POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

mardi 9 septembre 2014

Affaire Thévenoud: une enquête fiscale s'impose, selon l'UMP

Le fraudeur fiscal va-t-il s'exonérer comme ça ?
Christian Jacob a demandé qu'un contrôle fiscal soit diligenté contre le socialiste Thomas Thévenoud
Le président du groupe UMP à l'Assemblée nationale a demandé ce mardi 9  que soit saisie la commission des infractions fiscales sur le cas du député PS Thomas Thévenoud "pour savoir s'il y a eu une fraude".
Cette commission est une autorité administrative indépendante, saisie par le ministre du Budget, pour des dossiers susceptibles de fraude fiscale. "S'il y a eu fraude délibérée, le ministre devra ensuite saisir la justice", a estimé le leader UMP. "Les informations penchent largement vers le fait qu'il y a eu fraude", plutôt que simples "négligences" présumées, étalées sur trois années, a -t-il ajouté.

Christian Eckert est le ministre délégué chargé du Budget auprès de mon beau Sapin, roi de Bercy, lequel n'a encore pas pris d'initiative en ce sens.

Qui est ce député PS de Saône-et-Loire, comme Montebourg ?

Janvier 2014 : "Les députés ont des obligations particulières" en matière de patrimoine. Suite à l'affaire Cahuzac, la haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) demandait aux parlementaires de remplir des déclarations d'Intérêt, rendues publiques en juillet. A cette occasion, la chaîne TF1 avait recueilli les propos de Thomas Thévenoud, qui déclarait : "Il faut que les parlementaires comprennent que les temps changent. Il faut aussi accepter que parce que nous sommes élus, nous avons des obligations particulières", tout en estimant que "l'on va assez loin dans les questions, je trouve"...
Ironie du sort, à l'inverse de la majorité des députés, la déclaration du sémillant Thévenoud -sorte de clone de son aîné- n'est pas disponible sur le site de la HATVP, la page lui étant réservée annonçait une "publication à venir" (ci-dessus).

Fin août 2014, le ministre de l'Economie, Arnaud Montebourg, avait qualifié Thomas Thévenoud de "meilleur", alors que ce dernier arrivait à la Fête de la rose à son invitation. Le lendemain, Manuel Valls écartait Montebourg du gouvernement. Le "meilleur" de l'entourage de Montambour se fit virer dans les 22 juillet 2013 : Thévenoud prônait "la recherche de l'exemplarité" des politiques pour "renouer la confiance"
Alors qu'il défend dans l'hémicycle le projet de loi sur la transparence de la vie publique, le député Thomas Thévenoud affirme que "cette loi s'intègre dans la recherche difficile, parfois chaotique, que mène cette majorité en faveur d'une République exemplaire". Il défend alors une "solution pour renouer un lien de confiance avec nos concitoyens", et y prône "la recherche de l'exemplarité des femmes et des hommes politiques que nous sommes"
VOIR et ENTENDRE le grimacier étaler sa "vertu apparente":
Il a bien parlé !

Juin 2013 : Thévenoud demande à Cahuzac de "dire les choses franchement"
Membre de la commission d'enquête formée après l'affaire Cahuzac, Thomas Thévenoud assurait, en juin 2013 sur LCP, attendre de l'ancien ministre du Buget qu'il "dise les choses franchement, avec sa vérité", ajoutant que "s'il a des choses à révéler, qu'il saisisse la justice". (Images : LCP et LeHuffPost).


Février 2013 : Thévenoud et son copain député jourant au Scrabble dans l'hémicycle
Les branleurs au travail en séance
Egalement révélateur, Thomas Thévenoud est l'un des deux députés à avoir été filmés en train de jouer au Scrabble sur son iPad avec son pote Jérôme Guedj, président du Conseil général de l'Essonne et "frondeur" exemplaire du PS, en pleine séance de l'Assemblée nationale.

Toute honte bue, les deux Pieds-Nickelés socialistes avaient justifié un dur labeur sous les ors de la République et avaient quasiment réclamé le bénéfice des dispositions sur la pénibilité des travailleurs...

Manuel Valls n'a plus qu'une "majorité de façade" à l'Assemblée

Le chef de file des députés UMP a donc pronostiqué que, soumis "aux coups de boutoir de Martine Aubry et des frondeurs", les jours du gouvernement Valls "sont comptés".

2 commentaires :

  1. Il est nécessaire de s'exprimer sur ces sujets, mais attention à l'UMP (qui n'est pas franchement en position dominante sur le sujet...) parce qu'à force de faire la leçon on se prend au jeu. Or là les français en ont ras le bol des magouilles des politiciens qui se donnent l’absolution les uns les autres et qui re-magouillent encore plus plus au coup d'après... Pour réclamer une enquête fiscale, il faut être blanc, peut-être pas comme neige, mais en tout cas avoir une crédibilité intacte.... Sinon, on va encore se reprendre dans la figure les rollex de Sarko, les investissements immobiliers du père de MAM et les histoire d'hippodrome de Compiègne. Pour le moment, celui qui nous avait promis un pays propre, sans corruption ni magouille (la lune quoi !) c'est bien Sarko. Donc attention à l'arroseur arrosé, balayage, porte, paille poutre tout ça quoi...
    Sinon sur le fond, bien sûr qu'il faut leur en coller plein la figure à ces branquignols :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourquoi faut-il être irréprochable pour avoir droit à la parole? Ni vous, ni moi n'aurions voix au chapître!
      C'est une autre histoire avec des élus qui ont pris des engagements auprès de leurs électeurs. Et le PS fait profession de respect et d'exemplarité, mais ses comportements ne sont pas aussi "justes" qu'il le promet. En quoi peut-il revendiquer d'être plus "républicain" et "démocrate" que ceux à qui il fait la leçon? On n'est pas responsable des actes de ses parents (François Hollande du passé OAS de son père Georges, par exemple, d'une Rolex ou des montres de Julien Dray, ni des restaurants étoilés dont François est friand, selon Valoche). Et au rayon de l'arroseur arrosé, ils empruntent tous des jets et à celui des affaires, attendez qu'elles aient été jugées: quand elles l'ont été, les juges ont rendu justice à l'accusé dont vous parlez comme d'un coupable condamné, en dépit de la présomption d'innocence.
      Au final, en dépit des postulats PS, Thévenoud confirme qu'on n'est a priori ni supérieur ni meilleur parce qu'on est socialiste.

      Supprimer

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):