POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

Ce blog est actuellement soumis à des difficultés "techniques" inédites en dix ans:
elles laissent augurer sa disparition prochaine,
"à l'insu de son plein gré"...

Accessoirement, grâce à la complicité active de quelques fidèles, je constate que
tous les articles comportant le mot 'Macron' en titre sont bloqués au compteur !

samedi 23 octobre 2010

RSF épingle les journalistes français

Nos journalistes militants sont-ils une menace pour la liberté de la presse ?

Reporters sans frontières (RSF) pointe la presse de France dans son dernier classement sur la liberté de la presse dans le monde publié parqui dénonce un gouvernement peu respectueux de la liberté d'information.

Classée 44e, sur rapport de RSF France, loin dernière les meilleurs élèves que sont la Finlande, l'Islande, la Norvège, les Pays-Bas, la Suède et la Suisse, la France perd une place en un an.

Il suffit, pour comprendre, de rappeler la campagne menée de l'intérieur par la presse nationale exemplaire
, contre son gouvernement, à propos des Rom clandestins, avec le soutien de la presse internationale de gauche:
-
la campagne anti-française de Libération : lien PaSiDupes
avec le Nouvel Observateur et Le Point à sa suite
- le parti-pris du Guardian ou de Newsweek : lien ci-dessus.
=> Mais Julliard, soucieux de redresser le niveau général de notre presse hexagonale, n'évoque pourtant pas la dénonciation - par des correspondants de presse en France - de cette campagne politique : lien PaSiDupes

Les journalistes font la presse à leur image

Partie prenante, le secrétaire général de RSF, Jean-François Julliard, juge ce recul "très préoccupant" et dresse un rideau de fumée...
Il désigne des responsables en fonction de son engagement politique.
"La majorité présidentielle a eu des mots très menaçants, parfois insultants, envers certains médias. Ces déclarations ont eu une résonance mondiale (voir ci-dessous à quelle manipulation il fait référence) et, dans beaucoup de pays, le gouvernement français n'est plus considéré comme respectueux de la liberté d'information", accuse Jean-François Julliard, représentant d'une presse pourtant largement à gauche qui tente de se dégager de toute responsabilité.

Pensée unique, cause unique !

"L'année 2010 a été marquée par plusieurs agressions contre des journalistes, des mises en examen, des violations ou tentatives de violations du secret des sources et surtout un climat lourd de défiance envers la presse", a-t-il commenté. Les fuites dans l'affaire Bettencourt - en direction du Monde, journal d'investigation (!), qui se dit "écouté" (!!) - n'avaient pas encore filtré. Les investigations confiées à l'Inspection générale des services (IGS) ont pour mission de "vérifier si des personnes soumises au secret de l'enquête sont à l'origine de la fuite dans un article du Monde, publié le 1er septembre en ligne", a expliqué vendredi à le procureur Ph. Courroye. lien RTL (22/10/2010)

Le secret des sources ne serait-il pas pour une large part responsable des abus que dénonce RSF et doncune cause essentiele du déclassement des vertueux défendus par Julliard ?
Julliard pourrait toujours lire avec profit l'article de PaSiDupes sur la trahison des sources par France 2-la-vertueuse
(service public): lien
Le moment serait mal venu d'évoquer la déontologie de la profession...

Comme Aubry, RSF de France a un souci à la cornée

Partisan, il ne rappelle pas les méfaits
ni de Martine Aubry (PS) qui voit des escrocs partout à droite (lire PaSiDupes),
ni de Jean Luc Mélenchon qui injurie les journalistes frontalement et stigmatise la profession (lire PaSiDupes),
PaSiDupes fait cadeau de la video à Julliard: lien PaSiDupes
ni les crises de paranoïa de Désirdavenir Royal, soucieuse de l'image de la France "sur la scène internationale", face à:
- un jeune journaliste: exemple de "colère saine" (lire PaSiDupes),
ou encore David Pujadas (lire PaSiDupes): un exemple -en direct- de pression socialiste -déjà 'pacifique'- sur la presse.

Pour RSF, "la France a perdu son caractère exemplaire dans ce domaine".
Un constat aggravé aux yeux de l'organisation par la création de la Haute autorité pour la diffusion des oeuvres et la protection des droits sur internet (Hadopi), qui punit notamment les internautes soupçonnés de piratage.
"Avec Hadopi, la France est considérée comme un pays qui ne respecte pas suffisamment l'accès à l'information", commente librement Jean-François Julliard.
Mais nous tenons à la disposition de RSF et Julliard cette video qui rappelle les exploits de Stéphane Guillon et Didier Porte sur France Inter (entre autres), et donc sur le service public: lien PaSiDupes

A l'autre extrémité du classement, le Rwanda, le Yémen et la Syrie ont rejoint la Birmanie et la Corée du Nord "dans le carré des pays les plus répressifs de la planète envers les journalistes", écrit RSF.
"Cette tendance n'augure rien de bon pour l'année 2011. La tendance n'est malheureusement pas à l'amélioration dans les pays les plus autoritaires", dit Jean-François Julliard.
Tout va très bien en revanche à Cuba, en Chine ou au Soudan qu'il refuse de stigmatiser, par respect pour les populations concernées...

VOIR et ENTENDRE Eric Zemmour s'exprimer sur la presse française et son engagement militant à gauche (22/10/2010):

C'était au temps de Jospin: 80% des journalistes soutenaient la gauche...
Avec le recul, nous savons avec quelle efficacité !
Auraient-ils depuis retrouvé, avec leur jugement, leur indépendance, au temps où le politiquement correct vient renforcer la pensée unique ? Ecoutez France Info (service ...public !) et vous trouverez la réponse: on peut recommander Emmanuel Kessler, par exemple, pour le pessimisme militant de ses chroniques à vous casser le moral de bon matin.
RSF et Jean-François Julliard n'ont pas commencé leur auto-critique
A quand une introspection de la presse française?

1 commentaire :

  1. En France, les journalistes peuvent insulter le Président de la république ( homme dangereux, totalitaire, dictateur...) sans qu'il ne leur arrive rien... En France, les journalistes peuvent diffamer n importe quel membre du gouvernement sans qu'il ne leur arrive rien... En France, les journalistes peuvent mentir toujours dans le sens de la gauche sans qu'il ne leur arrive rien... Que faut il qu'ils aient le droit de faire en plus pour que le classement de la France au palmarès de la liberté de la presse gagne UNE place?
    J'ajoute que ceux qui font ce classement sont juges et parties car ils sont journalistes. Est-ce bien objectif et crédible?

    RépondreSupprimer

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):