POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

mercredi 10 mai 2017

Valls "pollue" une semaine importante pour les institutions, gronde Royal

Ségolène Royal critique Valls, pollueur des institutions 

La ministre de l'Ecologie a tancé son ex-premier ministre déchu



"Manuel Valls aurait dû attendre un peu avant de polluer une semaine extrêmement importante, qui est regardée dans le monde entier (sic) et qui fait la fierté de la France [gag]", a estimé mercredi sur RTL la ministre sur le départ et en quête d'un point de chute. 


"Ce que je regrette, c'est que cette polémique surgisse dans une semaine cruciale pour les institutions : c'est trop tôt. Il aurait fallu attendre un peu avant de lancer ces polémiques", a-t-elle ajouté.de la majorité présidentielle 

"Il y a une forme de dégradation brutale du débat politique avec ces disputes sur les étiquettes", a-t-elle encore asséné.


"Aujourd'hui, nous en sommes dans la publication officielle des résultats de l'élection présidentielle". Comprendre que l'amère Royal ne les a encore pas digérés, puisque l'ex-battue de la présidentielle de 2007 n'a pas réalisé que trois jours se sont écoulés, et que les législatives sont pour dans un mois, les 11 et 18 juin prochains. "Dimanche [14], il y aura la passation du pouvoir" avec le président sorti plus que sortant, puisque son impopularité historique l'a disqualifié, le poussant à renoncer à un second mandat.

Manuel Valls a proclamé "la mort" du Parti Socialiste.
Du coup, il a annoncé mardi sa candidature dans l'Essonne aux prochaines législatives, sous l'étiquette de la "majorité de la présidentielle". 

Un avis de décès tonitruant qui a déclenché des condamnations d'une partie des socialistes, dont celle du Premier ministre. Son successeur déclare: "J'en ai assez d'entendre dire que notre famille n'existe plus. Je ne veux pas la voir disparaître;" a trépigné le petit  Bernard Cazeneuve.
L'un veut débrancher le PS; l'autre veut le maintenir en état de vie artificielle.

D'autorité, Valls s'est porté candidat En marche! aux législatives.
.L'ancien premier ministre démissionnaire se croit encore aux manettes et tente d'imposer sa présence à Macron, qui risque de l'avoir constamment dans les pattes. La question existentielle d'Anormal 1er est de savoir si Valls est plus dangereux dedans que dehors. 
Macron se laissera-t-il polluer de l'intérieur ?

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):