril, Pierre Arditi, Sandrine Bonnaire, Denis Podalydes ou Viriginie Ledoyen et des directeurs de théâtre, tels Jean-Michel Ribes, qui dirige le Théâtre du Rond-Point, subventionné à parité par le ministère de la Culture et la mairie de Paris, ou Bernard Murat, propriétaire du théâtre Édouard VII depuis 2000 et qui ont pourtant prospéré librement sous la droite. 
Hidalgo incarne ainsi  l’imposture de toute l’opération "Je suis Charlie ". 

Un silence de plomb s'abattra-t-il sur la tonitruante rédaction de Charlie Hebdo ou les libertaires justifieront-ils l'idéologie qui les fait vivre par le désaveu public d'une Une bien sentiePour croire à un sursaut d’honneur des accapareurs  des droits de l'homme, il faut avoir une belle dose de confiance dans le genre humain. En spécialiste de la circulation alternée, comme Hollande est expert en reculades, Ane Hidalgo, se grandirait en retirant cette plainte qui offense la liberté d'expression ? D'un seul reset (Ri7) !

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):