POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

Ce blog est actuellement soumis à des difficultés "techniques" inédites en dix ans:
elles laissent augurer sa disparition prochaine,
"à l'insu de son plein gré"...

Accessoirement, grâce à la complicité active de quelques fidèles, je constate que
tous les articles comportant le mot 'Macron' en titre sont bloqués au compteur !

lundi 25 octobre 2010

Fin de grèves: les Français passent à la caisse

L'Etat présente aux Français le montant de la facture des syndicats

Le montant de la note

Les grévistes s'en tirent bien.

Christine Lagarde a confirmé que chaque journée de grève nous coûte entre 200 et 400 millions d'euros.

Et la facture pourrait encore s'alourdir
La ministre de l'Economie, Christine Lagarde, précise que le coût réel est "difficile à chiffrer". Avec huit journées de grève interprofessionnelle depuis le début du mouvement contre la réforme des retraites, le coût total pour le pays est donc de 1,6 milliard à 3,2 milliards d'euros, en tenant compte des heures de travail perdues et des pertes dans les différents secteurs, d'après Le Figaro, car Libération ne s'arrête pas à ces contingences.

La ministre de l'Economie a aussi évoqué un "préjudice moral" pour la France
Son image s'est encore détériorée à l'étranger du fait de l'imprédictabilité des échanges, puisque les pétroliers ne sont pas astreints au préavis de grève, et des violences qui  ont émaillé les manifestations contre la réforme des retraites, dans les rues des grandes villes et dans les aéroports. "C'est l'attractivité du territoire qui est en cause quand on voit des images comme celles-là", a-t-elle affirmé.

Pour la CGPME, les grèves auraient en fait coûté plus de 4 milliards d'euros à l'économie française

Et la facture pourrait va encore gonfler, puisque deux nouvelles journées de grève sont prévues.
La Fédération CGT des cheminots
(Didier Le Reste défie Bernard Thibault) a d'ailleurs appelé dimanche "tous ses militants à créer les conditions pour maintenir la pression" et faire du 28 octobre "un temps fort" contre la réforme des retraites. "Lundi, les assemblées générales feront le point de la situation, dans et hors de l'entreprise, avec la perspective de poursuivre l'élargissement du mouvement au quotidien, dans des modalités d'action adaptées à chaque site et chaque métier, afin d'être massivement mobilisés les 28 octobre et 6 novembre". "Si les énarques de Matignon et de l'Elysée misaient sur le début des vacances de la Toussaint, pour l'affaiblir, ils se sont trompés", prévient-elle.
La CGT reste sourde à la volonté de la base
Il faut rappeler que trois raffineries sur douze ont voté ce jour la reprise du travail et de la production.
La CGT cheminots serait-elle entétée, voire autiste et méprisante des Français ?
Lire PaSiDupes

Le gouvernement appelle toujours à la fin du mouvement

Le ministre du Travail Eric Woerth a estimé dimanche soir sur France 3 que faire grève maintenant ne sert "à rien" puisque le texte devrait être adopté par le Parlement mercredi et il a appelé les grévistes à cesser "le blocage du pays".
"Après le vote de la loi, c'est la loi, il faut la respecter", a déclaré Eric Woerth. Certes, "le pays n'est pas totalement bloqué mais le conflit sur l'essence handicape beaucoup de nos compatriotes", a continué le ministre.

2 commentaires :

  1. pauvre France ,ces gens la sont des inconscients comment detruire un pays, merci à tous les syndicats et au PS

    RépondreSupprimer
  2. Ils veulent la chienlit et vont passer le relais aux étudiants.
    Au contraire, tous ces inconscients savent bien ce qu'ils font !

    RépondreSupprimer

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):