POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

mercredi 12 février 2014

Plus d'un Français sur trois a dédiabolisé le FN

Les dommages d'une presse partisane contre-productive

Le PS est-il en train de gagner son pari machiavélique ?


La majorité présidentielle est tellement impopulaire que toute attaque contre l'extrême droite renforce le FN 
Plus d'un tiers des Français (34%) assume son adhésion "aux idées du Front national", un chiffre en constante hausse, selon le baromètre d'image du FN réalisé par TNS Sofres pour Le Monde, France Info et Canal+". Tous les organes de presse commanditaires du sondage sont ...socialistes ! 
A l'inverse, ils sont près de six sur dix (59%) à ne pas adhérer aux idées du FN, selon cette étude, rendue publique mercredi et réalisée chaque année depuis 1984.
"C'est la première fois en 30 ans que ce baromètre existe que 34% des Français admettent soutenir les idées du Front national", explique Emmanuel Rivière, directeur de l'unité opinion de TNS-Sofres.

Cette progression de l'image du Front national se fait principalement chez les ouvriers et les jeunes, priorités de Hollande.
Pour la première catégorie, c'est la première fois que les idées du FN deviennent majoritaires. "Pour la jeunesse, c'est une partie qui souscrit aux idées du parti. Une jeunesse la plus fragilisée et sans doute la moins diplômée (...) en perte de maîtrise sur son propre destin", ajoute Emmanuel Rivière, journaliste du service public de France Info, mais condescendant  envers la jeunesse peu cultivée, notammentdans les quartiers.

L'enquête montre l'échec de la stratégie de diabolisation engagée par la presse aux ordres

Antifa, à Rennes,
le  9 février 2014
La consigne est de beaucoup exposer Marine Le Pen et celle-ci ne se plaint d'ailleurs plus guère d'être zappée par les media. 
Dans le même temps où ils lui accordent plus de place, les "décrypteurs" font mine de dénoncer sa rupture avec l'ancienne idéologie du parti et un lissage des positions radicales qu'ils acceptent de l'extrême gauche, notamment anarcho-révolutionnaire, dont les manifestations violentes se multiplient dans la rue. Les citoyens français ont observé que plus Valls  voit partout des "factieux", moins ils sont en fait répréhensibles, y compris à la marge. Le ministre de l'Intérieur a dû rétropédaler: après avoir stigmatisé les "forces sombres" de l'opposition de droite, il a admis que le dernier rasemblement de la droite déterminée s'était bien passé. En revanche, le ministre de l'Intérieur n'a pas encore sauté le pas et vilipendé les forces "noires et rouges" qui amalgament PS et FN... La presse s'inquiète néanmoins que le FN s'approprie les nouvelles thématiques sociales et économiques, comme par exemple ceux de l'emploi ou de la laïcité, abandonnés par la majorité socialo-écolo au profit du sociétal et dont le Front national a fait l'un de ses chevaux de bataille.

Les choix politiques de Hollande pourraient profiter au FN lors des prochaines élections, municipales ou européennes. Là aussi, il progresse avec 35% des sondés, soit quatre points de plus qu'il y a un an.

Le niveau d'adhésion n'a cessé toutefois de croître ces dernières années  

40% des personnes interrogées la trouvent "sympathique et chaleureuse""honnête, inspirant confiance", et pensent qu'elle a de "nouvelles idées pour résoudre les problèmes de la France", précise l'enquête.
La part des sondés qui n'adhèrent "ni aux critiques ni aux solutions de Marine Le Pen" recule de trois points par rapport à 2013, mais reste prépondérante à 43%. Elles sont 14% (+2 points) à adhérer aux "critiques et solutions" et 35% (=) à souscrire seulement aux critiques formulées par Mme Le Pen, sans approuver ses solutions.

L'image de la présidente du FN recueille de plus en plus d'opinions favorables
L'image de Marine Le Pen s'améliore d'ailleurs de façon générale
Le niveau d'adhésion était de 22% en 2011, lors de la prise de fonction de Marine Le Pen à la tête du parti. Il a atteint 31% en 2012 et 32% en 2013.
Ils sont 58% qui jugent qu'elle est "capable de rassembler au-delà de son camp" (+5), 56% qu'elle "comprend les problèmes quotidiens des Français" (+7) et 40% qu'elle "a de nouvelles idées pour résoudre les problèmes de la France" (+5).
Pour 46%, Marine Le Pen est "plutôt la représentante d'une droite patriote attachée aux valeurs traditionnelles" ("2), contre 43% qui la rattachent à "une extrême droite nationaliste et xénophobe".

Pour 54%, le FN reste un parti protestataire 
Il pourrait participer à un gouvernement pour 35% des personnes interrogées.
Deux points clés du programme du FN sont cependant rejetés à une très large majorité : la sortie de l'euro (64% y sont opposés contre 29%) et la préférence nationale en matière d'emploi (72% la rejettent contre 24%).
Mais c'était avant la votation suisse favorable à un contrôle de l'immigration
Sondage réalisé du 30 janvier au 3 février auprès d'un échantillon représentatif de 1.021 personnes interrogées en face à face, selon la méthode des quotas.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):